Navigation – Plan du site

Sheldon Rampton, John Stauber, L’Industrie du mensonge. Relations publiques, lobbying & démocratie

Sophie Louey
L’Industrie du mensonge
Sheldon Rampton, John Stauber, L’Industrie du mensonge. Relations publiques, lobbying & démocratie, Marseille, Agone, coll. « Eléments », 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir sur le lien suivant une liste de plusieurs comptes-rendus de l’ouvrage parus en ligne : http: (...)
  • 2  Sur la manipulation des « masses » voir G. Le Bon, Psychologie des foules, réédition, PUF, 1981.
  • 3  1995 pour la première édition américaine. Avant-gardistes, les deux journalistes s’étaient déjà ap (...)

1John Stauber et Sheldon Rampton présentent dans cet ouvrage ce qu’ils estiment être un des maux inhérents à la démocratie : le lobbying1. Par une investigation journalistique et l’adoption d’un ton militant, les auteurs dénoncent les multiples manipulations de l’opinion publique2. La seule couverture de l’ouvrage attire l’attention : des individus sont allongés sur des serviettes de plage, protégés par de petits parasols, tandis que dans le fond du paysage d’épaisses fumées s’échappent d’une usine. Si la première édition française de l’ouvrage parue en 20043 se focalisait sur l’aire étatsunienne, cette réédition se voit enrichie par Nicolas Chevassus-au-Louis et Thierry Discepolo d’études de cas européens. Le texte, accessible par de multiples entrées, se présente en onze chapitres similaires à des articles.

2Stauber et Rampton décrivent un pouvoir opaque, complexe et revêtant de multiples casquettes, organisant la diffusion de « mauvaises informations ». Le cœur de cet ouvrage est de démontrer que la propagande, loin d’être réservée aux régimes autoritaires, est une pratique très utilisée par les acteurs « dominants » des démocraties.

  • 4  Du terme « lobby » signifiant « couloir » et désignant historiquement les hommes tentant d’influen (...)

3Par le recours à l’ordre du narratif et parfois à un style romanesque, l’histoire du lobbying est retracée à force d’hommes ordinaires, de rebondissements et de héros. La grande honnêteté des auteurs réside dans l’exposition permanente de leurs sources et dans leur constance à toujours nommer les individus impliqués dans chaque affaire. Le lobbying4, né aux États-Unis, s’avère être une pratique complexe régie par des normes en perpétuelle transformation. Les journalistes reviennent sur les « ancêtres des lobbyistes » : les attachés de presse. Ces postes, d’abord méprisés, ont progressivement pris place dans un espace de jonction entre communication et mondes entrepreneuriaux et industriels jusqu’à l’instauration d’interdépendances entre ces mêmes champs. Le développement des techniques de propagande connaît un essor tout particulier au cours de la Première Guerre Mondiale, et ces techniques n’ont depuis jamais cessé de s’affiner, rendant nécessaire pour toutes les entreprises, mais aussi les gouvernements, d’user de manipulations pour (se) construire une image la plus « lisse possible ». Cette construction permet aux institutions d’exister et se développer, en particulier dans un espace qui est concurrentiel et soumis à de multiples pressions extérieures. Cependant, malgré l’ambition affichée des auteurs d’élargir leur étude à des cas européens, on remarquera que la question de l’émergence du lobbysme « ailleurs » qu’aux États-Unis, et plus particulièrement en Europe est relativement absente de cette réédition. Si les origines étatsuniennes sont bien identifiées par les auteurs, la diffusion du modèle, elle, l’est beaucoup moins. Ce manque de données ne permet pas de saisir qu’il existe de profondes divergences entre le lobbying institutionnalisé des États-Unis et la forme qu’il prend en Europe.

  • 5  G. Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes secrètes de l’industrie du tabac, Seuil, 2003.

4De façon très documentée, les journalistes présentent de nombreux exemples américains de manipulations de masse comme celui de l’industrie du tabac5. Cette dernière n’a pas cessé de mettre en œuvre différentes stratégies afin d’augmenter le nombre de ses consommateurs, notamment en ciblant des groupes sociaux « particuliers ». Ainsi les techniques mises en place pour « toucher » les femmes sont décrites de façon particulièrement éloquente. D’une manière similaire, l’acharnement des lobbies nucléaires à présenter celui-ci comme sans danger fait l’objet d’une analyse approfondie, à l’image du lobbying dans les relations diplomatiques, ou encore dans le secteur de la lutte environnementale. Remarquons que tous les exemples choisis touchent au « quotidien » des individus et c’est ce qui rend l’étude très accessible même aux non initiés à cette problématique ; il faut bien reconnaître que c’est là une force du texte. Au fil de ce dernier c’est tout un tableau des pratiques de « pressions », opérées par des groupes d’individus présentés comme peu scrupuleux, qui est exposé.

5Selon les auteurs, les techniques du lobbying, telles que : la filature, l’écoute téléphonique, la menace, l’usage de pressions ou encore l’utilisation de faux scientifiques et le soudoiement, s’inspirent des pratiques de l’espionnage. Ainsi le lobbying en vient régulièrement à créer des associations dites « bidons » qui, sous des appellations flatteuses, décrédibilisent d’autres associations « ennemies » ou s’emploient à manipuler des militants pour semer le trouble dans des associations « ciblées ». En dénonçant et, là encore, en nommant ces associations aux buts obscurs, les journalistes semblent appeler leurs lecteurs à la vigilance tout en confirmant leur posture plus militante que scientifique.

