Navigation – Plan du site

Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes

À propos de : Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012.
Alexandre Mathieu-Fritz
Chirurgiens au féminin ?
Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012, 294 p., ISBN : 978-2-7535-0905-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutefois, si l’on est attentif à la littérature sociologique au plan international, on constate à (...)

1En dépit du fort développement de la sociologie française des groupes professionnels depuis les années 1990, les recherches sur l’univers chirurgical sont encore rares1. La chirurgie présente pourtant un intérêt réel pour l’analyse sociologique en raison, notamment, des nombreux changements qui affectent à la fois les conditions et les activités de travail des chirurgiens (technicisation et hyperspécialisation, changements organisationnels des hôpitaux, luttes interprofessionnelles pour l’appropriation, voire la monopolisation de nouvelles compétences techniques, judiciarisation des activités chirurgicales, crise de recrutement, etc.). Autre caractéristique majeure de ce groupe professionnel qui intéresse le sociologue : la chirurgie demeure sans conteste un « bastion masculin » au sein d’un monde médical qui se féminise fortement. C’est là le point de départ de l’analyse proposée par Emmanuelle Zolesio.

2Afin de comprendre comment des femmes parviennent à intégrer cette sphère réputée masculine, l’auteure développe une démarche sociologique originale visant à retracer la trajectoire des effectifs féminins qui font carrière en son sein. Plus précisément, elle propose d’analyser finement les divers processus de socialisation auxquels ces femmes participent, ainsi que les dispositions qu’elles acquièrent, manifestent ou mettent en veille dans les différents contextes de travail. Ce faisant, l’auteure propose de rendre compte plus largement de la culture professionnelle des chirurgiens et des mécanismes de sa reproduction, tout en évitant l’écueil du culturalisme, qui consisterait à envisager la « culture chirurgicale comme un tout unifié, un bloc indivisible se transmettant systématiquement, totalement et uniformément aux nouveaux entrants dans la profession » (p. 10). L’auteure propose ainsi une entrée analytique « par la marge » pour rendre compte de la socialisation professionnelle chirurgicale dans son ensemble. Directement inspirée par les travaux de Bernard Lahire, la perspective sociologique de la socialisation développée par Emmanuelle Zolesio est à la fois sociogénétique et contextualiste : elle se donne pour objectif de mettre en évidence la multiplicité des instances de socialisation qui, au fil des trajectoires individuelles, déterminent l’intégration de dispositions à agir, penser et sentir, et cherche à en restituer la genèse, à travers l’étude de leurs modes de transmission ; cette approche met en relief l’hétérogénéité des processus de socialisation (familiaux, amicaux, professionnels, etc.), leur articulation, ainsi que les modalités d’activation (ou d’inhibition) des dispositions en fonction des contextes sociaux.

3Le travail qui est présenté dans cet ouvrage est issu de la recherche doctorale d’Emmanuelle Zolesio. Il repose principalement sur des entretiens et des observations conduits auprès d’enquêté(e)s exerçant en chirurgie digestive. Une quarantaine d’entretiens ont été réalisés auprès de femmes chirurgiens et une quinzaine d’autres avec des hommes. Six enquêtées ont été suivies sur le terrain dans le cadre de leur pratique professionnelle quotidienne, lors des consultations et au bloc opératoire, mais aussi pendant les « tours » menés au lit du malade, dans les salles de garde, à la cantine, etc.

4Après avoir rendu compte de la très faible féminisation du groupe professionnel sur le plan statistique, l’auteure montre combien, à travers le discours des enquêté(e)s, la profession chirurgicale est associée, au plan symbolique, à des représentations caractéristiques, considérées généralement comme typiquement masculines. Le métier se définit notamment par sa technicité, son caractère accaparant, physique, le goût pour l’action immédiate, la prise de décision rapide, l’aptitude au commandement, la combativité, l’endurance physique… Autant de caractéristiques auxquelles viennent s’ajouter une faible empathie à l’égard du patient, les jeux de séduction (des hommes avec les femmes), l’assurance et son pendant, la condescendance, l’emportement (notamment au sein du bloc opératoire), la misogynie et le machisme – qui conduisent souvent des chefs de service masculins à énoncer clairement que « le métier de chirurgien n’est pas fait pour les femmes ». Il ne fait ainsi aucun doute que « la chirurgie s’est construite comme une profession « masculine » » (p. 50).

