Navigation – Plan du site

« Aux bords du champ : agriculture et sociétés contemporaines », Terrains et travaux, n° 20, mai 2012

Pierre Gille
Aux bords des champs
Gilles Tétart, Antoine Bernard de Raymond (dir.), « Aux bords des champs. Agricultures et societes contemporaines », Terrains & travaux. Revue de sciences sociales, n°20, 2012, ENS Cachan.
Haut de page

Texte intégral

1Le fait qu'une revue qui n'est pas liée au monde professionnel agricole ou à celui de la recherche agronomique se penche sur les problèmes agricoles ou ayant rapport à l'activité agricole est aujourd'hui suffisamment rare pour qu'on le signale et qu'on s'y intéresse.

  • 1  On trouvera en outre à la fin de cette publication, dans un varia réduit à un seul texte, un artic (...)

2La revue Terrains et Travaux, publiée par le département de sciences sociales de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan, consacre ainsi la quasi-totalité de son numéro 20 (publié en mai 2012) à ces questions1. Ce numéro, très riche, traite principalement de la situation française. Il s'adresse à un public disposant à la fois d'une certaine connaissance du monde agricole de ce pays (principaux acteurs, institutions et débats) et de son histoire (au moins sur les soixante dernières années), et d'une certaine culture sociologique et économique. Les articles ont en effet été rédigés par des spécialistes (universitaires ou chercheurs sociologues et économistes) des questions abordées et il ne s'agit pas d'un ouvrage de vulgarisation. Rien d'inabordable toutefois dans ce numéro. On regrettera simplement qu'un des textes dû à Joël Sotamenou et consacré aux « Facteurs d'adoption du compost en agriculture urbaine et périurbaine au Cameroun » (le seul qui ne traite pas de la situation française) tende à abuser de précisions méthodologiques relatives aux modèles économétriques utilisés dans le cadre de l'étude et que ces précisions en alourdissent quelque peu inutilement la lecture.

3Que dire maintenant de ce qui ressort de cette revue en ce qui concerne le monde agricole ? Tout d'abord, qu'il en ressort l'image d'un monde agricole vivant mais soumis à des pressions et des contraintes peut-être pas croissantes (l'activité agricole est par définition, et comme toutes activités économiques, soumises à tout un ensemble de contraintes), mais qui se sont sans doute diversifiées et qui sont aujourd'hui non seulement économiques mais également environnementales, voire même sociétales. Et ces contraintes ne sont pas indépendantes les unes des autres, comme en témoigne en particulier le texte de Laure Bonnaud, Zouhair Bouhsina et Jean Marie Codron intitulé « le Rôle des marchés dans le contrôle des traitements phytosanitaires. L'exemple du secteur de la tomate »

4Mais qu'il en ressort également l'image d'un monde qui connaît un processus de fragmentation, tant les logiques à l’œuvre et les stratégies mises en place au sein de celui-ci apparaissent diverses et souvent divergentes. Résultat pour partie des contraintes et pressions évoquées ci-dessus (qui sont très souvent d'origines externes au monde agricole lui-même), et pour partie de dynamiques plus internes à ce monde, ce processus de fragmentation se retrouve également, mais avec d'autres modalités, au sein de certaines institutions que l'on peut qualifier de « para-agricoles ». Un texte de Yannick Sencébé intitulé « La SAFER, De l'outil de modernisation agricole à l'agent polyvalent du foncier : hybridation et fragmentation d'une institution » montre ainsi comment ces Sociétés d'Aménagement Foncier et d’Établissement Rural créées au début des années soixante dans le cadre des lois de modernisation agricole (Lois Pisani), afin de favoriser les restructurations foncières, ont aujourd'hui des activités très variables d'une région à l'autre (allant de la prise en charge de leur mission d'origine évoquée ci-dessus à celle de « quasi-agence immobilière » spécialisée dans des biens ruraux, mais pas toujours agricoles).

5Différentes orientations ou logiques (que l'on peut éventuellement qualifier de « stratégiques ») peuvent ainsi être dégagées. Elles permettent d'identifier et de différencier certains acteurs mais elles ne sont pas obligatoirement exclusives l'une de l'autre et peuvent être adoptées successivement ou alternativement par un même acteur. Certaines d'entre elles relèvent ainsi d'une volonté de préservation des intérêts professionnels agricoles. Agriculteurs et organismes professionnels agricoles cherchent alors à « cadrer » précisément les problèmes rencontrés, c’est-à-dire à faire en sorte, en restant maîtres de leurs définitions, qu'ils apparaissent comme des problèmes purement agricoles. Toutes tentatives d'interventions extérieures susceptibles de déposséder les acteurs agricoles de la gestion de ceux-ci et de remettre en cause le modèle socio-technique agricole en place pouvant ainsi être « sapées ». Deux textes, l'un rédigé par Maia Martin (« Entre affection et aversion, le retour du loup en Cévennes comme problème public »), l'autre rédigé par Giovanni Prete (« A l'épreuve de "crises agricoles" : la gestion confinée d'introduction de pathogènes des cultures ») illustrent ainsi assez clairement ce type d'orientation.

