Navigation – Plan du site

Anthony Pecqueux, « Les bruits de la ville », Communications, n° 90, 2012

Emmanuel Galland
Les bruits de la ville
Anthony Pecqueux (dir.), « Les bruits de la ville », Communications, n° 90, 2012, Paris, Seuil, ISBN : 9782021064254.
Haut de page

Texte intégral

1Cette dernière livraison de la revue Communications nous offre un ensemble varié de perspectives théoriques et d'approches disciplinaires autour d'une problématique resserrée. La question des bruits de la ville y est abordée à travers treize riches articles qui font appel autant à l'histoire, à la sociologie, à l'anthropologie, à la philosophie, à la linguistique, qu'au droit, l'urbanisme, l'architecture ou même l'action politique. L'interdisciplinarité des sciences sociales est au cœur de ce numéro, du fait de la diversité des approches présentées, mais aussi par la revendication de leurs auteurs qui plaident pour une ouverture envers ce type d'objets transdisciplinaires.

2Anthony Pecqueux, qui dirige ce numéro, propose de partir d'un paradoxe : la baisse contemporaine du seuil de tolérance auditive des citadins s'oppose à notre incapacité à imaginer une ville silencieuse. D'emblée, il ne s'agit pas d'étudier le « bruit » en tant que tel, mais de mettre au travail la capacité de révélateur des « sons » et des « bruits » pris dans leur environnement urbain. Que nous disent les sons dans la ville, sur la ville ou de la ville ? À travers le bruit, il s'agit de partir du particulier, pour élargir la perspective à « la définition de la ville selon ses qualités et ses dynamiques sensibles » (p. 14).

3Ainsi, plusieurs articles évoquent la dimension sonore de l'expérience quotidienne. Deux articles commencent par rappeler l'enracinement historique, médiéval et moderne, de la dimension sonore dans l'expérience urbaine. D'autres insistent sur l'importance du son dans la coordination de la pratique urbaine quotidienne.

4Toutefois, une part importante des articles est consacrée à la dimension conflictuelle liée aux bruits de la ville. Le choix des mots et l'analyse du langage placent cette conflictualité du son au cœur de la vie urbaine. Parler de « bruits » n'est jamais neutre, il s'agit toujours de sons appréhendés par les agents sociaux, que ceux-ci leur plaisent, déplaisent ou les indiffèrent. Un article de juriste rappelle ainsi les fondements et les distinctions qu'opère le droit en matière de gène sonore, tandis qu'un autre éclaire la genèse de la perception d'un certain environnement sonore comme nuisance. Ces différentes « mobilisations sensibles » sont parfaitement illustrées par un duo d'étude de cas autour de la ville d'Angers, réputée pour sa « douceur », qui donne place à différents points de vue autour du conflit sur les nuisances sonores en centre-ville.

5La montée en généralité de la problématique s'opère par une série d'articles qui tente d'allier la question sonore à la question de la définition de la ville et de l'expérience urbaine. Un article fournit une « archéologie » de la notion d'ambiance, qui fait toute sa place à l'expérience sensible en milieu urbain. Cet état des lieux des différentes problématiques afférentes à la notion d'ambiance, balise les articles qui suivent, que ce soit sur l'engagement individuel dans un espace tel que celui de la gare, ou concernant l'expérience locative et les relations de voisinage.

6Ainsi, la perspective tracée par les auteurs relie l'expérience auditive individuelle à la définition d'une ville sensible et des ambiances d'un territoire urbain, en passant par la conflictualité véhiculée par le support et les pratiques sonnantes quotidiennes. Il faut replacer ces différents travaux dans la lignée du regain d'intérêt des sciences sociales envers la question de la perception et de l'activité humaine sensible. Le bruit apparaît comme une porte d'entrée à l'analyse de l'expérience vécue, des affects et de la sensorialité. Aussi, à propos de la notion d'ambiance, Jean-Paul Thibaud affirme-t-il que « loin d'être un simple surplus de luxe ou de confort, elle aide à penser le versant existentiel de l'expérience humaine. C'est dire si elle ancre le monde des sens au cœur même de l'habiter et en constitue une condition de possibilité » (p. 171). Le corpus de références bibliographiques atteste de cette orientation et plusieurs auteurs cherchent à développer des outils théoriques allant dans le sens d'une analyse de la phénoménalité de l'espace urbain.

  • 1  Voir notamment Augoyard J.-F. 1979, Pas à pas. Essai sur les cheminements quotidiens en milieu urb (...)

7Car au final, c'est là un des grands attraits de ce numéro de revue. Au-delà de la progression analytique déployée autour de la question des bruits de la ville, on peut aussi se servir de ce corpus d'articles comme d'une boîte à outils qui invite ou introduit aux différents travaux menés sur les ambiances urbaines et la perception ordinaire du citadin. Nombre de concepts sont présentés et mis à l'épreuve, tels que ceux de « paysage sonore » à la suite des travaux de Jean-François Augoyard1 (qui constitue une référence récurrente de ce numéro), ou de « sonotope » dans l'article de Philippe Woloszyn. Dans la poursuite d'une approche écologique de l'expérience urbaine, Anthony Pecqueux propose le concept d' « affordance des événements » pour résoudre la question du lien entre action et perception humaine. Jacques Cheyronnaud développe une analyse de la « situation de bruit », Agnès Levitte parle d' « intrigue » pour rendre compte de l'expérience complexe de la marche en ville, tandis que Jean-Paul Thibaud offre un regard archéologique tout à fait stimulant sur la notion d' « ambiance », comparée à celle d’« atmosphère » ou d' « environnement ».

8De ce point de vue, le numéro apparaît comme une mine de perspectives théoriques, de concepts et d'outils pour analyser les expériences sensibles de la ville, tout en proposant des exemples concrets et des études de cas pratiques. Un corpus stimulant donc, qui offre une multiplicité de porte d'entrée et s'ouvre largement à une perspective et des objets transversaux à l'ensemble des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Augoyard J.-F. 1979, Pas à pas. Essai sur les cheminements quotidiens en milieu urbain, Paris, Seuil ; ou encore Augoyard J.-F. 2011, (dir.), Faire une ambiance, Bernin, À la croisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Galland, « Anthony Pecqueux, « Les bruits de la ville », Communications, n° 90, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9281

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Galland

Allocataire de recherche en Anthropologie à l'Université de Provence, et membre du CÉMAF (Centre d'Études des Mondes Africains, UMR 8171)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page