Navigation – Plan du site

Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu : une initiation

Clément Gérôme
Pierre Bourdieu : une initiation
Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu : une initiation, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 264 p., ISBN : 978-2-7297-0851-1.
Haut de page

Texte intégral

1Près de 10 ans après sa publication initiale, Patrick Champagne et Olivier Christin proposent une nouvelle version de leur ouvrage sur Pierre Bourdieu. Les auteurs justifient la parution de cette nouvelle édition par les critiques dont est l’objet la théorie de Bourdieu. Celle-ci serait devenue obsolète pour décrire et comprendre le monde social aujourd’hui. Il s’agit donc avec cet ouvrage, non seulement de s’approprier ou se réapproprier la pensée de Bourdieu, mais surtout de lever les ambiguïtés et les erreurs de lecture de son œuvre (notamment celle résultant du « biais scolastique »), d’en réaffirmer la complexité, la justesse et la pertinence tant au niveau de l’appareil théorique que des principes méthodologiques.

2Le premier chapitre, « la philosophie de Pierre Bourdieu », s’attache à retracer le parcours intellectuel du sociologue, le cheminement de sa pensée et de sa théorie en lien avec les événements biographiques, le contexte social et la structuration du champ universitaire de l’époque (les hiérarchies entre les disciplines universitaires). Les auteurs de l’ouvrage mettent à jour ce que la théorie de Bourdieu doit à sa formation philosophique, à travers son intérêt pour le courant phénoménologiste (ce dernier offrant un cadre conceptuel à l’analyse de l’expérience ordinaire que les individus font du monde social) et pour la philosophie des sciences dont Bourdieu adopte la posture épistémologique (celle-ci prend appui sur la mise à distance du sens commun comme condition préalable à la production d’un savoir scientifique).

3Bourdieu n’a eu de cesse de réfuter les oppositions constitutives des sciences sociales. Adoptant une conception similaire à celle de Durkheim, il conteste les découpages disciplinaires et affirme l’unité des sciences humaines (sociologie, ethnologie, histoire, géographie humaine) qui constituent une même science, celle de l’homme en société. De même, les allers retours entre travaux empiriques et élaboration théorique permettent de transcender l’opposition stérile entre objectivisme et subjectivisme dans laquelle les sciences sociales se murent : « si le monde est ma représentation (subjectivisme), il ne faut pas oublier que la représentation est faite par ce même monde qui m’a créé, en tant que sujet social percevant » (p 41). C’est sans doute dans l’analyse minutieuse de cette « double réalité en partie circulaire » (p 42), dont Bourdieu a cherché à rendre compte, que réside l’intérêt majeur de l’ouvrage de P. Champagne et O. Christin.

4Les auteurs examinent trois concepts centraux de l’appareil théorique bourdieusien, chacun d’entre eux constituant un chapitre de l’ouvrage : l’habitus (qui permet de penser l’intériorisation du monde social par les individus et leur capacité à agir), le capital (qui permet d’établir une économie générale des pratiques et des hiérarchies sociales) et le champ (qui analyse les spécificités et les règles communes qui régissent les mondes sociaux dans lesquels les individus sont immergés). En dépit de ce découpage en chapitre, les auteurs évitent le cloisonnement en s’attachant à décrire tout au long de l’ouvrage les manières dont s’articulent les différents concepts.

5Ensemble de structures inconscientes incorporées, de schèmes intériorisés sous la forme de dispositions durables, le concept d’habitus ne saurait réduire les agissements des individus à des pratiques contribuant à la reproduction mécanique des structures sociales. Le concept s’avère précieux tant pour expliquer la cohérence et la systématicité des goûts et des pratiques que pour penser le changement, l’événement révolutionnaire. L’analyse des auteurs des propriétés de l’habitus permet aux lecteurs de mesurer les renouvellements théoriques que permet le concept en rejetant dos à dos les approches subjectivistes et structuralistes (en proposant, par exemple, une définition non substantialiste des classes sociales). Les auteurs abordent également les conditions de production et de formation de l’habitus, autrement dit les mécanismes d’intériorisation et d’inculcation de dispositions durables lors des « expériences premières de la prime éducation » pendant lesquelles s’apprennent « par la pratique, à l’état pratique » (p 86), les gestes, les postures, les usages de la langue qui composent l’habitus et qui le rendront en retour conforme, ou pour le moins adapté, au monde social de l’agent.

