Navigation – Plan du site

Alain-Michel Boyer (dir.), Littérature et ethnographie

Anthony Glinoer
Littérature et ethnographie
Alain-Michel Boyer (dir.), Littérature et ethnographie, Nantes, Editions Cécile Defaut, coll. « Horizons Comparatistes », 2011, 441 p., ISBN : 978-2-350-18302-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage. Écrir (...)
  • 2  Jacques Dubois, Stendhal. Une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, 2007.
  • 3  Dominique Maingueneau les conçoit comme des sortes de matrices discursives qui ont acquis force d’ (...)
  • 4  Jean-Marie Privat et Marie Scarpa (dir.), Horizons ethnocritiques, Presses universitaires de Nancy (...)
  • 5  L’ethnographie « consiste en une enquête sur le terrain, une étude directe, prenant en compte des (...)

1Les travaux portant sur les tentatives de décloisonnement des discours (littéraire, philosophique, historique, sociologique et ici ethnographique) et qui plaident pour ce décloisonnement, se sont multipliés ces dernières années. Les uns interrogent le savoir historique du littéraire1, d’autres s’interrogent sur le « roman sociologue2 », d’autres encore réfléchissent aux limites entre les « discours constituants3 », d’autres enfin, à peine conviés dans ce volume, se sont regroupés sous la bannière de l’ethnocritique4. Cette louable ambition est aussi celle du volume dirigé par Alain-Michel Boyer, bien qu’il émane presque exclusivement d’anthropologues (ou d’ethnologues, ou d’ethnographes, les auteurs semblent passer d’un terme à l’autre malgré la prévention du directeur de publication en préface5).

2L’introduction d’Alain-Michel Boyer formule très efficacement la problématique à l’étude : du fait que l’ethnologie est née dans la littérature – en l’occurrence la littérature de voyage, mais on sait que jusqu’à la fin du XIXe siècle celle-ci est circonscrite par le corpus littéraire – celle-ci peut-elle constituer un discours totalement hermétique à celle-là ? La réponse est négative bien entendu, à penser en particulier aux auteurs qui ont publié autant des travaux ethnologiques « académiques » que des œuvres autobiographiques ou d’imagination (Leiris, Michaux, voire Lévi-Strauss) ; à penser encore à l’intersection que constitue le travail mené de part et d’autre, ainsi que par la psychanalyse, sur le mythe. Les récits de voyage ont servi de « berceau littéraire » aux travaux ethnographiques (les questions du « contact » et de « l’altérité » ont été amplement traitées par les spécialistes du genre du récit de voyage, avec des travaux qui ont pu porter sur Marco Polo, Jean de Léry, Bougainville, Latifau), lesquels ne commencent réellement à s’en affranchir qu’au début du XXe siècle. Ignorant au passage le cas pourtant important des écrivains touristes du XIXe siècle (Gautier, Flaubert, Nerval, Chateaubriand), le préfacier fait justement état de la scission – ou de l’accélération du processus d’autonomisation – qui s’opère au cours de ce siècle entre les domaines du littéraire et de ce que l’on n’appelle pas encore les sciences humaines et sociales. Stimulée par la concurrence de l’anthropologie américaine, la discipline ethnologique s’institutionnalise en France avec la fondation de l’Institut d’Ethnologie, en 1925, par Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet ; elle s’éloigne d’autant de la littérature qui repose, elle, toujours davantage sur la distribution inégale du capital symbolique et la refus de s’instituer en « discipline ». Le discours ethnographique va alors tendre à se distinguer radicalement du discours littéraire. L’écrivain devra s’effacer devant le scientifique, la subjectivité du chercheur devra être pourchassée pour parvenir à la canonique étude monographique.

  • 6  Vincent Debaene, L’Adieu au voyage, l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Ga (...)

3Engageant le débat avec Vincent Debaene, auteur du très remarqué Adieu au voyage6, Alain-Michel Boyer veut montrer l’échec de cette entreprise collective de délittérarisation et la persistance d’une intrication entre les deux « discours constituants » (Maingueneau). Nombreux sont en effet les écrivains à avoir tâté, surtout à l’époque surréalistes, de l’ethnographie, nombreux sont aussi les ethnographes de formation à avoir pratiqué les deux genres ou à les avoir juxtaposés dans un « premier » et un « second » livre issus d’une recherche de terrain.  Que ce soit chez Michel Leiris, chez Claude Lévi-Strauss, chez Malinowski ou chez Georges Bataille, lequel, de la littérature et de l’ethnologie, est le plus redevable à l’autre ?

  • 7  James Clifford et George Marcus (dir.), Writing Culture : the Poetics and Politics of Ethnography, (...)

4L’article de Lorenzo Bonoli complète utilement la préface : il y rappelle comment, au début du XXe siècle, l’anthropologue a quitté son bureau pour « planter sa tente au milieu du village » et pratique l’observation participante. Chez un Malinowski ou un Franz Boas puis chez leurs successeurs cette transformation des pratiques a créé une tension au sein du binôme « expérience » et « écriture » ; ou si l’on préfère entre un « là-bas » et un  « ici ». Le récit ethnographique, non plus que le discours historique, n’échappe jamais totalement au domaine du littéraire. Pour faire voir l’autre culture, l’ethnologue doit fabriquer un récit et user de stratégies rhétoriques. C’est ce qu’a compris l’anthropologie américaine, avec Clifford Geertz et James Clifford en premier lieu7, qui a travaillé à comprendre la nature narrative, voire fictionnelle, parce que construite, du récit ethnographique.

