Navigation – Plan du site

Cédric Durand, Le capitalisme est-il indépassable ?

Christophe Premat
Le capitalisme est-il indépassable ?
Cédric Durand, Le capitalisme est-il indépassable ?, Textuel, coll. « Encyclopédie critique », 2010, 142 p., EAN : 9782845973596.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cédric Durand, Le capitalisme est-il indépassable ? Paris, éditions Textuel, 2009, pp. 15-26
  • 2 Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985
  • 3 Cédric Durand, Op. cit., p. 62.

1Le livre de Cédric Durand a le mérite de clarifier la genèse et l'histoire du capitalisme pour pouvoir envisager sa destinée et ses mutations dans l'ordre politico-social contemporain. La naissance du capitalisme est liée à trois facteurs : la défense de la propriété privée, l'organisation des rapports marchands selon une division du travail spécifique et la rétribution du travail par le salaire 1. Pourtant, l'émergence du capitalisme tient à des circonstances sociales et historiques particulières. En effet, la fragmentation politique de l'Europe, la défiance vis-à-vis des autorités religieuses, la réduction de la population suite aux famines et à la peste et la conquête du nouveau monde ont été favorables à l'internationalisation de réseaux commerciaux et à la présence d'une forme d'abondance. Cela a conduit peu à peu nombre de sociétés européennes à élaborer les conditions d'un marché libre du travail à partir du 16e siècle en s'appuyant sur l'ascension de la bourgeoisie urbaine 2. La deuxième étape du capitalisme est caractérisée par l'industrialisation du 19e siècle et la dernière par la mondialisation de la fin du 20e siècle. Le capitalisme est perpétuellement en restructuration à la recherche de nouveaux produits et de nouveaux systèmes d'organisation du travail. Le temps de travail est lui-même déstructuré et l'offre et la demande ne sont absolument pas en adéquation d'où des crises de surproduction pouvant survenir. Ces crises n'étaient pas prévues par les économistes libéraux du début du 19e siècle tels Jean-Baptiste Say 3. C'est bien l'un des problèmes du système capitaliste qui exploite la force de travail, mais qui n'est jamais sûr d'amortir les coûts de production.

  • 4 Cédric Durand, Op. cit., pp. 66-68. On présente habituellement les Trente Glorieuses comme une péri (...)
  • 5 Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Paris, éditions 10/18, 2004.
  • 6 Cédric Durand, Op. cit., p. 45.

2Cédric Durand déconstruit le mythe des Trente Glorieuses en montrant que cette période d'expansion a été marquée par une destruction environnementale sans précédent 4. Le processus illimité d'accumulation conduit à des aberrations, mais le capitalisme contemporain est encore plus destructeur, puisqu'il repose sur un système d'exploitation sans commune mesure : le privilège des exploiteurs dépend de l'exclusion des exploités, l'appropriation de leur force de travail et leur exclusion de la sphère productive. Les formes de résistance sociale sont elles-mêmes annulées par l'individualisation extrême des tâches. Le résultat est la massification du Lumpenprolétariat, c'est-à-dire le renforcement d'un sous-prolétariat désorganisé et incapable d'organiser un mouvement social de résistance. L'auteur ne fait pas sienne la thèse d'une évolution immatérielle du capitalisme qui serait due à la révolution des nouvelles technologies 5. Au contraire, cette dernière ne ferait qu'accompagner la réorganisation de la division du travail 6 et l'individualisation croissante des tâches de direction et d'exécution.

  • 7 Cornélius Castoriadis, Capitalisme moderne et Révolution, 2.Le Mouvement révolutionnaire sous le ca (...)
  • 8 Cédric Durand, Op. cit., p. 78.
  • 9 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pari (...)

3Ce livre illustre les thèses de Cornélius Castoriadis selon lesquelles le capitalisme bureaucratique est devenu la forme de socialisation dominante et monstrueuse avec la coupure de plus en plus forte entre les tâches directives et les tâches exécutantes : « le système, par sa logique et par son fonctionnement réel, dénie [l'initiative] aux exécutants et veut la transférer aux dirigeants. Mais comme tout le monde est graduellement transformé en exécutant d'un niveau ou d'un autre, ce transfert signifie que l'initiative disparaît entre les mains de la bureaucratie au fur et à mesure qu'elle s'y concentre » 7. Le capitalisme est exploitation de la force de travail et évolue peu à peu vers un système bloqué avec des décisions de plus en plus absurdes. Les nouvelles technologies sont utilisées pour renforcer la coupure entre les groupes de dirigeants et le reste des exécutants et surtout pour éviter l'apparition de formes sociales de résistance, puisque les tâches seraient encore plus parcellées 8. La philosophie du management est l'expression concrète de cette tendance au renforcement du contrôle et du monopole de la production par cette couche de dirigeants qui en même temps a besoin d'une masse d'exécutants. Dans l'ouvrage de Cédric Durand, il est fait référence aux dernières recherches de Pierre Dardot et de Christian Laval 9 retraçant l'avènement du sujet néolibéral où la souffrance sociale est telle que de nouvelles pathologies apparaissent. Pierre Dardot et Christian Laval avaient montré la rupture philosophique profonde entre le libéralisme et le néolibéralisme. L'idéologie néolibérale fait intervenir les États dans la réorientation du marché et déstructure complètement le service public. Les États sont d'ailleurs mis à contribution pour colmater les excès du capitalisme financier provoquant des crises économiques.

  • 10 Cédric Durand, Op. cit., p. 125.

4Cédric Durand a su avec conviction dresser un panorama très clair de la naissance du capitalisme et de ses transformations. La fin du livre ne fait que suggérer les formes contemporaines de résistance à cette exploitation de plus en plus forte (luttes pour les droits sociaux, pour la protection de l'environnement...). « La réduction du temps de travail, l'autogestion, la planification écologique décentralisée, la relocalisation des productions ou l'extension des biens communs ne sont pas seulement des mots mais des dispositifs prêts à être déployés pour satisfaire les besoins de l'humanité. La bataille des idées et l'élargissement des expérimentations pour crédibiliser ces options sont donc des enjeux cruciaux. Il n'empêche, une douloureuse confrontation avec les intérêts dominants est inévitable» 10. Seule la mise en réseau d'autres formes de gestion collective sera à même de créer des possibilités alternatives au système capitaliste mondialisé.

Haut de page

Notes

1 Cédric Durand, Le capitalisme est-il indépassable ? Paris, éditions Textuel, 2009, pp. 15-26

2 Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985

3 Cédric Durand, Op. cit., p. 62.

4 Cédric Durand, Op. cit., pp. 66-68. On présente habituellement les Trente Glorieuses comme une période d'abondance avec un taux de chômage très bas

5 Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Paris, éditions 10/18, 2004.

6 Cédric Durand, Op. cit., p. 45.

7 Cornélius Castoriadis, Capitalisme moderne et Révolution, 2.Le Mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne, Paris, éditions 10/18, 1979, p. 135

8 Cédric Durand, Op. cit., p. 78.

9 Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, la Découverte, 2009.

10 Cédric Durand, Op. cit., p. 125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Cédric Durand, Le capitalisme est-il indépassable ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 17 février 2010, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/933

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page