Navigation – Plan du site

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste

Arthur Mary
La nouvelle école capitaliste
Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012, 240 p., 1ère ed., 2011, ISBN : 9782707174383.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. notamment l’excellente étude de Christian Laval : L’homme économique, essai sur les racines du (...)

1Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux sont enseignants et chercheurs. Leur étude, La nouvelle école capitaliste (2012), s’inscrit dans un champ de recherche que les auteurs ont déjà largement exploré1. Il s’agit d’un travail minutieux sur les dispositifs éducatifs de notre société néolibérale. Dans un premier mouvement, les auteurs détaillent avec précision les différents moments de la mutation néolibérale de nos sociétés, mutation caractérisée par la généralisation des pratiques de management comme mode privilégié de contrainte des travailleurs et par une extension illimitée de la logique de marché et de la concurrentialité. Or, cette extension touche également la nature du savoir et de la connaissance. Prise dans une perspective utilitariste, la connaissance se conçoit dès lors comme commercialisable et à l’aune des retours sur investissement qu’on peut en espérer. Tous les dispositifs impliqués dans la production des connaissances scientifiques et techniques sont affectés : l’école, l’université, les instituts de recherche. La pédagogie s’est subordonnée progressivement à l’impératif concurrentiel et à la nécessité de l’employabilité : l’école ne se conçoit plus que comme un dispositif d’adaptation des futurs travailleurs au marché. Telles sont les observations des auteurs, étayées par de nombreuses sources bibliographiques (rapports, études, articles, etc.). On regrettera l’absence d’une bibliographie organisée des sources citées, le lecteur devra se contenter des notes de bas de page.

  • 2  Cf. La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2012, p. 17-18.

2Dès l’introduction, les auteurs prennent une précaution qui leur garantit de ne pas verser dans la paranoïa et le simplisme lorsqu’ils précisent qu’il n’y a pas de « méchants capitalistes » qui agressent l’école publique. Non : la transformation de l’école, de l’université, de la recherche, est l’effet d’une transformation de la société dans son ensemble et donc de chacun de ses acteurs2. Autrement dit, ce sont les politiques, certes, mais encore les enseignants, parents, élèves, chercheurs, qui participent à ces réajustements. Malgré cette précaution initiale nécessaire, la suite du texte court parfois le risque de raviver le fantasme d’un grand Capitaliste complotant contre les élèves et contre les travailleurs. Toujours est-il que la perspective de notre participation à tous au néolibéralisme culturel a le mérite de mettre au centre de la réflexion non plus une abstraction extérieure acéphale (l’« idéologie capitaliste ») mais la société dont nous faisons partie, le système auquel nous participons (volontairement ou à notre corps défendant).

3La nouvelle école capitaliste est également l’occasion pour ses auteurs d’alimenter une thèse d’ordre anthropologique : la société néolibérale se dote d’une école, d’un enseignement, et d’une pédagogie qui puissent édifier des individus adaptés à l’idéologie de marché généralisée. Autrement dit, le néolibéralisme compétitif se décèle moins dans le contenu des connaissances enseignées, que dans la forme que prennent les connaissances et les stratégies pédagogiques (calquées sur le New public management et qui y préparent). C’est la « fabrique de la subjectivité néolibérale » qui est mise en cause de plusieurs manières : les auteurs relèvent ainsi que cette mutation sociale conduit à de nouvelles formes de la souffrance psychique du travailleur, induites par la réorganisation du travail par l’évaluation, la peur, la culpabilité, l’instabilité (référence à la psychologie du travail de Christophe Dejours, Yves Clot et Philippe Zarifian) ; d’autre part, cette subjectivité néolibérale correspond au format de l’humain dont a besoin le capitalisme pour pouvoir rapatrier sur les marchés financiers ce qui pour le moment y échappe.

  • 3  Ibid., p. 40.
  • 4  Cf. le chapitre 4 : « Concurrence scolaire et reproduction sociale ».

