Navigation – Plan du site

Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l'enseignement professionnel et de son public

David Descamps et Agathe Foudi
La domination scolaire
Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l'enseignement professionnel et de son public, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012, 354 p., ISBN : 978-2-13-059221-1.
Haut de page

Texte intégral

1Nul ne le contestera ! Aujourd’hui comme hier, un certain nombre d’agents du système scolaire, une partie du personnel politique et des représentants de l’Etat euphémisent, voire nient, dans leur discours, le caractère hiérarchique des filières d’enseignement.

2Dénonçant cette « idéologie de l’égalité formelle des filières » (p.312), Ugo Palheta en prend le contrepied en considérant d’emblée l’enseignement professionnel comme un « ordre d’enseignement dominé » (p.6). C’est d’ailleurs à cette aune qu’il convient d’apprécier le titre et le sous-titre de cet ouvrage : La Domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public.

3Ne nous y trompons toutefois pas : la thèse de l’auteur ne se résume pas à une simple dénonciation de cette rhétorique. Si Ugo Palheta insiste bien sur «l’évidence des frontières symboliques entre ordres d’enseignement » (p.85), et sur le fait que le collège opère un tri social entre les élèves, favorisant par là les favorisés et défavorisant les défavorisés, l’originalité de son propos tient dans l’étude de ce que font les dominés de la domination qu’ils « subissent ».

  • 1  L’auteur entend « se donner les moyens de saisir le degré d’autonomie symbolique des classes domin (...)

4L’emploi que nous faisons ici des guillemets n’est pas anodin. Car c’est justement le rapport des élèves de l’enseignement professionnel à la domination qui s’exerce(rait) sur eux que l’auteur cherche à analyser. Un des objectifs de l’ouvrage, clairement mis en évidence par l’auteur, consiste ainsi à montrer que certains de ces élèves, à des degrés divers et sous des modalités différentes, ne se plient pas à cette domination, y résistent, tentent d’ « aménager leur condition présente » (p.5)1.

  • 2  C’est plus précisément sur l’enquête longitudinale de la DEPP intitulée « Panel d’élèves du second (...)
  • 3  L’auteur a interviewé environ 150 jeunes âgés de 15 à 20 ans entre 2005 et 2008.

5L’ouvrage est construit sur la base d’une pensée sociologique qui refuse l’opposition micro/macro. De fait, son auteur utilise des techniques méthodologiques s’inscrivant dans ces deux perspectives. Ainsi, pour soutenir sa thèse, Ugo Palheta mobilise les données issues de certaines enquêtes élaborées par le service statistique du Ministère de l’Education Nationale2 auxquelles il couple des enquêtes ethnographiques réalisées auprès d’élèves de l’enseignement professionnel pour appréhender leur rapport à cet enseignement3.

6L’ouvrage est composé de 3 parties. Dans la première, l’auteur entend montrer que, malgré la démocratisation scolaire, la stratification du système d’enseignement n’a pas été remise en question ; l’enseignement professionnel assumant toujours « une fonction objective de relégation […] inséparablement scolaire et sociale » (p.80).

7Dans la seconde partie, l’auteur se focalise d’abord sur l’enseignement professionnel qu’il envisage comme un « espace des filières professionnelles » accueillant de multiples publics. Puis, conformément à son parti-pris méthodologique, il étudie le rapport que « les » jeunes des filières pro entretiennent avec cet enseignement du fait de leur origine sociale.

8Les deux chapitres composant la troisième et dernière partie de l’ouvrage sont consacrés à l’étude des divisions internes à l’enseignement professionnel. L’auteur montre ici que le genre ainsi que les critères raciaux sont des éléments clivants de cet enseignement. Et défend l’idée selon laquelle celui-ci tend à reproduire les rapports sociaux de genre et de race.

  • 4  A propos des « exclus de l’intérieur », c'est-à-dire des élèves que l’Ecole  relègue dans des fili (...)

