Navigation – Plan du site
Un roman du réseau

Un roman du réseau

Véronique Taquin, Un roman du réseau, Paris, Hermann, coll. « Cultures numériques », 2012, postface de Laurent Loty, ISBN : 9782705683702.
Notice publiée le 01 octobre 2012

Présentation de l'éditeur

C’est en faussaire que sur la Toile le webmaster Névo propose ses biographies corrigées, ses « vies de rechange ». Mais le maître fou gardera-t-il le contrôle de la situation ? Car emma et pommeraye publient des récits sur son propre compte, twinlight-ida l’accuse de trahison, quant à Lessen, un élève mathématicien qui refuse son avenir social, il le somme de tenir parole et de changer sa vie.
Ce roman d’apprentissage est un récit polyphonique, sur l’élaboration des identités par l’entremêlement des imaginaires en réseau. À l’heure de la conversion numérique, il intègre la plus riche tradition littéraire à la modernité de notre société réticulaire. Internet démultiplie les puissances du rêve, trouble le rapport à l’espace et au temps, amplifie l’inquiétude quant aux liens et aux promesses.

Lancés sur un rythme borgésien, les récits mis en ligne sur le site Odds s’engouffrent bientôt dans les profondeurs du psychisme, entre scénarios de rêve, fragments de souvenirs et réflexion labyrinthique. Un roman du réseau est aussi énigmatique que « Mulholland Drive » de David Lynch, et suscite de multiples interprétations.

Ce roman réticulaire a d’abord fait l’objet d’une expérimentation, sous la forme d’un roman-feuilleton diffusé et interprété en ligne sur Mediapart (http://lejeudetaquin.free.fr/). La postface de Laurent Loty invite à poursuivre le dialogue interprétatif.

Haut de page

Auteur

Véronique Taquin

est l’auteure d’un essai sur « Antigone » d’Anouilh et d’articles sur la littérature, le cinéma, l’économie et la politique. Après avoir travaillé avec Gilles Deleuze sur l’émotion au cinéma, elle a réalisé « Bartleby ou les hommes au rebut » (1993). Elle élabore une trilogie romanesque sur nos imaginaires contemporains et le rôle qu’y jouent les médias. Dans « Vous pouvez mentir » (Le Rouergue, 1998), la matrice est la radio. Dans « Un roman du réseau », c’est Internet. Le troisième volume est en préparation.

Haut de page