Navigation – Plan du site

Xavier Garnier, Jean-Philippe Warren (dir.), Écrivains francophones en exil à Paris. Entre cosmopolitisme et marginalité

Jérémy Guedj
Ecrivains francophones en exil à Paris
Xavier Garnier, Jean-Philippe Warren (dir.), Ecrivains francophones en exil à Paris. Entre cosmopolitisme et marginalité, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2012, 156 p., ISBN : 9782811106362.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. P. Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1998.
  • 2  Signalons que, ce faisant, cet ouvrage s’inscrit dans le sillage d’études pionnières portant sur P (...)

1L’histoire des écrivains étrangers en exil est à mettre au nombre de ces champs d’études aussi importants que fertiles, qui repoussent toujours plus loin, par le fruit d’un effort constant, les limites de la connaissance et des questionnements méthodologiques. À coup sûr, ce recueil publié sous la direction de Xavier Garnier et Jean-Philippe Warren, respectivement professeur de littératures francophones à la Sorbonne Nouvelle et titulaire de la Chaire d’études sur le Québec à l’Université Concordia, ce qui démontre une nouvelle fois – s’il en était besoin – la qualité et la fécondité des liens franco-canadiens en matière de recherche, constitue un pas supplémentaire, et de qualité, dans cette quête historique et littéraire. D’abord, parce qu’il offre un enchaînement de contributions solides, alternant échelles, époques et interrogations, et rassemblées autour d’une problématique forte et resserrée, ce qui évite la dispersion des thèmes ou l’impression d’un éclatement de monographies juxtaposées et soudées par un ciment artificiel. Réduisant la focale aux écrivains francophones à Paris, ce qui accroît la cohérence de l’entreprise, cet ouvrage tente de s’interroger sur « la tension entre une langue et un lieu » (p. 7), en cette « capitale de la République mondiale des lettres »1 ainsi que sur les différentes stratégies culturelles et ‑le mot peut être prononcé ‑identitaires dont firent montre ceux qui gagnaient Paris2. Le brassage francophone se trouvait-il facilité par le caractère « déterritorialisé » (p. 9) de cette ville ? Rien ne semble moins sûr. À cela s’ajoute que les études présentées ne se contentent pas d’un simple bilan sur les connaissances relatives aux écrivains exilés, mais apportent archives et éléments d’interprétation nouveaux. Ce qui frôlait la gageure lorsque l’on sait quelle encre abondante certains de ces auteurs ont fait couler.

2Si l’on entre dans le détail, sans qu’il soit malheureusement possible de refléter une image fidèle et approfondie de la variété des contributions, plusieurs caractéristiques se dégagent de l’ouvrage. Une nouvelle exploration de ce que peut être l’exil, et plus particulièrement ce que l’on peut appeler rapidement « l’exil intellectuel », transparaît : tout en rappelant que l’exil de l’écrivain, tout comme d’ailleurs celui de l’artiste en général, n’est pas forcément définitif, ni même nécessairement entravé par les obstacles de la souffrance et du dénuement matériels (ce qui fait mentir nombre d’images d’Épinal) les analyses consacrent d’intéressants développements à la dimension protéiforme de l’exil. Pour les Canadiens français qui participent du « retour d’Europe », la connaissance de Paris, à travers l’ensemble des vecteurs culturels, semble à ce point excellente que l’altérité, et même la nouveauté, ressentie s’en trouvent plus que réduite : comme le notent Michel Lacroix et Jean-Philippe Warren : « la plupart des Canadiens français qui décident de s’y rendre ont déjà vécu en rêves, par les journaux ou les livres, une partie de leur vie dans la Ville lumière » (p. 54). Pareil phénomène a été maintes fois attesté, mais le suivi précis de la trajectoire de ces écrivains ne manque pas d’intéresser, puisque les désillusions se succèdent les unes aux autres et que poignent très rapidement des hiérarchies intellectuelles feutrées à l’intérieur du monde francophone. Quant à Ionesco – au sujet duquel on appréciera les discussions consacrées à l’ambiguë période de la guerre – il a quitté sa Roumanie natale seulement un an après sa naissance, mais se trouve habité par un vif sentiment de l’exil. Que dire encore du poète malgache Jean-Joseph Robearivelo, qui n’a jamais vu Paris, mais y habite lui aussi en l’esprit par ouvrages interposés, au point de ressentir l’exil ? Le lecteur sera par ailleurs sensible aux réflexions sur les temporalités de l’exil, comme lorsqu’il est question des intellectuels africains dont l’exil parisien s’articule en trois temps décrits par Xavier Garnier : l’« émerveillement esthétique », la « phase d’individuation » qui consiste en un éloignement par rapport aux traditions et représentations héritées de la société d’origine, et la « phase de fraternisation » où l’exilé tisse des liens forts avec les autres exilés (p. 110). C’est enfin la nouveauté, on l’a vu, qu’il convient de saluer, notamment dans les pages concernant le suisse Ramuz ou le Suédois Strindberg.

3L’image de Paris joue donc un rôle central dans l’exil des écrivains étrangers, et l’ouvrage insiste tout particulièrement sur cette dimension. Cette expérience s’inscrit tellement dans l’imaginaire qu’il s’avère parfois malaisé de distinguer l’exil ressenti des « réalités » de l’exil. C’est précisément sur ce point que l’on aurait peut-être aimé davantage d’éléments, d’informations certes plus prosaïques mais susceptibles de replacer ces trajectoires dans un environnement social, avec ses considérations quotidiennes, son bouillonnement de parcours, ses sociabilités. Sans doute un dialogue plus approfondi, notamment avec la discipline historique sensible à ces aspects, tant à travers l’histoire des intellectuels que celle de l’immigration, enrichirait ces réflexions si, comme on peut le souhaiter, l’entreprise à l’origine de l’ouvrage venait à être prolongée. Mais l’on peut tout à fait comprendre un tel parti pris, car replacer l’écrivain sinon dans des catégories du moins dans des ensembles thématiques plus larges, en cherchant à tout prix ce qui exprime sa représentativité, n’est-ce pas faire fi de la singularité et de l’unicité qui caractérise la catégorie d’artiste ?

Haut de page

Notes

1  Cf. P. Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1998.

2  Signalons que, ce faisant, cet ouvrage s’inscrit dans le sillage d’études pionnières portant sur Paris et l’exil, parmi lesquelles on citera : A. Kaspi et A. Marès (dir.), Le Paris des étrangers depuis un siècle, Paris, Imprimerie Nationale, 1989 ; A. Marès et P. Milza (dir.), Le Paris des étrangers depuis 1945, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; P. Brunel (dir.), Paris et le phénomène des capitales littéraires, Paris, PUPS, 1990. Bien d’autres études traitent de ces aspects, dans une dimension plus restreinte cependant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Xavier Garnier, Jean-Philippe Warren (dir.), Écrivains francophones en exil à Paris. Entre cosmopolitisme et marginalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 octobre 2012, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9454

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Guedj

ATER en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis et Membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page