Navigation – Plan du site

Michel Lallement, Le travail sous tensions

Sébastien Paul
Le travail sous tensions
Michel Lallement, Le travail sous tensions, Sciences Humaines Editions, coll. « Petite Bibliothèque », 2010, 125 p., EAN : 9782912601889.
Haut de page

Texte intégral

1Le travail est un objet compliqué à appréhender car il est porteur d'une ambivalence profonde : il est à la fois un système de contraintes source de malheurs et de souffrances et un lieu, parmi les plus importants, d'existence sociale et de réalisation de soi. Porteur de valeurs à la fois positives et négatives, il fait régulièrement la Une de l'actualité et cristallise des débats contradictoires. Pour dépasser ces contradictions, seul moyen de porter un regard constructif sur le travail, Michel Lallement propose de s'intéresser à la manière dont il se transforme. L'approche n'enlève rien à sa complexité. La transformation du travail est en effet caractérisée par de nombreuses tensions. L'intérêt de ce petit ouvrage réside dans le fait que tout en cherchant à saisir cet objet complexe il reste très clair et facile d'accès. Très bien documenté et accessible à un large public, il s'organise autour de quatre tensions majeures qui traversent le travail : des tensions liées aux recompositions du monde du travail, des tensions liées aux nouvelles formes d'organisation du travail, des tensions entre travail et emploi et des tensions d'ordre cognitif.

2Le premier type de tensions concerne les recompositions des mondes du travail tant à l'échelle internationale qu'à l'échelle nationale. Au niveau international, l'auteur propose une distinction entre « travail de riche » et « travail de pauvre ». Le processus de mondialisation oblige à regarder le travail à l'échelle globale et à constater, contrairement aux idées reçues, sa grande diversité. « D'une région du globe à l'autre, les différences perdurent car, fort de son histoire et de ses institutions, chaque pays sait retraduire à sa manière ce que la mondialisation peut faire au travail » (p 13). La mondialisation « produit de la différence » tant dans les formes du travail que dans la qualité du travail. Par ailleurs, cette dichotomie travail de riche/ travail de pauvre traduit également une réalité à l'échelle nationale. « Non seulement les pays les plus riches possèdent eux aussi leurs travailleurs pauvres mais il est aujourd'hui des dynamiques qui mettent en tension les pôles extrêmes des mondes du travail. C'est le cas au premier chef des migrations, réalité forte des économies modernes » (p 24). Au niveau national, la recomposition des mondes du travail se traduit essentiellement par une évolution au sein des trois grands blocs qui traditionnellement le structurent : le secteur privé, le secteur public et le tiers-secteur. L'évolution du secteur privé se caractérise notamment par des différences de gestion entre les petites et les grandes entreprises. Le secteur public se rapproche, par ses modes de gestion, de plus en plus du secteur privé. Le secteur associatif connaît quant à lui un développement très important avec l'apparition de tensions entre engagement militant et engagement salarié.

3Le second type de tensions concerne les nouvelles formes d'organisation du travail. L'obsolescence progressive du taylorisme et l'émergence de nouvelles formes d'organisation du travail déplacent deux couples d'oppositions : l'opposition entre autonomie et contrainte et entre coopération et division. L'apparition de nouvelles formes d'organisation du travail provoque un déplacement entre une autonomie accrue des individus dans l'organisation et la réalisation de leur travail et des contraintes en termes de temps, de qualité, de plus en plus importantes. Comment faire le lien pour dépasser la contradiction de cette injonction ? « La rhétorique de la responsabilité a fourni la réponse : aux individus de prendre sur eux les défis mais aussi les contradictions des demandes qui leurs sont adressées » (p 58). Le coût psychique d'une telle organisation est important et se traduit par l'apparition d'un nouveau problème de santé au travail : le stress. L'opposition entre coopération et distinction relève d'un questionnement traditionnel de la sociologie sur la manière dont des individus et des groupes spécialisés parviennent à agir ensemble. L'évolution du travail se traduit, dans ces termes, par une multiplication des intervenants spécialisés. « L'une des principales évolutions du travail contemporain est la multiplication des acteurs qui conditionnent sa réalisation. Outre les clients et les actionnaires, il faudrait encore mentionner les sous-traitant, les fournisseurs, les consultants, les mouvements de consommateurs et autres lobbies, l'État et ses représentants, etc. » (p 78).

4Le troisième type de tensions concerne l'articulation entre emploi et travail. Les politiques publiques de lutte contre le chômage, en recherchant l'emploi à tout prix ont eu des effets négatifs involontaires sur la qualité du travail. L'importance accordée aux formes spécifiques d'emploi a en effet des conséquences à la fois sur les conditions de vie des salariés mais aussi sur la qualité de leur travail au quotidien. « Les salariés en contrat à durée déterminée et en intérim bénéficient de moins de marge de manœuvre dans leur travail ainsi que d'une solidarité moins appuyée de la part de leurs collègues » (p 92). La quatrième et dernière tension est d'ordre « cognitif ». Constatant l'ensemble des transformations du travail, l'auteur avance que les catégories actuelles sont dépassées pour penser le travail aujourd'hui, d'où la nécessité de redéfinir de nouvelles catégories. « Pour prendre la mesure de ces faits sociaux massifs et agir face à la crise, nous avons besoin de dispositifs innovants mais, plus généralement encore, d'une rénovation de nos catégories de perception du monde du travail » (p 104).

5Le travail, traversé de ces multiples tensions et évoluant vers de nouvelles formes, est donc compliqué. On peut cependant se demander si, au final, le travail n'est pas encore plus compliqué que ce qu'en dit Michel Lallement. Tout en cherchant à construire de nouvelles catégories pour penser le travail, les sciences sociales en général, et la sociologie en particulier, n'ont-elles pas aussi un intérêt à décatégoriser ? Il ne s'agit pas bien sûr de renoncer à toute conceptualisation mais de prendre également au sérieux, dans un même mouvement, toutes les circulations qui s'opèrent entre le monde du travail et les autres mondes qui structurent la vie des individus. En d'autres termes, ne faut-il pas prendre en compte la complexité de la vie au travail, de sa gestion au quotidien par les individus, pour en saisir la réalité ? Car le travail est aussi, et peut-être avant tout, l'engagement singulier et quotidien d'individus dans des configurations normatives effectivement sous tensions.

6L'enjeu est de taille. Pour conclure son ouvrage, Michel Lallement pose que «le travail n'est pas qu'un geste, c'est aussi un bien commun. Voilà pourquoi sa redéfinition est l'affaire de tous » (p 110). Or, comment tous peuvent se sentir concernés par la défense ou la redéfinition de ce bien commun s'ils ne sont ni inclus ni associés à l'analyse ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Paul, « Michel Lallement, Le travail sous tensions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 mars 2010, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/946

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Paul

Doctorant en Sciences de l'Éducation, Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l'Éducation et de la Communication, Université de Strasbourg

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page