5Suite à ces premières constatations, l’auteure cherche à comprendre comment s’effectue, pour les étudiantes en médecine, le choix de la spécialisation en chirurgie. Certaines déclarent avoir eu la vocation ou avoir découvert, dès les stages d’externat, leur intérêt pour la profession chirurgicale, tandis que d’autres rejettent la possibilité d’y faire carrière, en raison principalement du surinvestissement que requièrent la formation et l’exercice de la chirurgie, du « manque de relationnel » avec le patient et de l’ambiance particulière du milieu chirurgical (langage relâché, humour grivois et scatologique, etc.). L’analyse des parcours des femmes qui ne choisissent pas la chirurgie sera approfondie à partir du cas particulier d’une enquêtée qui abandonnera son projet de devenir chirurgienne en cours d’internat. En dépit des qualités techniques dont fait montre cette apprentie chirurgienne, celle-ci ne présente pas toutes les caractéristiques attendues d’un « bon » chirurgien, comme la passion pour le métier, l’assurance ou la priorité donnée à l’investissement au travail sur la vie familiale. Ainsi, certaines dispositions acquises lors de la socialisation primaire s’articulaient mal à celles qui sont requises pour intégrer le milieu chirurgical.

6L’auteure s’intéresse ensuite aux dispositions des femmes qui ont intégré la profession. Elle montre notamment qu’elles sont parvenues à se « surinvestir » au plan professionnel, et ce, davantage que leurs homologues masculins durant l’internat et l’assistanat. Il leur a fallu constamment apporter la preuve qu’elles étaient capables d’être aussi fortes ou endurantes que les hommes, y compris durant les périodes de grossesse – cette dernière étant synonyme, pour les confrères masculins et les chefs de service, de moindre investissement professionnel et de désorganisation du service. L’investissement des femmes au sein de la carrière aura tendance, après la période de formation, à se réduire, mais sans pour autant les conduire à privilégier réellement leur vie familiale. La conciliation entre vie professionnelle et vie hors travail est, en règle générale, délicate à réaliser. Ainsi, la poursuite d’une carrière hospitalo-universitaire est généralement abandonnée en raison de son caractère chronophage et l’organisation de la vie domestique ne peut s’effectuer sans le recours à des aides extérieures.

7D’autres aspects de la culture professionnelle chirurgicale sont mis en lumière, notamment les usages de l’humour en chirurgie, qui s’enracine historiquement dans la culture des salles de garde et dans un rapport au corps désacralisé, propre au monde médical. Selon les cas, les dispositions acquises lors de socialisations antérieures conduisent les femmes chirurgiennes à réprouver, à tolérer ou bien à accueillir favorablement et à contribuer à l’humour sexuel et scatologique des chirurgiens. Par ailleurs, l’auteure montre qu’au sein de l’univers chirurgical, la relation médecin/malade qui s’établit lors des « tours » auprès des patients alités ou à l’occasion des consultations, est placée généralement au second plan, la partie la plus valorisée du travail se constituant des activités chirurgicales pratiquées au sein du bloc opératoire.

8Emmanuelle Zolesio prête ensuite attention aux femmes qui sont définies comme masculines par leur entourage professionnel. Elle montre que la masculinité de ces femmes chirurgiennes trouve ses origines dans la construction antérieure, souvent au cours de l’enfance, d’un tempérament masculin : « si on trouve dans la socialisation primaire de nombre de femmes chirurgiens les prémices de dispositions étiquetées comme masculines, celles-ci se voient intensément mobilisées et amplifiées au cours de l’internat de chirurgie » (p. 181). Ainsi, le franc-parler, l’aptitude à diriger et à entrer en conflit, le goût pour l’humour grivois constituent à la fois des dispositions considérées comme masculines et des caractéristiques valorisées au sein de la sphère chirurgicale. De façon peut-être contre-intuitive pour qui est extérieur à cette sphère, les expressions de « vrai mec » ou de « femme à couilles » (p. 175), qui sont associées à certaines chirurgiennes, sont connotées tout à fait positivement.

