Navigation – Plan du site

Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent, Pierre Serna, Pour quoi faire la révolution

Caroline Wiart

Texte intégral

1Pour quoi faire la révolution est une œuvre collective réunissant J.-L. Chappey, B. Gainot, G. Mazeau, F. Régent et P. Serna, tous les cinq membres de l'Institut d'histoire de la Révolution française (IHRF), dont l'objectif est de proposer une nouvelle analyse de ce thème. Remettant en question les études « classiques » de la Révolution Française, chacun contribue à une approche complexe du phénomène. Il s'agit de repenser l'histoire des idées politiques à travers les acteurs et les institutions qui ont participé au processus révolutionnaire. Plus précisément, les auteurs insistent sur l'histoire économique et sociale afin de comprendre la Révolution Française tout en soulignant le relatif manque d'intérêt porté à cette dimension de l’événement et à son legs historique.

2Le phénomène révolutionnaire n’appartient pas au passé, en témoignent les évènements qui ont frappé de nombreux pays du monde arabe, à partir de décembre 2010. Cette vague révolutionnaire, à forte dimension sociale, invite à repenser ce phénomène historique. Entre mouvements de contestation et de conquête des libertés, les printemps arabes incitent les historiens de l’IHRF à revoir l’histoire de la Révolution Française en analysant les acquis historiques qui lui sont liés (la question des libertés fondamentales, la réflexion sur la citoyenneté notamment), sans occulter les rapports de violence et les échecs du processus révolutionnaire. En somme, l’objectif de cet ouvrage est de présenter la Révolution Française comme un modèle d’analyse, une grille de lecture permettant d’analyser « les logiques d’une saison de contestations, de rébellions, de révoltes et de révolutions » (p. 1).

  • 1  J.-L. Chappey, B. Gainot, G. Mazeau, F. Régent, P. Serna, Pour quoi faire la révolution, Agone, 20 (...)
  • 2  Ibid., p. 16.

3L’originalité de l’ouvrage porte sur plusieurs dimensions, notamment la dimension spatio-temporelle. Du point de vue chronologique, l’étude du processus révolutionnaire dépasse l’évènement révolutionnaire stricto sensu (1789-1799)en intégrant les notions de transfert et d'héritage des idées politiques, qui s'effectuent sur plusieurs générations (1770-1820). En ce qui concerne la dimension spatiale, la Révolution Française s'inscrit dans un vaste ensemble qui dépasse les frontières européennes. En effet, elle s'intègre clairement dans une « histoire atlantique1», qui se caractérise comme un courant historiographique visant à étudier le monde atlantique comme « une unité d’analyse, un vaste espace unitaire et intégré ». Cette méthode repose sur l’analyse des relations entre les trois continents qui entourent l’océan Atlantique (l’Europe, l’Afrique et les Amériques), sur une période qui s’étend du XVe siècle au milieu du XIXe siècle. De même, d'autres perspectives sont proposées dans cet ouvrage telles que l'analyse des mouvements politiques ou encore « l'histoire sociale du fait politique et culturel 2». L'ouvrage se divise en cinq chapitres. Les deux premiers traitent du rôle des colonies dans l'histoire de la Révolution Française. Les chapitres III et IV se concentrent sur la période de la Terreur (1793-1794). Enfin, l'économie politique de la première République est au cœur du dernier chapitre.

4La première contribution, réalisée par P. Serna, propose d'analyser la Révolution française en tant que guerre d'indépendance. L'idée est de l’intégrer dans une dimension plus large : l'histoire atlantique. En effet, l'époque moderne est marquée par deux processus fondamentaux permettant de comprendre les événements révolutionnaires qui ont eu lieu à la fin de la période. Il s'agit, d'une part, du processus de « mondialisation » qui s'opère tout au long de l'époque. D'autre part, la période se caractérise comme un moment où la contestation est de plus en plus fréquente, en réaction aux abus d'un pouvoir fort. Outre la multiplication des révoltes sur la période étudiée, l'auteur met en avant le développement de sentiments identitaires dans les « périphéries dominées », à l'encontre du modèle monarchique en place. Les années 1770 voient le développement d’une forte culture subversive qui alimente les revendications révolutionnaires. De l'autre côté de l'Atlantique, les révoltes se multiplient dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les protestations reposent, pour certains, sur la volonté d'instaurer l'égalité des biens et des richesses, et, pour d'autres, sur l'idée de jouir davantage de la liberté individuelle. Ainsi, des prémisses du mouvement révolutionnaire apparaissent dans les périphéries du royaume français. L'originalité française est marquée par une concentration de l'ensemble des revendications traversant les autres mouvements révolutionnaires ; le processus révolutionnaire en France concerne par ailleurs près de 28 millions de personnes et traduit une relativement forte politisation dans un pays pourtant à dominante rurale.

