Navigation – Plan du site

Camille de Casabianca, C'est parti, BQHL, 2012

Loïc Geffrotin

Texte intégral

1On connaît relativement bien les documentaires sur les campagnes présidentielles. On pense notamment à 1974, une partie de campagne, de Raymond Depardon, filmant Valérie Giscard d 'Estaing dans la course à l'Élysée. Par contre, voir le fonctionnement quotidien d'un parti politique est beaucoup plus rare. C'est ce que propose Camille de Casabianca, dans C'est parti.

  • 1  Max Weber, Le savant et le politique, éditions 10/18, 2002.

2Sorti au moment des élections présidentielles de 2012, C'est parti, traite de la transformation de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) en Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). Camille de Casabianca a eu la chance de pouvoir filmer ce « processus » de l'intérieur. Il permet de réfléchir à la façon dont l'organisation produit des individus charismatiques1.

3Le choix de la réalisatrice est de ne jamais intervenir, narrer, ou d'ajouter d'écran-titre. Les images et les individus que l'on voit à l'écran doivent parler d'eux-mêmes. Ainsi, le spectateur comprendra de lui-même qu'il se trouve au siège de la LCR à Montreuil, ou à l'université d'été à Port-Leucate, ou à la fête de l'Humanité etc. De même, les individus ne nous sont jamais directement présentés. Si on connaît O. Besancenot ou A. Krivine, il sera plus difficile d'identifier les autres personnes, car tous s'appellent entre eux par leur prénom. Néanmoins, le sujet des discussions qui précédent, ou la captation d'une image d'un nom de lieu ou d'événement nous indiquera où la réalisatrice se trouve. De même, on découvrira des patronymes lorsqu'un ancien de la LCR présentera la « génération montante » à un ou une journaliste. Il ne s'agit donc pas de la restitution d'une enquête sociologique, dans laquelle les acteurs seraient interviewés et des spécialistes commenteraient les images et paroles que le spectateur aurait vues. Ici, le procédé est bien plus subtil.

4On pourrait s'interroger sur le choix d'une telle mise en scène. Avec la décision de mettre fin à la LCR, la destruction de leurs archives, leur appel au sang neuf (sur le mode ''place à la jeunesse''), ne pas présenter tous les anciens de la LCR est-il une façon pour la réalisatrice d'illustrer la volonté déclarée de la LCR de repartir de zéro et de mettre tout le monde sur un pied d'égalité ? La parole de Pierre-François aurait autant d'importance que celle d'Abdel. Cependant, on entre dans une contradiction, puisque cette ''mue'' se fait sur la base d'une figure charismatique, celle d'O. Besancenot.

5La jaquette du DVD représente l'ancien candidat aux élections présidentielles, avec les yeux cachés par le titre du documentaire. Comme si le but était d'anonymiser cet individu. Pourtant il est bien reconnaissable. Ce choix de mise en scène est intéressant à plus d'un titre. À plusieurs reprises on assiste à des débats notamment du BP de la LCR, sur la personne que l'organisation doit mettre en avant. O. Besancenot avait été beaucoup médiatisé en tant que candidat et porte-parole de la LCR (« le facteur »), s'agit-il de surfer sur le charisme de la personne, ou au contraire cette transformation en NPA, va-t-elle être l'occasion de faire apparaître de nouvelles figures ? Les discussions sont vives et on voit à plusieurs reprises l'ancien candidat dire à ses « camarades » qu'il n'en peut plus des RDV avec les journalistes. Ceci anticipe le fait que Philippe Poutou sera finalement candidat aux élections présidentielles de 2012. L'autre sens de la jaquette, est peut-être l'interrogation suivante : derrière ce « nouveau parti » ne se cache-t-il pas en fait l'ancienne formation trotskyste ?

6L'intérêt du documentaire n'est pas seulement de montrer la direction de l'ancien parti travailler au quotidien (Que va-t-on répondre aux journalistes ? Qui présentera telle réunion ? Etc.) mais aussi de saisir au vol des discussions en marge des meetings ou de l'université d'été, entre anciens et nouveaux militants qui s'interrogent sur le contenu du parti, sur sa politique : Faut-il se revendiquer de la révolution ? Que faire avec la question de la religion ? Quel fonctionnement interne ? Avec qui s'allier ? Autant de questions qui vont parcourir l'organisation les années suivantes et donner lieux à de nombreuses scissions et désaffections.

7Ainsi, lorsque la réalisatrice filme les milliers de cartes d'adhérents qui vont être envoyées aux comités locaux, on a conscience que le processus prend de l'ampleur. Le NPA a revendiqué à son firmament plus de 9 000 adhérents. Ce qui ne peut qu'avoir un goût amer alors que le DVD sort et que cette formation politique est en train d'imploser. Ainsi, des quatre personnages qui ressortent du documentaire (Olivier Besancenot, François Sabado, Pierre-François Grond et Abdel Zahiri), deux ont quitté le parti en cours de route.

8On voit ainsi que tous meetings publics, et ces débats et discussions internes, participent à la mise en avant de figures charismatiques. Il n'a rien de naturel au fait qu'O. Besancenot réponde avec autant d'assurance aux journalistes : c'est le fruit d'années de formation, de préparations minutieuses au Bureau Politique de l'organisation. On voit à plusieurs reprises dans le documentaire la façon dont les interviews sont préparées : en fonction de telles questions, il faudra les reformuler de telle manière, pour avancer sur tel sujet propre à l'organisation. Le film de Camille de Casabianca montre également que le porte-parole du NPA n'écrit pas forcément toujours ces textes lui-même, mais qu'il a bien une plume.

9Le film met également en avant la figure d'Abdel Zahiri, un jeune militant arrivé pour la création du NPA. Issu des quartiers populaires d'Avignon, on va voir au fur et à mesure, qu'il ne s'agit pas d'un militant parmi d'autres, mais d'une figure importante de l'organisation dans la région PACA. Il va incarner le nouveau public que veut toucher le NPA. Mais il va incarner également les contradictions de l'organisation : à la fois jeune et plein de volonté, il va être en prise avec les questions religieuses qui vont être un point de tension avec les ex-LCR. Il va rapidement prendre une place importante dans l'organisation nationale, ce qui va augmenter son prestige local.

  • 2  Max Weber, ibid.

10De même lors de l'université d'été du NPA à Port-Leucate. La réalisatrice nous permet de voir que chaque membre de l'organisation a une personnalité, des idées, et n’est pas un simples exécutant. Le film permet donc de penser comment une organisation politique peut générer des vocations, exploiter le potentiel de ses militants, et permettre ensuite de « routiniser » le charisme de ceux-ci.2

11Le documentaire s'ouvre sur la destruction des archives de la LCR. En terminant ce DVD, on ne peut que se dire que garder la mémoire de l'Histoire est fondamental. C'est parti est un document d'archive important : on peut voir les grandes étapes de la transformation de la LCR en NPA, de l'intérieur, y voir les débats qui ont animé ses anciens et nouveaux militants sur leur projet.

Haut de page

Notes

1  Max Weber, Le savant et le politique, éditions 10/18, 2002.

2  Max Weber, ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Camille de Casabianca, C'est parti, BQHL, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9210

Haut de page

Rédacteur

Loïc Geffrotin

Professeur de philosophie en lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page