9C’est principalement en référence à ces femmes « masculines » que l’auteure étudie le cas des femmes chirurgiennes « féminines », qui sont minoritaires. Celles-ci se caractérisent, à la différence des premières, par une « volonté discrète » (p. 195). Autrement dit, elles participent à la compétition professionnelle en s’investissant réellement dans l’apprentissage du métier, mais généralement en adoptant une position de retrait face aux collègues masculins, en faisant preuve de discrétion et en donnant la priorité à leur vie familiale. Les chirurgiennes « féminines » ont souvent bénéficié, au fil de leur parcours, du soutien d’un mari médecin, voire de chefs de service paternalistes, contrairement aux femmes chirurgiennes masculines, qui ont souvent été confrontées à des « patrons » réputés pour leur autoritarisme.

10Le dernier chapitre de l’ouvrage contribue à affiner l’analyse en mettant en évidence l’existence de diverses formes de « pluralité dispositionnelle » : « les observations de terrain nous montrent que nombre de femmes chirurgiens cumulent des dispositions « féminines » et des dispositions « masculines », que celles-ci sont amenées à être redéfinies et réagencées dans le temps et qu’elles sont mises en veille ou activées selon les contextes » (p. 218). La « pluralité dispositionnelle synchronique », c’est-à-dire le fait de présenter à la fois, au cours d’une période donnée de son existence, des dispositions « masculines » et des dispositions « féminines », est à mettre en relation avec les caractéristiques du contexte où elles s’expriment. Dans les contextes plus « féminins », avec le personnel paramédical ou avec les secrétaires, la vie privée, les enfants, les difficultés personnelles sont abordées lors de discussions informelles. Autant de confidences qui ne sont pas formulées dans les contextes masculins – i.e. avec les confrères chirurgiens – où émergent tendanciellement des rapports de type agonistique. La « pluralité dispositionnelle diachronique » signifie que les dispositions dont sont porteuses les chirurgiennes peuvent évoluer au fil du temps. On assiste ainsi à des formes de « reféminisation » des comportements de certaines femmes chirurgiennes qui, au début de leur carrière, manifestaient des dispositions masculines (surinvestissement au travail, priorité donnée à la dimension technique du métier, distance à l’égard du patient, etc.) et qui, par la suite, généralement en devenant mère, ont accordé plus d’importance à leur vie familiale, mais aussi à la personne du patient.

11Emmanuelle Zolesio analyse un groupe professionnel jusqu’alors peu étudié, mais là n’est pas le seul mérite de la recherche qu’elle présente dans cet ouvrage. Son intérêt réside principalement dans l’originalité et la fécondité de la démarche adoptée, qui tient moins à l’étude d’un nouveau bastion masculin – dont les sociologues du genre et des professions ont déjà largement analysé les caractéristiques principales –, qu’à l’analyse d’un groupe professionnel par ses marges – i.e. par ses éléments les plus improbables –, lesquels constituent potentiellement le révélateur des mécanismes sociaux qui sont plus largement à l’œuvre : les parcours féminins en chirurgie. Ce faisant, l’auteure lève le voile sur la « matrice de socialisation chirurgicale » (p. 254) propre au groupe professionnel. Elle développe une perspective sociologique qui porte bien au-delà des seules représentations sexuées du métier véhiculées par les hommes et par les femmes, en étudiant de manière approfondie les interactions et les pratiques concrètes de travail lors desquelles la socialisation professionnelle est à l’œuvre et les dispositions s’actualisent. Il s’agit pour l’auteure de saisir la socialisation professionnelle « en actes et en situation » (p. 255). Richement illustré, l’ouvrage donne à voir ces interactions, ces pratiques et ces représentations en faisant apparaître de nombreux extraits de matériaux d’enquête.

12L’analyse met bien en relief la complexité des mécanismes à l’œuvre, ainsi que les tensions qui peuvent exister entre les processus de socialisation eux-mêmes. Nous pouvons prendre comme exemple la mise en évidence de la pluralité des agents socialisateurs : si les chirurgiens hommes demandent aux jeunes femmes qui embrassent la carrière chirurgicale de se comporter de façon masculine, les membres féminins de l’entourage professionnel (personnel paramédical, secrétaires) les poussent au contraire à produire des comportements considérés comme plus typiquement féminins.

