Navigation – Plan du site

Clara Vuillermoz, Le sexe de mon identité

Muriel Salle
Le sexe de mon identité
Clara Vuillermoz, Le sexe de mon identité, Cocottesminute productions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Maxime Foerster, Histoire des transsexuels en France, Paris, H&O Editions, 2006, 186 p.

1Clara Vuillermoz signe un beau documentaire sur la difficile question du transsexualisme. Très classique dans la forme (alternance de témoignages de patient-e-s, d’entretiens avec les médecins, et de commentaires en voix off), il a le mérite de ne jamais tomber dans le voyeurisme, alors que le sujet peut aisément s’y prêter. Il ne donne pas non plus dans le compassionnel, attitude pourtant si répandue comme l’indique Maxime Foerster1, auteur d’une Histoire des transsexuels en France et ami de Marie-Pierre Pruvot alias Bambi, une pionnière de la chirurgie génitale opérée au début des années 1960. Surtout, et c’est sans doute sa qualité essentielle, ce documentaire soulève davantage de questions qu’il ne donne de réponses, donnant à penser toute la complexité du transsexualisme et de sa prise en charge médicale.

  • 2  Personne transsexuelle femme vers homme, née femme, opérée pour devenir homme.
  • 3  Personne transsexuelle homme vers femme, née homme, opérée pour devenir femme.

2Le processus de transition par lequel doivent passer celles et ceux qui veulent « changer de sexe pour vivre leur identité » est largement détaillé. C’est évidemment un long parcours, et une prouesse médicale dans laquelle s’implique toute une équipe de soignants. Clara Vuillermoz présente ici le fonctionnement de l’équipe du GRETIS (Groupe de Recherche et d’Étude sur les Troubles de l’Identité Sexuelle), l’une des 6 équipes officielles qui prennent en charge les personnes transsexuelles en France, dans le cadre de l’hôpital public. L’équipe réunit psychiatres, psychologues, endocrinologues et chirurgiens. Le propos est précis. On évoque, pour une personne transsexuelle FtoM2 les étapes de l’hormonothérapie au long cours, de la mastectomie et enfin de la chirurgie génitale. Pour une autre, MtoF3cette fois, le médecin détaille le protocole de vaginoplastie. Mais le documentaire va bien au-delà de l’information à vocation purement médicale. La réaction des proches des patient-e-s est évoquée, sans pathos ni faux semblants. Pour Léo, transsexuel FtoM, orthophoniste, le changement de sexe a été « un bouleversement social qui n’a posé de difficultés ni à ses patients ni à sa direction », ni de toute évidence à sa compagne. On devine toutefois à entendre d’autres témoignages que les choses ne sont pas toujours si faciles. Valérie relate ainsi tout en délicatesse les sentiments contradictoires qui l’animent au début de son traitement hormonal, ce « grand bonheur » impossible à partager quand on est père de famille et qu’on veut devenir une femme.

3Ce documentaire permet aussi de poser la question du rôle et de la place du médecin dans le processus de réassignation de sexe. Le docteur Morel-Journel, chirurgien à l’Hôpital Henry Gabrielle de Lyon, pose ainsi un certain nombre de questions essentielles : la chirurgie est-elle la bonne réponse à donner à des personnes dont demande relève d’un trouble de l’identité, d’un décalage entre leur sexe de naissance et leur identité vécue ? Il souligne la nécessité d’une réflexion éthique à ce sujet : peut-on transformer un corps ? comment ? avec quels gardes-fous ? comment ne pas se tromper ? Voilà un médecin soucieux de donner du sens à sa pratique, un médecin qui entretient avec ses patient-e-s une relation d’une qualité remarquable. Ses explications sont claires. Il ne tait pas les difficultés, notamment la longueur du temps d’attente pour la chirurgie (un an après décision du changement de sexe et validation du projet par l’équipe médicale). Il s’inquiète de la douleur post-opératoire, et veille à sa prise en charge, même si les patient-e-s semblent s’accorder à dire qu’elle compte peu, puisque c’est le prix à payer pour être enfin soi-même. Il est, enfin, d’une modestie remarquable, au regard de la technicité du geste chirurgical qu’il réalise. Ainsi qu’il le souligne lui-même, la chirurgie qu’il pratique ne donne pas des résultats parfaits. D’ailleurs, les critères d’appréciation de cette perfection sont discutés : s’agit-il de créer des organes génitaux ressemblants ? ou fonctionnels ? Il interroge sa pratique : est-il légitime d’intervenir médicalement, et plus encore chirurgicalement, sur un corps sain, mais souffrant ? Ce faisant, il nous donne à penser sur le cadre légitime de l’intervention médicale : « la limite, c’est la souffrance », celle que ressent un individu dont l’identité n’est pas en conformité avec le sexe de naissance. Voici, résumé en quelques mots, le critère nécessaire pour justifier l’intervention médicale. N’est-ce pas le propre du médecin que de chercher à soulager son patient ?

