Navigation – Plan du site

Michel Feynie, Le “as if” management. Regard sur le mal-être au travail

Agnès Vandevelde-Rougale
Le "as if" management
Michel Feynie, Le "as if" management. Regard sur le mal-être au travail, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Des mondes ordinaires », 2012, 200 p., ISBN : 9782356871916.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Feynie retient le terme « salarié » pour désigner les différents employés non haut dirigeants, (...)

1Le « monde ordinaire » que dévoile Michel Feynie à travers ce « regard sur le mal-être au travail » est un monde pris dans le décalage entre la fiction idéale créée par les discours officiels de grandes entreprises (la rhétorique managériale) et la réalité concrète du terrain vécue par les employés. Le lancement d’un nouveau plan d’action commercial dans une entreprise de service, auquel a assisté l’auteur et qu’il décrit dans l’introduction, est emblématique de ce décalage. Il montre d’un côté le discours huilé, emphatique et ininterrompu des dirigeants et, de l’autre, des salariés1 en « opposition frontale » ou « assommés » (p. 9) par un « discours langue de bois » (p. 25) et les injonctions qu’il véhicule. Cet événement marque le baptême du type de management à l’œuvre : le « “As If” management, c'est-à-dire le management qui fait comme si tout allait bien, qui ignore les problèmes et ne veut les aborder » (p. 8) et auquel se plient généralement les employés dans une « unanimité de façade » (p. 192) qui masque et simultanément nourrit le mal-être au travail.

  • 2  V. de Gaulejac, Travail, les raisons de la colère, Paris : Seuil, 2011, p. 69.

2Le “As If” management s’inscrit dans la lignée des ouvrages dévoilant la réalité concrète du mal-être au travail et questionnant les pratiques managériales. Michel Feynie retient d’ailleurs la terminologie proposée par Vincent de Gaulejac, sociologue clinicien, pour désigner « un mal qui touche à l’être »2, posant la centralité de la subjectivité dans le phénomène étudié. L’approche méthodologique de Michel Feynie se revendique de l’anthropologie et les pistes d’analyse qu’il propose mobilisent différents courants (psychologie du travail, philosophie, sciences de l’information et de la communication, sociolinguistique, sociologie des organisations, sociologie du travail, sociologie et psychosociologie cliniques …), soulignant l’intérêt de la rencontre interdisciplinaire pour penser un objet complexe.

  • 3  M. Feynie., Les maux du management : chronique anthropologique d’une entreprise publique, Lormont, (...)

3L’auteur mobilise l’enquête anthropologique afin de questionner les pratiques managériales et leurs conséquences pour les salariés en définissant « ce qu’il y a derrière les mots » (p. 187). Dans le prolongement de son ouvrage précédent, Les maux du management : chronique anthropologique d’une entreprise publique3, il s’intéresse à la vie au travail de 2004 à 2012 de différentes catégories d’employés de la branche commerciale d’une grande entreprise française de services dont il anonymise le nom en « entreprise LP ». Psychologue du travail et ethnologue indigène immergé en tant qu’employé de l’entreprise LP jusqu’à mi-2010, il complète les observations de terrain par des entretiens avec des salariés de LP en 2011, par l’analyse de la documentation institutionnelle interne d’une douzaine d’autres grandes organisations et par l’observation d’un séminaire interne dans une collectivité territoriale. Cet élargissement de son champ d’investigation lui permet de vérifier la validité de l’hypothèse d’une rhétorique managériale transcendant les organisations de travail singulières et les secteurs d’activité.

  • 4  Outre l’utilisation de la première personne du singulier, on peut par exemple relever l’utilisatio (...)
  • 5  Les différentes parties de l’ouvrage sont marquées par certaines répétitions qui sont peut-être la (...)

4Michel Feynie insiste à plusieurs reprises sur son intention de présenter « un point de vue sur le management » et non une vérité sur cet ensemble de pratiques. Revenant sur les conséquences de la sortie de son premier ouvrage, il montre que cette position peine à être entendue. La publication du “As if” management sert alors un triple objectif militant, revendiqué dans l’introduction et rappelé dans la conclusion de l’ouvrage : militantisme académique, pour la reconnaissance de l’entreprise comme terrain d’enquête légitime de l’anthropologie contemporaine ; militantisme « postural » pour faire reconnaître la possibilité de pluralité des « points de vue » sur un même phénomène, en l’occurrence le management ; militantisme politique pour dénoncer le paradoxe selon lequel « le salarié qui fait semblant d’adhérer est parfois mieux apprécié qu’un bon contributeur » (p. 20) et pour « aider les salariés à mettre à distance le discours et les pratiques managériales des institutions dans lesquelles ils travaillent » (p. 194). La simplicité de l’écriture, principalement descriptive mais aussi engagée4, et le recours à de nombreux verbatim nous semblent bien servir ce dernier objectif, en permettant au lecteur de suivre le regard porté par l’auteur sur la rhétorique managériale et l’ancrage du “As If” management5. Le caractère illustratif des cas singuliers présentés peut permettre au lecteur profane, ayant une expérience pratique du monde du travail mais non-spécialiste des catégories construites pour le décrire, de disposer de mots pour reconnaître et dire son expérience.

  • 6  M. Feynie souligne en effet qu’« on peut se demander sur quels critères les entreprises recrutent (...)