  • 2 Fox N. J., “Anaesthetists, the discourse on patient fitness and the organisation of surgery”, Socio (...)
  • 3 Zetka J. R., “Occupational divisions of labor and their technology politics: The case of surgical s (...)
  • 4 Alexandre Mathieu-Fritz, « Les trois crises de la chirurgie française. Le recrutement comme analyse (...)

13Comme tout dispositif d’analyse, la perspective de recherche développée par l’auteure présente quelques limites. Tout d’abord, si l’entrée par la marge et la focalisation sur les parcours et les processus de socialisation auxquels les femmes prennent part permettent de mettre en lumière des caractéristiques centrales de la culture des chirurgiens, ce travail de dévoilement est effectué avec plus de finesse pour les femmes que pour les hommes. Suivant l’approche qui est initiée, il aurait été pertinent d’approfondir l’analyse en s’intéressant, de façon symétrique, aux parcours et à la pluralité dispositionnelle des hommes, qui pourraient en toute hypothèse présenter des dispositions « féminines ». « La plus grande pluralité dispositionnelle des femmes » (p. 250) n’est pas réellement démontrée, la pluralité dispositionnelle des hommes chirurgiens étant plus suggérée qu’analysée de manière approfondie. On peut faire l’hypothèse, à cet égard, que celle-ci peut également se développer de façon diachronique ou varier selon les générations. En outre, certains aspects de la culture professionnelle paraissent passer au second plan de l’analyse du fait de la perspective choisie, comme les stratégies de pouvoir adoptées par les chirurgiens à l’égard des anesthésistes et des malades ou le caractère solitaire du chirurgien ; l’auteure aurait pu davantage tirer profit de la mobilisation de travaux existants, comme ceux de Nicholas J. Fox ou Pearl Katz, et on aurait aimé la voir se positionner davantage par rapport eux2. A cet égard, Emmanuelle Zolesio présente la chirurgie comme une profession dominante dans l’univers médical. Cette constatation est discutable ou mériterait d’être nuancée, comme l’a montré notamment James Zetka pour le cas des chirurgiens américains dont la position dominante au sein de l’univers médical a été menacée au cours des années 1980 et 19903. Autre élément indiquant les changements affectant la position des chirurgiens dans le monde médical : en France, même les candidats masculins les mieux classés aux épreuves classantes nationales (E.C.N.) ne choisissent plus la chirurgie en premier, mais les spécialités médicales. Le prestige traditionnel de la profession chirurgicale semble ainsi être mis à mal et il apparaît que nombre de chirurgiens masculins voient la féminisation du groupe professionnel à cette aune, c’est-à-dire comme le révélateur de ce qu’ils estiment être le déclin de la profession4.

14Ces remarques critiques ne doivent en aucun cas occulter les qualités importantes de la recherche qui a été menée, elles constituent bien plus une invite à poursuivre les travaux entrepris, en développant de nouvelles pistes de recherche qui intègrent notamment l’analyse des parcours masculins et la question du changement au sein de l’univers chirurgical.

Haut de page

Notes

1 Toutefois, si l’on est attentif à la littérature sociologique au plan international, on constate à l’inverse un nombre grandissant de travaux sur la chirurgie.

2 Fox N. J., “Anaesthetists, the discourse on patient fitness and the organisation of surgery”, Sociology of Health & Illness, n° 16, 1994, (pp. 1-18) ; Fox N. J., “Discourse, organisation and the surgical ward round”, Sociology of Health and Illness, n° 15, 1993, (pp. 16-42) ; Fox N. J., The Social Meaning of Surgery, Buckingham: Open University Press, 1992 ; Katz P., The Scalpel’s Edge: the culture of surgeons, Boston, Allyn and Bacon, 1999.

3 Zetka J. R., “Occupational divisions of labor and their technology politics: The case of surgical scopes and gastrointestinal medicine”, Social Forces, 79-4, 2001, (pp. 1495-1520) ; Zetka J. R., Surgeons and the Scope, Ithaca, Cornell University Press, 2003.

4 Alexandre Mathieu-Fritz, « Les trois crises de la chirurgie française. Le recrutement comme analyseur du changement », Sociologie Santé, n° 35, 2012, (pp. 285-306).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Mathieu-Fritz, « Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9316

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Mathieu-Fritz

Maître de conférences en sociologie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (L.A.T.T.S.), U.F.R. Sciences humaines et sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page