6Le cœur de l’ouvrage est ainsi de dénoncer le poids des lobbyistes dans des champs sociaux multiples, qu’ils soient politiques, humanitaires, économiques ou encore scientifiques, à une époque marquée par l’hypermédiatisation. Si l’on peut louer les qualités de ce journalisme d’investigation, on pourra cependant regretter la (trop) grande prégnance de la dimension militante qui, bien que louable, ne permet pas de dresser une description suffisamment complexe et nuancée de son objet. En effet, s’il est aisé de reconnaître que l’usage des pressions décrites sert les intérêts de « grands acteurs » (groupes industriels, hommes politiques etc.), il n’en demeure pas moins que les « petits acteurs » (ceux qui pratiquent ce lobbying) apparaissent fortement diabolisés et finalement assez peu « connus » dans la mesure où s’il est possible de savoir pour qui ils marchent, on ne peut pas comprendre pourquoi ils s’engagent dans cette pratique. La motivation financière de ces groupes d’individus, parfois évoquée à demi-mot par les auteurs (notamment en termes de « salaire » ou de « commissions » perçues), n’est probablement pas le seul facteur expliquant la motivation à la base de leur activité. Ainsi le parti pris des auteurs en faveur de la « dénonciation » ne permet pas toujours d’accéder à l’explication et ce malgré la part prégnante de la description.

  • 6  Ce « nouveau » champ apparaît pourtant bien lui aussi comme un espace de « diffusion ».
  • 7  Voir par exemple quelques ouvrages consacrés aux « sondages » : R. Caveng, Un laboratoire du « sal (...)

7Bien que la première version du texte date de 1995, force est de constater que les ajouts de cette nouvelle édition démontrent que les lobbies continuent à jouer un rôle majeur dans les démocraties contemporaines, les auteurs allant jusqu’à les présenter comme des moteurs de celles-ci. Pour Stauber et Rampton « la démocratie est (…) un système chaotique, désordonné et imprévisible » (p. 338). Cette critique permet aussi d’aborder la démocratie dans une dimension relativement singulière, au-delà des utopies auxquelles elle reste traditionnellement associée. Les journalistes conseillent ainsi au lecteur de se « protéger » de ces groupes d’intérêts en désenchantant les « illusions » produites par les lobbyistes. C'est-à-dire qu’il s’agit à la fois de « trier » les informations tout en étant vigilant à l’égard des « traces » que l’on peut soi-même laisser, notamment en tant que consommateurs. Ces conseils sont doublés d’une sorte d’appel à la mobilisation citoyenne et à l’usage d’outils juridiques pour s’informer (ce point concerne surtout les États-Unis). En revanche, la réédition est étonnamment peu marquée par des données relatives aux influences des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC)6, et le lecteur pourra regretter un manque de mise en perspective des récents travaux (mêmes si quelques-uns sont cités) parus en France sur la manipulation de l’opinion publique7. Les ajouts à l’édition originelle sont en exergue en fin de chapitre, ce qui permet ainsi un distinguo utile. Contrairement à ce qu’annonce la quatrième de couverture, l’étude est assez peu agrémentée de cas d’actualité du territoire français ; même si les ajouts apparaissent assez minimes par rapport à l’édition précédente, cette réédition a néanmoins le mérite de remettre en avant la nécessité d’étudier le lobbysme. Si globalement l’ouvrage est parcouru par des postulats négatifs voire alarmistes, la volonté des auteurs reste d’armer les citoyens pour les inviter à réenchanter ce qu’ils jugent être un monde désenchanté par les lobbyistes.

Haut de page

Notes

1  Voir sur le lien suivant une liste de plusieurs comptes-rendus de l’ouvrage parus en ligne : http://atheles.org/agone/elements/lindustriedumensonge/

2  Sur la manipulation des « masses » voir G. Le Bon, Psychologie des foules, réédition, PUF, 1981.

3  1995 pour la première édition américaine. Avant-gardistes, les deux journalistes s’étaient déjà appliqués à critiquer l’utilisation des OGM alors en début de commercialisation. Ce point fera écho à une actualité révélant de nouveaux tests scientifiques semblant avérer la nocivité des OGM et la responsabilité de Monsanto, mais aussi les critiques formulées à l’encontre de ces études donnant lieu à une forme de guerre médiatique.

4  Du terme « lobby » signifiant « couloir » et désignant historiquement les hommes tentant d’influencer les élus « avec discrétion ».

5  G. Dubois, Le rideau de fumée. Les méthodes secrètes de l’industrie du tabac, Seuil, 2003.

6  Ce « nouveau » champ apparaît pourtant bien lui aussi comme un espace de « diffusion ».

7  Voir par exemple quelques ouvrages consacrés aux « sondages » : R. Caveng, Un laboratoire du « salariat libéral » : les instituts de sondage, Le Croquant, 2011 ; R. Caveng, A. Garrigou, P. Lehingue, Sondages. Souriez, vous êtes manipulés, Editions Bruno Leprince, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « Sheldon Rampton, John Stauber, L’Industrie du mensonge. Relations publiques, lobbying & démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 septembre 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9322

Haut de page

Rédacteur

Sophie Louey

Doctorante en sociologie (allocataire de recherche) à l'Université Picardie Jules Verne (membre du CURAPP UMR 7319 et du GRIP)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page