Navigation – Plan du site

Jean Foucart, Fluidité sociale et souffrance

Jean-François Blanchard
Fluidité sociale et souffrance
Jean Foucart, Fluidité sociale et souffrance, L'Harmattan, 2009, 283 p., EAN : 9782296095526.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Foucart Jean (2003), Sociologie de la souffrance, Bruxelles, de Boeck, coll. Ouvertures sociologiqu (...)

1Dans l'ouvrage présenté ici, Fluidité sociale et souffrance, l'auteur, docteur en sociologie et chargé de cours à la Haute Ecole Charleroi Europe (Belgique), propose un exposé théorique donnant à appréhender les fondements et la nature de cette souffrance d'origine sociale dont l'expression occupe une place centrale dans notre société sous forme de tension latente, d'angoisse, de plaintes. Dans Sociologie de la souffrance 1 Jean Foucart abordait le même objet - la souffrance - en explorant ses différentes manifestations. Au moins deux types de lecteurs seront intéressés : d'une part, les chercheurs dans ce champ des sciences humaines qui trouveront l'exposé d'une problématique dense et stimulante sur le plan intellectuel, et d'autre part les professionnels du social ou du médico-social qui y trouveront un cadre de conceptualisation utile.

2La modernité radicalisée (Giddens), désenchantée par une perte de sens, fabrique de l'autonomie et crée dans le même temps une vulnérabilité individuelle, une précarité transactionnelle dont la dimension psychique est la souffrance. Les processus verticaux de socialisation s'étant appauvris, l'individu moderne, ainsi libéré se trouve devoir assumer avec ses propres ressources la problématique sociale horizontale du vivre ensemble. L'individu est enjoint à être créatif dans un contexte de crise de la culture (Simmel). L'auteur présente un étayage théorique, riche, dense, faisant appel à une somme de travaux dans le champ de la sociologie (Simmel, Giddens...) mais aussi de la philosophie (Arendt...), psychanalyse (Winnicott), tout en exploitant des modèles métaphoriques pris dans des disciplines connexes telles que la physique ou l'anatomie, afin de représenter au lecteur cette souffrance. Les outils théoriques proposés permettent d'illustrer la description, comme autant d'éclairages croisés, de l'hypothèse selon laquelle la société fluide dans laquelle nous vivons génère un vide social qui ébranle chez l'individu la confiance en l'autre et en la société, donc de sa capacité de jeu. La précarité transactionnelle apparait alors comme le revers de l'autonomie dans la réalisation de soi.

3L'ouvrage s'articule en trois parties. La première partie est la construction d'une hypothèse de conceptualisation de la souffrance en deux chapitres. Dans le premier, « Souffrance et vide social » Jean Foucart caractérise la souffrance, par son indicibilité, le fait qu'il s'agit d'un phénomène qui ne trouve - socialement - pas de place et constitue une rupture du rapport à soi. L'absence de compromis entre le psychique et le social caractérise l'ultra modernité. L'individu idéalement héroïque est confronté à l'épreuve du social sans aucune forme de transcendance qui pourrait le conforter. Par une « conceptualisation complexe » (titre du chapitre 2) Jean Foucart, en avançant le concept de transaction écarte une sociologie de la structure avec des déterminants lourds. La posture de l'individu est appelée à s'inscrire dans une approche pragmatique du monde, dans un espace potentiel de confiance, de jeu, de création, qui n'est ni subjectif ni objectif. L'individu, tel le danseur de corde de Nietzsche, est en équilibre précaire entre deux abîmes : si le jeu devient le sens du réel, il n'y a plus de réel, si le réel devient invasif il n'a plus d'autonomie.