5Michel Feynie déroule son propos en quatre parties, que complètent une introduction, une conclusion et une postface. La première partie s’intéresse à la communication discursive interne écrite ou événementielle de grandes organisations et révèle l’émergence d’une « communauté de langage » par la « novlangue d’entreprise » (p. 56). Non-linguiste, l’auteur porte son attention sur le contexte de production des discours recueillis et sur les mots employés dans différentes organisations. La deuxième partie illustre la tension entre idéologie managériale et pratiques quotidiennes à partir d’exemples concrets de « décalages » entre le discours des dirigeants ou des consultants et le quotidien des employés, incohérences que l’auteur a pu observer ou vivre au sein de l’entreprise LP. Il avance que la force de l’idéologie managériale tient à l’illusion de responsabilité et d’autonomie qu’elle propose aux salariés « laissés à leur débrouillardise » dans un cadre « extrêmement restreint par des méthodes, des scripts, du reporting… » (pp. 120-121). La troisième partie s’intéresse au mal-être qui résulte de ces pratiques, interrogeant succinctement ses sources et observant les stratégies mises en place par les salariés pour y faire face et par les dirigeants pour le contenir. Michel Feynie souligne que le maintien du “As If” management tient à la fois à l’attirance des salariés pour le pouvoir et aux « stratégies habiles mises en œuvre par les dirigeants pour rendre le management à peu près supportable par les salariés » (p. 157), mais il n’interroge pas ici les raisons d’un attachement à cette forme de management, hormis peut-être en évoquant la collusion entre dirigeants et consultants6. La bibliographie pluraliste de l’ouvrage pourra inciter le lecteur désireux d’approfondir certains des points abordés à consulter d’autres travaux, tels que ceux interrogeant les processus liant idéalisation, adhésion et mal-être au travail en sociologie et psychosociologie cliniques. La quatrième partie est consacrée au questionnement de la position de l’ethnologue indigène sur son terrain. En présentant « les coulisses de l’enquête », Michel Feynie poursuit la réflexion engagée dans son premier ouvrage autour de la complexité d’une posture associant réflexivité critique et loyauté envers l’entreprise.

  • 7  À ce sujet, voir notamment V. de Gaulejac, Travail, Les raisons de la colère, op. cit.

6L’actualité du phénomène étudié et l’hypocrisie des pratiques managériales que dévoilent les observations de Michel Feynie rappellent, s’il en était besoin, l’impératif de réagir et de développer une nouvelle conception du management replaçant l’humain au centre de ses préoccupations7. Michel Feynie propose en conclusion plusieurs « mesures utopistes pour diminuer le mal-être au travail » (p. 193). Il promeut notamment le rétablissement de « la distance dans les relations professionnelles aux personnes et aux choses » en sensibilisant les salariés, mais aussi les étudiants, futurs managers et syndicalistes, à l’importance de la réflexion sur les conditions de management auxquelles ils sont ou seront confrontés. La « grille de lecture anthropologique » présentée en conclusion (pp. 190-191) pourra permettre au lecteur de déplacer son regard de la remise en cause individuelle au questionnement du système organisationnel et en particulier de la dissonance entre discours et pratique. Il nous semble par ailleurs que la poursuite de la réflexion engagée par Michel Feynie à partir de son expérience d’ethnologue indigène alimenterait valablement le débat entre contribution et adhésion à l’entreprise qu’il appelle de ses vœux, afin d’aider à penser un nouveau positionnement des employés au travail.

Haut de page

Notes

1  M. Feynie retient le terme « salarié » pour désigner les différents employés non haut dirigeants, quel que soit leur statut (employé salarié par contrat de droit privé ou fonctionnaire – cf. note 4 p. 14).

2  V. de Gaulejac, Travail, les raisons de la colère, Paris : Seuil, 2011, p. 69.

3  M. Feynie., Les maux du management : chronique anthropologique d’une entreprise publique, Lormont, Le Bord de l’Eau, coll. Des mondes ordinaires, 2010. Cet ouvrage est tiré de sa thèse en anthropologie soutenue en 2000, sous la direction de Bernard Traimond à l’université Bordeaux II Segalen, qui s’appuyait sur une enquête ethnographique au sein de l’entreprise LP de 1992 à 2000.

4  Outre l’utilisation de la première personne du singulier, on peut par exemple relever l’utilisation d’anglicismes pour nommer certaines observations, en parodie du discours managérial, ou encore certaines manifestations de jugements de l’auteur.

5  Les différentes parties de l’ouvrage sont marquées par certaines répétitions qui sont peut-être la traduction d’autant de mouvements pour observer ou questionner les relations entre les objets successivement étudiés.

6  M. Feynie souligne en effet qu’« on peut se demander sur quels critères les entreprises recrutent les cabinets de consultant. […] il semble que […] le « copinage » soit plus de mise que la recherche de réel professionnalisme » (pp. 116-117).

7  À ce sujet, voir notamment V. de Gaulejac, Travail, Les raisons de la colère, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Vandevelde-Rougale, « Michel Feynie, Le “as if” management. Regard sur le mal-être au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 octobre 2012, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9476

Haut de page

Rédacteur

Agnès Vandevelde-Rougale

Doctorante en sociologie au Laboratoire de Changement Social, Université Paris Diderot - Paris 7

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page