9Au fil de l’ouvrage, Ugo Palheta parvient à montrer clairement qu’il n’y a pas « un » rapport unique des dominés à la domination qui s’exerce sur eux, comme ont pu le laisser entendre certains travaux des sociologues de la reproduction4. L’auteur n’entend pas pour autant renier les apports que ces derniers ont pu réaliser. Il n’hésite pas d’ailleurs à articuler, pour les besoins de sa thèse, les analyses de C. Baudelot et R. Establet, de P.Willis et de P. Bourdieu afin de nous éclairer sur les rapports que les jeunes, selon leur appartenance sociale, entretiennent avec l’enseignement professionnel. Il n’hésite pas non plus à articuler les analyses de C. Baudelot et R. Establet, de N. Mosconi, ou encore de M. Duru-Bellat pour mettre en évidence l’influence exercée par le sexe des jeunes sur leur rapport à cet enseignement.

  • 5  La bibliographie en question court de la page 341 à la page 354. Elle est composée de près de 320 (...)
  • 6  Pour ne citer que quelques uns de ces ouvrages, on peut mentionner ici Claude Grignon, L’Ordre des (...)

10L’étendue de la bibliographie présentée témoigne de la richesse sociologique de cet ouvrage et de la maîtrise qu’a l’auteur de son objet d’étude5. On ne partagera toutefois pas nécessairement son point de vue consistant à considérer que l’enseignement professionnel, parce que dominé dans l’ordre d’enseignement scolaire, aurait peu d’intérêt aux yeux des sociologues. L’ « invisibilité sociologique » (p.2) de l’enseignement professionnel dont parle l’auteur en liminaire de son écrit paraît en effet peu fondée selon nous. D’une part, parce que leur perspective est plus large, nombre d’ouvrages qui concernent la sociologie de l’éducation embrassent la question. D’autre part, nombre de travaux portant sur l’enseignement professionnel et auxquels Ugo Palheta fait explicitement référence, ont été reconnus comme majeurs en sociologie de l’éducation6.

11Etre parvenu à concilier des travaux sociologiques multiples et bien souvent opposés les uns aux autres du fait de leur affiliation réelle ou supposée à certains courants de pensée constitue assurément un des points forts de cet ouvrage. De fait, la contribution d’Ugo Palheta à l’étude de l’enseignement professionnel nous a semblé particulièrement féconde pour dévoiler la complexité de la domination qui s’exerce sur cet enseignement. Peut-elle pour autant suffire à initier une refondation du système scolaire visant à abolir cette domination ?

Haut de page

Notes

1  L’auteur entend « se donner les moyens de saisir le degré d’autonomie symbolique des classes dominées, mais aussi les « résistances » - ordinaires, informelles et individuelles-  à cette domination […] » (p.16)

2  C’est plus précisément sur l’enquête longitudinale de la DEPP intitulée « Panel d’élèves du second degré » qu’il s’appuie.

3  L’auteur a interviewé environ 150 jeunes âgés de 15 à 20 ans entre 2005 et 2008.

4  A propos des « exclus de l’intérieur », c'est-à-dire des élèves que l’Ecole  relègue dans des filières plus ou moins dévalorisées, P. Bourdieu et P. Champagne écrivent ainsi : « Obligés par les sanctions négatives de l'Ecole de renoncer aux aspirations scolaires et sociales que l'Ecole même leur avait inspirées, et contraints, en un mot, d'en rabattre, ils traînent sans conviction une scolarité qu'ils savent sans avenir.» (Pierre Bourdieu, Patrick Champagne, « Les Exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, Numéro 91-92, 1992, p.74)

5  La bibliographie en question court de la page 341 à la page 354. Elle est composée de près de 320 références.

6  Pour ne citer que quelques uns de ces ouvrages, on peut mentionner ici Claude Grignon, L’Ordre des Choses, Editions de Minuit, 1971 ; Lucie Tanguy, L’enseignement professionnel en France. Des ouvriers aux techniciens, PUF, 1991 ; Bernard Charlot, Le rapport au savoir en milieu populaire. Une recherche dans les lycées professionnels de banlieue, Anthropos, 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Ugo Palheta, La domination scolaire. Sociologie de l'enseignement professionnel et de son public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 octobre 2012, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9436

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page