4La seconde partie « Ultramodernité, fluidité sociale, et réalisation de soi » conjugue trois entrées interdépendantes : le pouvoir et le système social, la configuration des codes pour le système culturel, et l'identité pour le système de la personnalité. Le chapitre 3 décrit un monde fluide, qui présente les caractères de réticularité décrits par Castells (effacement des communautés territoriales, horizontalité, affaiblissement des formes de socialisation intégratrices, libre détermination des liens sociaux). L'ultra modernité décrite est la forme aboutie d'une modernité dépouillée de toute transcendance, démunie de sens. Le chapitre 4 apporte une représentation du système social autour du concept de réseau de flux par opposition au réseau de ponts (Elias, Simmel) où la logique de la séquence prévaut sur celle de la position dans une libre circulation et un mouvement perpétuel. La posture adaptée pour l'individu induite par cette morphologie de réseau, assimilé métaphoriquement au système sanguin, est celle de la metis. Ce terme grec ancien conceptualise une attitude d'adaptation, de pragmatisme, d'imagination analogue a celle du chasseur ou du pêcheur armé de son filet. La'metis} serait l'intelligence du changement qui devient nécessaire à l'homme.

5Le chapitre 5 aborde la question de la souffrance sous l'angle des enjeux symbolico-identitaires : dans une perspective d'individualisme de déliaison où l'on assiste à la perte des repères, la personnalité est déconnectée du tout (Gaucher). Dans le contexte décrit, le modèle culturel de réalisation de soi produit de l'exclusion dans la mesure où n'existe pas de modèle social collectif alternatif autre que l'individualisme produit socialement. Le risque inhérent à la liberté est la précarité. L'individu confronté à un besoin de reconnaissance sociale se trouve devant la nécessité d'instrumentaliser autrui dans le rapport social. L'identité est fondamentalement définie par la capacité de création subjective. Jean Foucart reprend l'analyse durkheimienne de l'habitus, la confronte à celle de Bourdieu, et s'appuyant sur les travaux de Goffman écarte la présence d'éléments d'invariabilité dans les conditions de production de l'identité sociale. Celle-ci, dans un monde multiple s'élabore de façon réflexive et discursive : l'auteur conclut à une socialisation stratégique.

6Dans la troisième partie intitulée « Une quotidienneté insupportable » Jean Foucart décrit les conditions de la rupture, la disparition des éléments symboliques, éléments sociaux de langage et de partage de sens, et l'incapacité pour l'individu de s'investir dans le jeu social. Reprenant les éléments explicatifs de la médiation symbolique dans une société décrits par Mauss, Jean Foucart en constate l'absence aujourd'hui. Le symbolique qui réunit ce qui est séparé se trouve appauvri. Son absence en tant que langage et cadre d'échange, laisse le champ à l'expression subjective. La culture du système d'échange tend à disparaitre. Dès lors les institutions (enseignement, justice...) ne sont définies que sur le mode subjectif des professionnels (enseignants, juges...) ou celui des usagers (élèves, parents, justiciable, public...). En l'absence d'une capacité du politique à produire du symbolique, cette subjectivisation nourrit toutes formes d'instrumentalisation. Dans le chapitre 7, dernier développement de l'ouvrage de Jean Foucart, celui-ci présente l'incivilité comme une cassure du monde contemporain. « Les civilités régulent les tensions entre l'impersonnel et le personnel. On peut parler d'une structure universelle de l'espace public. Ce qui est menacé dans l'ultra modernité, c'est cette structure universelle » (p236).

7Cet ouvrage est donc essentiellement théorique, il atteint son objectif qui est de donner à voir la souffrance sociale dans un monde décrit comme fluide. La multiplication des angles explicatifs et des références théoriques permet d'appréhender celle-ci. L'ouvrage constitue un bon point d'appui pour qui voudrait engager un travail de terrain dans le domaine, ou éclairer sa pratique professionnelle.

Haut de page

Notes

1 Foucart Jean (2003), Sociologie de la souffrance, Bruxelles, de Boeck, coll. Ouvertures sociologiques

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Jean Foucart, Fluidité sociale et souffrance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 février 2010, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/927

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page