4Il n’en demeure pas moins que le rapport qui se noue entre soignants et soignés est un rapport de pouvoir. C’est l’équipe de soignants qui valide, repousse ou refuse traitement hormonal et chirurgie, sur la base de critères qui sont également discutés et mouvants : l’âge, l’existence d’une activité sexuelle ou affective, la motivation, etc. Léo souligne la réalité de ce rapport de pouvoir, en dépit des propos du psychiatre qui cherche à le mettre à l’aise. Il souligne la difficulté qu’il y a à expliquer ce qui est pour lui une « évidence » : il est un homme quoi qu’en dise son corps. Il insiste sur la nécessité de produire des preuves de cette identité qu’il faut savoir faire valoir pour obtenir l’opération espérée, et la difficile définition de ce qu’est le masculin (et par rebond le féminin). Le documentaire permet, en effet, de réfléchir sur les critères de définition du masculin et du féminin.Faut-il aimer le football ou les voitures pour être un homme ? N’y a-t-il qu’aux femmes qu’il soit « permis [de pleurer] », comme le dit Valérie ?On peut regretter que ces critères de définition de l’un et l’autre sexe soient si caricaturaux, de même que les situations dans lesquelles sont placées les personnes transsexuelles interrogées : Valérie chez son esthéticienne, Pierre qui fait du vélo… La mise en scène fonctionne comme pour leur donner un supplément de féminité pour l’une, de masculinité pour l’autre. Le procédé un peu artificiel, et un peu facile sans doute. Mais il est vrai que les personnes transsexuelles ne cherchent pas à remettre en cause la différence des sexes. Ils et elles se contentent de franchir les frontières – qui restent admises – ce qui ne va pas sans susciter le trouble autour d’elles. Surtout, l’identité sexuelle est un mélange d’éléments purement anatomiques et physiologiques (corps, voix), dont la matérialité paraît essentielle même s’ils sont le plus souvent invisibles (c’est le cas de l’appareil génital par exemple) et de critères sociaux, culturels et éminemment variables. Tout cela constitue une identité sexuée dont on peut s’émerveiller, du coup, qu’elle ne soit pas plus souvent dissonante. On apprécie à ce titre l’absence de dogmatisme du docteur Morel-Journel, pour lequel il est envisageable pour un homme de vivre avec un vagin et n’incite donc pas ses patients à la chirurgie, ce qui n’est pas une qualité négligeable pour un chirurgien.

5Enfin, le documentaire fait en effet émerger une histoire de la prise en charge médicale des patient-e-s transsexuel-le-s qu’on ne saurait résumer aux seuls progrès de la médecine. Bambi, pionnière parmi les opérées, évoque le temps où l’on se contentait de la prise simple d’ovocyclines et d’une transformation du corps progressive et différente d’un individu à l’autre. Aujourd’hui, l’équipe du GRETIS reçoit de nouvelles demandes, de la part de patient-e-s qui refusent leur sexe de naissance sans forcément réclamer une reconstruction chirurgicale dans l’autre sexe. Ces cas nouveaux, au contraire des précédents, apparaissent plus nettement comme une menace à l’ordre symbolique des sexes, ce que les propos de certains médecins de l’équipe disent clairement, parlant d’un « hermaphrodisme » artificiellement créé et même d’une « dérive ». C’est l’occasion de souligner que la demande de bicatégorisation sexuelle émane de la société, et de se demander s’il est du devoir du médecin de s’y soumettre. En France, le changement d’état civil est en effet soumis au passage par la chirurgie génitale, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays. En Espagne ou encore la Grande Bretagne, les changements d’état civil sont facilités, même sans imposer le changement physique et l’opération.

6Ce documentaire fait donc le choix de l’incertitude et du doute fécond. Les patient-e-s transsexuel-le-s questionnent la frontière entre les sexes, introduisant le trouble dans les identités, la leur comme celle du spectateur. « La médecine hésite, se contredit parfois, elle s’interroge ». On est loin d’un discours convenu sur l’omnipotence technique du praticien. Un changement de sexe ne pose pas seulement des questions au médecin et à la technique médicale, ou au patient, mais à la société tout entière. À ce titre, comme un certain nombre d’autres actes médicaux, il nécessite une prise en charge collégiale par le corps médical, mais aussi par les sciences humaine – la philosophie, la sociologie, l’histoire – dont la place au cours des études médicales mérite sans doute d’être affirmée.

Haut de page

Notes

1  Maxime Foerster, Histoire des transsexuels en France, Paris, H&O Editions, 2006, 186 p.

2  Personne transsexuelle femme vers homme, née femme, opérée pour devenir homme.

3  Personne transsexuelle homme vers femme, née homme, opérée pour devenir femme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Salle, « Clara Vuillermoz, Le sexe de mon identité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9406

Haut de page

Rédacteur

Muriel Salle

Maîtresse de Conférences en histoire "Genre et Médecine", Université Claude Bernard Lyon 1 - IUFM de Lyon, Laboratoire CRIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page