5Les articles qui suivent sont diversement inspirés. Certaines études de cas sont tout à fait originales (l’étude du procédé littéraire à l’œuvre dans le canular d’Horace Miner sur les « Nacimera »), d’autres plus convenues (la représentation de l’Indochine dans les écrits français jusqu’à l’indépendance). Marie Dollé et Renato Boccali consacrent chacun un article à Victor Segalen et particulièrement à son récit Les Immémoriaux. Philippe Forest retrace le parcours intellectuel de Georges Bataille dans le Collège de Sociologie. Chez Bataille comme chez Leiris, qu’étudie Christophe Ippolito, littérature et ethnographie se nourrissent mutuellement pour redonner sens à l’expérience et signification à un monde (celui de l’occidental ethnographe) qui en semble dépourvu. Le volume quitte aussi, et c’est heureux, le domaine français pour s’ouvrir aux liens entre africanisme, décolonisation et anthropologie chez Paul Hazoumé et Valentin Yves Mudimbe (Pierre-Philippe Fraiture), à la réflexion sur l’altérité dans les écrits ethnologiques et dans le roman du Brésilien Darcy Ribeiro (Ana Fernandes), aux continuités entre  les pratiques d’écriture du roman et du récit d’ethnographes chez Carlo Levi et Ernesto de Martino (Chiara Ruffinengo) ou encore aux récits anthropologiques grand public et pétris d’humour de Nigel Barley (Odile Gannier). De retour en France, Tristes tropiques occupe forcément un espace considérable : Irène Langlet montre la proximité entre Lévi-Strauss et Clifford Geertz dans son maître-livre, tandis que Claudine Le Blanc enquête sur les récits indiens de Lévi-Strauss. Le corpus le plus troublant est assurément celui que traite Hervé Moëlo des « seconds livres », ces livres plus littéraires, publiés chez Plon, Grasset ou Gallimard, en marge d’un texte scientifique à vocation institutionnelle : L’Afrique fantôme de Leiris (1934), Gens de la Grande Terre – Nouvelle Calédonie, de Maurice Leenhardt (1937), L’Île de Pâques d’Alfred Métraux (1941) puis Tristes tropiques (1955). Chacun de ces ouvrages présente en effet une forte dimension subjective et réflexive qui en fait des lieux de croisement entre des disciplines, des pratiques et des « écritures » au sens de Barthes. Enfin, dans un article conclusif, Alain-Michel Boyer revient pour dénombrer d’autres de ces lieux de croisement : les ethnographies imaginaires de Michaux, conjecturales de Vercors dans Les Animaux dénaturés, les polars de Tony Hillerman ou encore l’œuvre de J.M.G. Le Clézio. Ethnographie, ethnologie, anthropologie d’un côté, littérature de l’autre ont encore beaucoup à échanger, somme toute.

  • 8  Et le littéraire qui écrit ces lignes se serait bien passé du Zola « auteur de la Comédie humaine  (...)

6Le principal reproche que l’on fera à ce volume, par ailleurs bien informé, riche de convaincantes études de cas et de quelques puissante synthèses réflexives, c’est sa tendance à la redondance. Que deux articles soient consacrés à Victor Segalen, c’est bien naturel ici, mais il est à regretter qu’ils se répètent en plusieurs endroits ; de même avec l’anthropologue brésilien Darcy Ribeiro et l’Américain Clifford Geertz abordés par plusieurs contributeurs sous des angles similaires. Pareillement, si la transition de la littérature de voyage à la littérature ethnologique est bien fondamentale pour le propos, il n’était sans doute pas nécessaire d’en faire l’historique dans trois articles différents8. Cela mis à part, Alain-Michel Boyer a monté avec ce collectif une synthèse riche en enseignements.

Haut de page

Notes

1  Voir Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2009; voir aussi le numéro des Annales : « Savoirs de la littérature », 65-2, mars-avril 2010.

2  Jacques Dubois, Stendhal. Une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, 2007.

3  Dominique Maingueneau les conçoit comme des sortes de matrices discursives qui ont acquis force d’évidence, « validés par une scène d’énonciation qui s’autorise d’elle-même » (Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004, p. 47)

4  Jean-Marie Privat et Marie Scarpa (dir.), Horizons ethnocritiques, Presses universitaires de Nancy, « EthnocritiqueS », 2010; Véronique Cnockaert, Jean-Marie Privat et Marie Scarpa (dir.), L’ethnocritique de la littérature, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 2011.

5  L’ethnographie « consiste en une enquête sur le terrain, une étude directe, prenant en compte des populations vivant dans une civilisation pré-industrielle, souvent sans écriture (mais pas systématiquement) » (p. 15) tandis que l’ethnologie « s’appuie sur les faits, les observations, les développements fournis par l’ethnographe (mais  il s’agit souvent d’une seule et même personne, en vue d’une généralisation, d’une approche théorique, et de la mise en évidence de divers phénomènes de la vie sociale de ces peuples des lointains » (pp. 16-17) et même, par extension, des sociétés industrialisées.  

6  Vincent Debaene, L’Adieu au voyage, l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 2010.

7  James Clifford et George Marcus (dir.), Writing Culture : the Poetics and Politics of Ethnography, University of California Press, 1986 ; Clifford Geertz, Works and Lives: The Anthropologist as Author, Stanford University Press, 1988.

8  Et le littéraire qui écrit ces lignes se serait bien passé du Zola « auteur de la Comédie humaine » (p. 96)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Alain-Michel Boyer (dir.), Littérature et ethnographie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 octobre 2012, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9442

Haut de page

Rédacteur

Anthony Glinoer

Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire, Université de Sherbrooke

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page