6Le second chapitre, « Capital », revient largement sur l’apport de Bourdieu à la compréhension des mécanismes fabriquant et légitimant les hiérarchies sociales, ces derniers ne pouvant se comprendre uniquement par les explications marxistes en termes de capital économique. Contre la naturalisation des différences socialement produites et légitimées par les idéologies du don ou de l’excellence naturelle, la théorie mise au point par Bourdieu et Passeront dans La Distinction met en exergue la fonction conservatrice d’un système scolaire qui légitime la culture (au sens ethnologique) d’un groupe social particulier : la culture savante des classes supérieures. La notion de capital culturel que Bourdieu forge progressivement insiste sur la dimension relationnelle et conjoncturelle des usages sociaux et des traits culturels valorisés dans des espaces donnés et à des époques données. « Energie sociale » ou « rapport social », le capital ne saurait être détaché du champ dans lequel il s’exprime, puisque « c’est le champ particulier qui détermine les propriétés qui ont cours […] et qui dans la relation avec ce champ, vont fonctionner comme capital spécifique » (p 133). Capital et champ sont deux concepts interconnectés, le premier permettant de comprendre ce qui à l’intérieur du second va être perçu comme légitime et valorisé : « chaque champ sélectionne parmi les propriétés sociales et naturelles que peuvent posséder les individus [propriétés intériorisées et constitutives de l’habitus], celles qui sont des atouts pour jouer dans chacun de ces espaces de jeu » (p 146).

7« Espace structuré de positions », partiellement autonome et caractérisé par un ensemble de règles et d’enjeux qui lui sont propres, le concept de champ fut d’abord utilisé par Bourdieu pour rendre compte sociologiquement de l’activité artistique, de la vocation religieuse et scientifique et ainsi mettre un terme au mythe de l’explication subjectiviste et romantique de l’artiste créateur, du prophète, de l’unicité irréductible d’une œuvre. Il s’agit de « restituer l’ensemble des positions et l’ensemble des points de vue par rapport auxquels le peintre [ou plus généralement l’artiste] dut se déterminer » (p 150), afin d’être en mesure d’expliquer les enjeux et les règles du champ (ici le champ artistique) à une époque donnée. C’est à une pensée relationnelle qu’invite le concept de champ, puisque l’intérêt ne réside pas dans les propriétés et caractéristiques des individus qui le peuplent, mais dans les relations entre les positions occupées par ces individus, celles-ci ne prenant sens que les unes par rapport aux autres. Le champ est donc le produit des luttes « pour l’accumulation, la conservation ou la transformation du capital spécifique » (ou capital spécifiquement valorisé à l’intérieur du champ) entre les acteurs qui le composent et qui y occupent des positions différentes, voir opposées en fonction de la distribution différenciée de ce capital spécifique.

8Champagne et Christin rendent brillamment compte d’une pensée complexe et de son cheminement. Ils donnent à voir la logique du travail de recherche de Bourdieu dont les concepts évoluent, se précisent et s’enrichissent au fil des résultats obtenus par le biais d’enquêtes empiriques. Les auteurs puisent leurs illustrations dans les nombreuses recherches menées par Bourdieu qui reflètent la diversité des objets d’étude : le système éducatif, le champ religieux, journalistique, intellectuel, artistique (la photographie la fréquentation des musées), etc. Pour clore leur ouvrage, les auteurs consacrent un chapitre à l’analyse de la conception qu’a forgée Bourdieu de la figure de l’intellectuel, de son rôle et de sa place dans le monde social. Ils reviennent en détail sur la réception des travaux de Bourdieu par les « intellectuels médiatiques » ou les « intellectuels essayistes », etles faux procès intentés par ces derniers contre le sociologue. Contre cette figure de l’intellectuel affranchi des contraintes du travail d’enquête, et dont l’autonomie vis-à-vis des champs politique et journalistique apparaît bien mince, Bourdieu avance la figure de « l’intellectuel collectif » dont la production sociologique « peut être une sorte d’armede self-défense sociale contre tous les phénomènes de domination symbolique » (p 203). À l’heure où nombre d’individus endossent le titre de sociologue lors de leurs interventions dans les médias ou auprès des structures du pouvoir, la lecture de ce livre est plus qu’utile, d’une part pour se réapproprier la pensée complexe de Bourdieu et mettre fin aux critiques simplistes dont elle a trop souvent fait l’objet, et d’autre part pour réaffirmer le fait que la sociologie ne saurait être autre chose qu’une science critique au sens où son objet est bien la mise en lumière de mécanismes sociaux contribuant à la reproduction (jamais à l’identique) du monde social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Gérôme, « Patrick Champagne, Olivier Christin, Pierre Bourdieu : une initiation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9209

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page