6D'autres orientations relèvent plutôt de la volonté de répondre à des exigences externes tout en cherchant, à certains moments au moins, à préserver une certaine marge de liberté. On trouvera une illustration de ce second type d'orientation dans l'article (déjà cité) de Laure Bonnaud, Zouhair Bouhsina et Jean Marie Codron qui montre comment les organisations de producteurs du secteur de la tomate s'adaptent aux exigences des marchés, « relayées » par les entreprises de la grande distribution, en matière d'utilisation des produits phytosanitaires.

7D'autres orientations enfin relèvent plutôt d'une volonté d'ouverture.

8Ouverture vers des acteurs extérieurs au monde strictement agricole (ou à l'économie nationale) afin, dans certains cas, de nouer des alliances et de peser d'un plus grand poids dans certaines décisions. Deux textes, l'un dû à Elise Roullaud (« L'élargissement du front de contestation de la PAC : La confédération paysanne au sein des coalitions transectorielles »), l'autre dû à Delphine Thivet (« Des paysans contre la faim. La "souveraineté alimentaire", naissance d'une cause paysanne transnationale ») sont ainsi consacrés au combat mené depuis une vingtaine par la Confédération Paysanne contre la Politique Agricole Commune et, non sans tensions internes, pour la définition et le respect d'une « souveraineté alimentaire »).

9Mais ouverture également vers d'autres modèles agricoles (agriculture biologique en particulier)

10Ces stratégies de (re) conversion vers d'autres modèles restent toutefois encore aujourd'hui assez marginales en France même si elles progressent. Elles peuvent certes permettre, en reconsidérant la totalité du modèle socio-technique en vigueur, de transformer en atout des éléments qui au départ apparaissaient plutôt comme des handicaps. Un texte de Florence Hellec et André Blouet (« Technicité versus autonomie. Deux conceptions de l'élevage laitier biologique dans l'Est de la France ») montre ainsi comment l'herbe, vue comme une contrainte dans les systèmes conventionnels d'élevage laitier de l'Alsace bossue s'est transformée en ressource dans les systèmes biologiques. Mais ces stratégies ne sont pas toujours évidentes à mettre en œuvre et se heurtent souvent à la résistance du modèle productiviste encore largement dominant au sein des différents organismes et structures collectifs professionnels agricoles. Un texte d'Elise Demeulenaere et de Frederic Goulet (« Du singulier au collectif. Agriculteurs et objets de la nature dans les réseaux d'agricultures "alternatives" ») et un texte de Claire Lamine (« Changer de système : une analyse des transitions vers l'agriculture biologique à l'échelle des systèmes agri-alimentaires territoriaux ») illustrent ainsi ces difficultés. Quant à leurs modalités d'adoption et aux caractéristiques des systèmes qui en découlent, elles restent très influencées par des facteurs locaux. Le texte de Florence Hellec et André Blouet cité ci-dessus montre ainsi clairement en quoi de tels facteurs (historiques pour partie) peuvent expliquer les caractéristiques sensiblement différentes des systèmes d'élevage laitiers biologiques adoptés dans les Vosges et en Alsace bossue.

11On conseillera donc ce numéro à tous les lecteurs intéressés, et disposant du minimum de connaissances évoqué ci-dessus, par les problèmes agricoles ou relatifs à l'activité agricole (mais également par les problématiques relatives aux questions de mobilisations et de changements sociaux et socio-techniques) souhaitant mettre à jour les données dont ils disposent dans ce domaine.

Haut de page

Notes

1  On trouvera en outre à la fin de cette publication, dans un varia réduit à un seul texte, un article consacré aux conséquences des modifications du personnel et des orientations politiques de l'Etat belge dans les années 2000 sur le destin d'une innovation introduite en matière de politique pénale dans ce pays à cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « « Aux bords du champ : agriculture et sociétés contemporaines », Terrains et travaux, n° 20, mai 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9264

Haut de page

Rédacteur

Pierre Gille

Docteur ès Sciences économiques, enseignant en Sciences économiques et sociales en Lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page