Navigation – Plan du site

Didier Fassin, Les nouvelles frontières de la société française

Pascal Décarpes
Les nouvelles frontières de la société française
Didier Fassin (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012, 590 p., ISBN : 978-2-7071-7453-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les dernières années de législature ont marqué le frein au développement de plusieurs décennies de politique(s) d’intégration et d’accompagnement des mouvements migratoires. Il ne va pas sans dire qu’aucun gouvernement depuis les années 1980 n’aura eu son lot de discriminations et d’exclusions, mais la création d’un ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire en 2007 représenta une rupture dans l’approche étatique vis-à-vis de l’Autre, et son abolition en 2010 fut remplacée par une campagne électorale s’inspirant en partie d’idées jusqu’alors clairement attribuées aux idéologies d’extrême-droite. C’est dans ce contexte de xénophobie latente que parut en 2010 l’ouvrage présent dont la réimpression en format poche est à saluer, car les « nouvelles frontières de la société française » sont plus que jamais en cours de redéfinition.

2Nombreux sont les ouvrages parus récemment sur la thématique large de l’intégration dont on peut retrouver une partie sous la forme de comptes rendus1. La force de l’édition menée par Didier Fassin est de regrouper 24 contributions qui nécessairement donnent un aperçu exhaustif de la problématique actuelle sous diverses approches et à travers différentes perspectives. Regroupés en quatre chapitres – « Généalogies et fondations » (pp. 25-172), « Politiques et pratiques » (pp. 173-313), « Mobilisations et acteurs » (pp. 315-451) et « Expériences et résistances » (pp. 453-590), ces textes font montre d’une grande pluralité et complémentarité tant par la multidisciplinarité qui s’y trouve que par la variété des acteurs et des problématiques qui sont abordés.

3Dans sa préface inédite, D. Fassin met en exergue le premier paradoxe moderne de la globalisation qui tend à ouvrir les frontières au matériel et à l’immatériel mais conduit à en renforcer le contrôle quand il s’agit d’êtres humains - l’Union européenne et sa zone Schengen sont une illustration classique de ce développement en ciseaux pour tout élément extérieur à cette région. L’auteur évoque également la multitude de notions couvertes par le mot « frontière(s) », tout autant physiques, politiques que sociales voire imaginaires et symboliques. Une des caractéristiques du moderne est le « déplacement de l’assignation raciale vers la stigmatisation religieuse et de l’exclusion raciste vers le rejet culturaliste » (p. 3), qui est une des conséquences du processus d’articulation des frontières intérieures et extérieures que décrit également D. Fassin dans son introduction (p. 13).

4Sans vouloir prétendre à un compte rendu faisant état de la vingtaine de productions écrites rassemblées dans cet ouvrage indispensable, un éclairage transversal permet de se faire une idée de la richesse intellectuelle qui s’y trouve. En passant rapidement les « doctrines racistes à la française » mises en lumière par G. Noiriel et qui conditionnent en partie la frontièrisation des esprits, on distingue ensuite la pertinence dégagée par l’article de A. Hajjat qui déconstruit la « barrière de la langue [et la] naissance de la condition d’assimilation linguistique pour la naturalisation » (pp. 53-77). Un élément intéressant de l’analyse historique postule que l’exigence linguistique est née dans la pratique administrative et que finalement la langue est considérée comme un véhicule des idées républicaines, alors que les conséquences discriminantes de cet outil sont d’ores et déjà dénoncées, paradoxalement parfois par les mêmes initiateurs de cette langue-barrière. Un autre aspect marquant et toujours actuel des frontières posées à Autrui est celui des conditions d’accueil et d’hébergement que la France propose et/ou oppose aux nouveaux arrivants et anciens immigrés. M. Bernardot estime que nous sommes face à des politiques qui « invisibilisent par le logement » (pp. 79-100), allant de la Sonacotra (ex-société nationale de construction pour les travailleurs) à l’Adoma (nouvelle dénomination depuis 2007). Malgré des changements dans les objectifs, les orientations et les publics visés par cet organisme public, les résidents algériens, marocains et tunisiens représentent toujours plus de la moitié de la population (51 % en 2008), fortement masculine et précarisée (pp. 94-95), combinant ainsi déterritorialisation, fantômisation et scotomisation (p. 98).