4Au fil de leurs analyses des différents aspects de cette dynamique structurelle, les auteurs mettent au jour des logiques auto-impliquées qui éclaireront peut-être, et dans une certaine mesure, les raisons des difficultés à concevoir des formes d’opposition à ces mutations. Ainsi, on assiste à la façon dont un système met en place les « conditions susceptibles de conduire les professionnels à réclamer eux-mêmes des réformes tournées contre eux3 » ; on apprend comment une sociologie critique bourdieusienne peut être détournée en un instrument au service d’une école toujours plus ségrégative4 ; les auteurs précisent aussi la figure du stagiaire dans la situation paradoxale d’être peu à peu devenu un travailleur non rémunéré et devant souvent payer et se sacrifier pour obtenir le droit à cette « formation professionnelle » qui puisse s’inscrire sur son curriculum ; les dispositifs de la contrainte du marché s’internalisent de plus en plus au cœur d’un individu qui apprend toujours plus tôt à se vendre, c’est-à-dire à se penser comme une marchandise (« le capital humain ou les ressources humaines ») ; la contrepartie étant une extension des pratiques de l’orientation et un réajustement des missions du conseiller d’orientation-psychologue.

  • 5  Ibid. p. 270.
  • 6  Ibid. p. 281.

5Leurs analyses et leur critique de la mutation néolibérale de l’école ne sont pas désintéressées. Les auteurs en espèrent quelque effet ; non pas un retour à l’école d’antan (retour qu’ils jugent impossible), mais réunir les conditions favorables à la construction de l’« école postcapitaliste5 ». Or, l’ouvrage comporte peut-être implicitement une raison de sa difficulté à soutenir les résistances à cette mutation : en effet, les auteurs ont parfaitement relevé que la mutation culturelle qu’ils décrivent touche d’emblée la valeur de la connaissance. Articulée finement à son utilité sur le marché, la connaissance est systématiquement dévaluée et méprisée dès lors qu’elle ne s’inscrit pas dans la logique du marché généralisée. Si La nouvelle école capitaliste constitue bien un accès au savoir – un savoir critique et produit d’une réflexion universitaire –, cette étude s’inscrit dans et s’appuie sur une logique pré-néolibérale où la connaissance avait un statut a priori désarrimé des soucis de compétitivité et de concurrentialité. En un sens, ces auteurs, enseignants et chercheurs, trahissent et revendiquent leur inadaptation au système ; en partie seulement car il existe sans doute aussi des lectures utilitaristes et militantes de leur étude (on doute cependant qu’il puisse en exister une lecture concurrentielle). En fait, la question de fond serait celle-ci : jusqu’à quel point l’analyse menée dans ce travail est encore audible par la société qu’il décrit ? La subjectivité que fabrique la « nouvelle école capitaliste » n’est-elle pas celle d’un individu, entrepreneur de lui-même, qui aura à tel point intégré les valeurs du marché que la critique de la forme de société qu’il habite et qui l’a éduqué ne pourra lui paraître qu’absurde, utopiste, rétrograde, naïve, voire dangereuse ? Néanmoins, la rigueur de cette mise en série des différents nœuds de la scolarité néolibérale par Laval, Vergne, Clément et Dreux dispose le problème avec la cohérence nécessaire pour penser et bâtir une alternative. Et il semble qu’ils situent la possibilité de cette alternative précisément dans l’école et donc dans les formes de résistance du corps enseignant en faveur de l’idéal émancipatoire de l’école. L’enjeu est politique, éthique, culturel et scientifique. Les auteurs concluent donc cette réédition par la promesse d’un prochain ouvrage « examin [ant] les conditions et les dimensions d’une nouvelle école démocratique6 ».

Haut de page

Notes

1  Cf. notamment l’excellente étude de Christian Laval : L’homme économique, essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Gallimard, 2 007. Plus largement, on lira aussi les travaux de leur groupe de travail à l’Institut de Recherches de la FSU : http://institut.fsu.fr/

2  Cf. La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2012, p. 17-18.

3  Ibid., p. 40.

4  Cf. le chapitre 4 : « Concurrence scolaire et reproduction sociale ».

5  Ibid. p. 270.

6  Ibid. p. 281.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9217

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien Doctorant en psychologie clinique à l'Université de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES (Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures, Sociétés). Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche à l'Université Toulouse-Le Mirail, LCPI (Laboratoire Cliniques Pathologique et Interculturelle)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page