5F. Régent traite dans le deuxième chapitre du rapport entre la Révolution française et les colonies du royaume français. Il s'agit ici de comprendre les interactions du processus révolutionnaire de part et d'autre de l'Atlantique. En effet, la situation aux Antilles influence les décisions prises à Paris ; l'histoire de la Révolution française ne peut se dissocier de celle des colonies. La structure coloniale établie est marquée par de profondes inégalités, notamment de droits, selon les catégories sociales, entre blancs et gens de couleur libres, ou, encore, entre les colons et les métropolitains. Dans ce contexte, des tensions ne tardent pas à apparaître. La question coloniale est un sujet qui fait débat et divise au sein des porteurs du mouvement révolutionnaire en métropole. En mai 1791, des discussions ont lieu à l’Assemblée concernant le statut des gens de couleur et des affranchis : l'esclavage est de plus en plus fréquemment condamné. Le principe de liberté et sa défense restent au cœur des revendications révolutionnaires. En somme, il est nécessaire pour F. Régent de réévaluer le rôle des colonies dans la Révolution Française, trop souvent mis de côté par les analyses classiques de ce processus. La revendication de l'abolition de l'esclavage marque de ce point de vue une des grandes singularités du mouvement français.

  • 3  Ibid., p. 93.

6Dans un troisième chapitre, G. Mazeau se penche sur la période de la Terreur (1793-1794). Habituellement perçue comme une phase d'extrême violence, la Terreur revêt pourtant une réalité plus complexe que les analyses classiques ont pu le laisser penser. La Terreur se situe à un moment du processus révolutionnaire un nouveau régime a été mis en place, rompant radicalement avec la structure féodale. Progressivement, le rôle de l'Église et de l'armée est réévalué, et de nouvelles valeurs, qualifiées de républicaines, apparaissent dans le discours des révolutionnaires. Au nom de ces valeurs, le pouvoir tente d'instaurer un régime au sein duquel le pouvoir civil serait fort, où l'armée se mettrait au service de la société et où l'espace public serait laïc. G. Mazeau utilise le concept de laboratoire politique3 pour rendre compte de ce que la Terreur a pu représenter en termes d'expérimentation, de transition entre un modèle monarchique et un modèle démocratique. Ainsi, cette période est marquée à la fois par de grandes avancées telles que des initiatives démocratiques au profit des exclus (développement de l’enseignement, de l’innovation technologique, des savoirs techniques notamment), mais aussi par des reculs, notamment des droits fondamentaux, ou, encore, par l’usage d’une politique répressive fondée sur la peur et un sentiment d’insécurité. Les années 1793-1794 sont néanmoins cruciales pour l'histoire de la République française, car elles correspondent à une volonté de transition vers un régime égalitaire, de justice et de morale, où la société civile est au centre des décisions.

  • 4  Ibid., p. 115.
  • 5  Ibid., p. 118.

7Le quatrième chapitre analyse les dynamiques politiques et sociales à travers une histoire culturelle de la Révolution Française. J.-L. Chappey s'attache à décrire les caractéristiques du « projet de régénération »4 qui a lieu durant la période révolutionnaire. En effet, la révolution met en place une nouvelle organisation politique basée sur la souveraineté populaire. Une véritable campagne d'intégration et d'assimilation s'effectue afin de politiser ces nouveaux citoyens par le biais des « élites civilisatrices »5.

  • 6  Ibid., p. 178.

8La dernière contribution réalisée par B. Gainot met en exergue l'idée que la République est avant tout pensée comme une « association de citoyens solidaires ». Dans ce texte, l'auteur analyse la Première République en tant que processus, c'est-à-dire depuis la Convention Nationale (1792-1794) à la constitutionnalisation (1795-1799). L'étude prône une observation de la première République de France à travers l’histoire de l’économie politique républicaine, mettant en évidence le lien entre le projet idéologique et les mesures politico-économiques mises en place. Plus spécifiquement, B. Gainot traite du rapport étroit entre la République, le travail, les intérêts et la propriété. Une large place est laissée à l'analyse des concepts de propriété, mais aussi à la question fiscale. En un mot, le projet républicain se développe à la fois autour de l’idée d'intérêt privé, la notion de propriété et la nécessité d’intervention de la puissance publique dans les échanges. Le phénomène révolutionnaire se caractérise donc comme une « transition vers l'âge industriel6 », en même temps qu’il est une phase d'expérimentation politique et sociale.

9Finalement, l'ouvrage Pour quoi faire la révolution  soulève le caractère complexe de la période révolutionnaire à la fin du XVIIIe siècle, en France et dans les périphéries atlantiques. L’originalité de l’ouvrage est de proposer une réflexion sur le processus révolutionnaire en insistant sur les acteurs et les institutions qui y ont participé. Alors que les analyses classiques se penchent plutôt sur l’étude des idées et des faits politiques, l’ouvrage offre une nouvelle approche de la Révolution française en imbriquant l’histoire à la fois sociale, économique et politique à l’analyse événementielle.

Haut de page

Notes

1  J.-L. Chappey, B. Gainot, G. Mazeau, F. Régent, P. Serna, Pour quoi faire la révolution, Agone, 2012, p. 15.

2  Ibid., p. 16.

3  Ibid., p. 93.

4  Ibid., p. 115.

5  Ibid., p. 118.

6  Ibid., p. 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Wiart, « Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent, Pierre Serna, Pour quoi faire la révolution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 octobre 2012, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9482

Haut de page

Rédacteur

Caroline Wiart

Étudiante en master d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page