5Ainsi que la présentation le suggérait, l’ouvrage poursuit ses analyses, notamment sous la plume de J. Valluy qui traite de « l’exportation de la xénophobie de gouvernement [et] de la politique européenne des frontières à la répression dans les pays limitrophes » (pp. 175-196), reprenant en cela les propos introductifs de Fassin. L’auteur s’appuie sur une observation critique des agissements de l’Union européenne en la matière et de la conversion de certains pays MEDA (tel le Maroc) à ce système d’auto-exclusion, de même que C. Cournil et M. Recio font état de « la famille sous contrôle [et du] durcissement des politiques de regroupement familial » (pp. 197-218).

6L’ouvrage présent propose, au-delà d’un état des lieux diagnostique de la France multiple contemporaine, un continuum des engagements qui fondent précisément cette multiplicité (ou multiculturalité), notamment dans ses troisième et quatrième parties qui mettent en avant les forces positives qui ne se résignent pas à l’exclusion et qui réfutent l’idéologie des frontières.

7Ainsi, dans le registre de frontières moins visibles, E. d’Halluin relate ceux qu’elle nomme les « passeurs d’histoire » et décrit « l’inconfort des acteurs associatifs impliqués dans l’aide à la procédure d’asile » (pp. 363-383), estimant qu’ils font « aujourd’hui l’expérience de l’ambivalence des politiques d’asile actuelles, entre hospitalité, soupçon et contrôle » (p. 363). Si l’Etat a développé l’accès aux droits sociaux des demandeurs d’asile ainsi qu’il a renforcé les éléments procéduraux à l’encontre de l’arbitraire, dans un même temps les mesures de contrôle des flux migratoires n’ont cessé d’être durcies. Les associations qui s’impliquent auprès des populations migrantes se retrouvent prises entre ces deux logiques et confrontées à des « barrières » opposées voire contradictoires dans leur travail d’accompagnement. A ce titre, l’auteure décrit de son étude ethnographique des activités associatives et souvent militantes prises entre « le carcan du droit et le paradigme de l’indice » (p. 372), ce qui les mène dans des positions d’inconfort face aux personnes prises en charge et rend leur travail de « passeur d’histoire » des plus compliqués.

8Dans un même registre du non-dit et couvrant des publics semblables, S. Le Courant s’interroge sur « l’intériorisation de la frontière sous menace d’expulsion » en décrivant « le quotidien des étrangers en situation irrégulière » (pp. 455-476) qui sont maintenus dans des lieux de rétention administrative (local, dit LRA, ou centre, dit CRA). Une des phrases symptomatiques du vécu de ces « retenus » est dite par un jeune Malien interviewé par l’auteur : « ils m’ont libéré, ils ne m’ont rien dit, ils ne m’ont même pas donné un papier » (p. 461). L’extrême difficulté de pouvoir anticiper voire simplement comprendre les motivations de l’administration ou du juge dans leurs décisions conduit à un sentiment « d’expulsabilité » pour l’étranger (p. 462). Cette omniprésence de la frontière symbolise la mainmise de l’Etat sur les demandeurs d’asile, peu importe la suite de la procédure (expulsion, libération, acceptation de la demande, etc.). Les individus passés par la rétention administrative intériorisent non pas la légitimité ou bien la légalité de leur situation, mais davantage un couperet invisible qui peut à tout instant faire basculer leur existence.

9Ainsi, la notion de frontière, polysémique, s’inscrit à la fois dans les vécus et dans les pratiques, de manière à la fois concrète et aussi diffuse, de sorte qu’il est souvent difficile pour les acteurs concernés d’en percevoir les aspects et les limites. Au regret de pouvoir rendre égard à toutes les excellentes contributions de cet ouvrage, il est peu dire que cette somme critique sur les altérités et les identités qui fondent la France a toute sa place dans chaque bibliothèque et peut revendiquer le statut de manuel universitaire et pratique pour tous ceux qui souhaitent un renouveau du vivre ensemble et des fraternités universelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Didier Fassin, Les nouvelles frontières de la société française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9397

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page