Navigation – Plan du site

Isabelle Danic, Olivier David, Sandrine Depeau, Enfants et jeunes. Dans les espaces du quotidien

Frédérique Giraud
Enfants et jeunes
Isabelle Danic, Olivier David, Sandrine Depeau (dir.), Enfants et jeunes. Dans les espaces du quotidien, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2010, 273 p., EAN : 9782753510272.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien s'inscrit dans la continuité d'un colloque scientifique international qui s'est tenu à Rennes en novembre 2006, intitulé « Espaces et Sociétés ». Il réunit 17 contributions qui s'organisent en trois parties : « De l'appropriation de l'espace à ses techniques d'observation », « Socialisation dans les espaces du quotidien » et « Pratiques, participation et actions politiques ». Les multiples contributions qui sont réunies dans cet ouvrage interrogent les formes de relations que les enfants et les jeunes entretiennent avec les espaces du quotidien (espaces pratiqués, représentés, pensés, détournés, évités...) à partir d'un double questionnement : comment les enfants contribuent-ils à produire par leurs pratiques, discours... une définition des espaces quotidiens ? Comment ces différents espaces participent-ils à leur socialisation ? L'espace quotidien doit ainsi être pensé à la fois comme support de l'action sociale et comme produit d'une construction sociale.

2L'enjeu de la première partie est de montrer « comment le développement cognitif des enfants et des jeunes se réalise dans l'appropriation de leurs espaces quotidiens » (p 101, Isabelle Danic) : les contributions qui y sont réunies montrent la différenciation des usages des espaces selon l'âge et le genre. Tous les auteurs partagent la conviction qu'au centre de l'apprentissage cognitif et social des enfants réside « l'expérience active des enfants « dans et avec leur contexte » (p 16, Sandrine Depeau). La seconde partie a pour ambition de montrer la dimension spatiale de la socialisation, « l'espace n'[étant] pas seulement un facteur ou une variable mais bien le « foyer » des expériences socialisatrices » (p 101, Isabelle Danic) : le processus de socialisation diffère fortement selon les milieux sociaux. La troisième partie s'articule autour de la « notion d'espace public comme enjeu et indicateur des inégalités sociales et des rapports de pouvoir, entre catégories sociales différentes » (p 187, Elisabeta Stanciulescu). Elle explore les rapports des enfants et des jeunes aux espaces publics.

3Maria Nordström étudie, du point de vue de la psychologie environnementale, la recomposition des pratiques récréatives de filles et de garçons de 12 ans dans deux contextes scolaires différenciés, selon la présence ou non d'une cour d'école dans l'établissement. A Stockholm, lieu de l'enquête, les écoles ne sont plus tenues de disposer d'une cour d'école, du fait de l'intensification de la densification urbaine : cette situation nouvelle offre un terrain d'expérimentation et d'observation. Les observations in-situ de Maria Nordström montrent l'impact de la disparition des cours d'école sur les comportements de jeux, les relations sociales entre enfants et enfants / adultes, la construction de l'identité de genre : les enfants de l'école qui ne disposent pas d'une cour au sein de l'établissement, doivent se rendre jusqu'aux jardins publics et espaces verts pendant les récréations, bénéficient en conséquence d'un temps pour jouer moins long. Les enfants sont alors moins physiquement actifs, moins créatifs, ils organisent des jeux sans pouvoir les continuer d'une récréation à une autre. La construction de l'identité de genre est modifiée.

  • 1 Analyse qu'elle développe dans son ouvrage La cour de récréation. Pour une anthropologie de l'enfan (...)

4Julie Delalande propose quant à elle, de voir la cour d'école comme un « espace de relations sociales et culturelles entre enfants », lieu d'une socialisation entre pairs, où les élèves apprennent les notions de fidélité, ou d'entraide. 1. En effet, espace « appartenant » aux élèves, la cour d'école fait l'objet d'appropriations enfantines multiples. La cour de récréation est constituée « d'espaces habitables » : banc, marche, recoin, préau, poteau, conquis par certains élèves. Véritables "territoires", ces espaces ludique sont fortement chargés symboliquement. Mais cette appropriation enfantine se déroule dans les contours que leur laissent les enseignants.

  • 2 Il faut noter que le niveau de vie des familles entre pour une large part dans l'attribution aux en (...)
  • 3 Il est intéressant de noter qu'il semble relativement difficile pour les chambres de ces enfants de (...)

5Wilfried Lignier, à partir de l'analyse de photographies, s'intéresse aux chambres des enfants intellectuellement précoces : en quoi ces chambres sont-elles singulières ? En quoi sont-elles d'une certaine manière des « chambres intelligentes » ? Toutes ces chambres se ressemblent dans une certaine mesure : ce sont des chambres individuelles, et spacieuses 2, qui sont « objectivement plus masculines » (p 123) 3 Par ailleurs, il importe de noter qu'elles ont toutes un aspect enfantin, le caractère quasi-tautologique de cet énoncé, concernant des chambres d'enfants, s'explique par l'idée reçue largement présente selon laquelle les enfants intellectuellement précoces seraient des « adultes miniatures ». Dans ces chambres se déploie un univers culturel précis, empreint de classicisme - Tintin et Astérix l'emportent sur les personnages de mangas télévisés, ou personnages Disney - et à dominante para-scolaire (un grand nombre de jeux éducatifs sont présents, une mappemonde s'y retrouve fréquemment).

6Michel Parazelli montre à partir de recherches empiriques sur les jeunes de plus de 15 ans de la rue au Canada que la place des jeunes dans la ville est régulée par des politiques publiques. Il met en évidence deux imaginaires collectifs, aux confins desquels se définit la place des jeunes en ville. D'une part, face à l'impératif de compétitivité internationale entre centre-villes et la hausse du prix des terrains, les gestionnaires urbains mettent en avant la nécessité de revitaliser les centres, définissant par là, ce que l'auteur nomme « un imaginaire écosanitaire ». D'autre part, les jeunes valorisent la rue, en tant qu'elle constitue un espace fondé sur la liberté, l'affirmation de soi, l'indépendance : ils mettent en œuvre un « imaginaire de la vie naturelle ». Ce « choc des imaginaires » (p 217) a des conséquences spatiales : les jeunes ont presque disparu des lieux qu'ils fréquentaient habituellement, l'intervention auprès de ces jeunes est fragilisée.

7Nerkis Kural, Serpil Özaloglu et Deniz Hasirci rendent compte d'un projet d'aménagement urbain, dont l'ambition est de « concevoir un espace public pour les enfants » (p247) à Bademlidere (arrondissement d'Ankara (Turquie)). Le Centre d'Attractions pour Enfants (CAE), centre récréatif et culturel pour enfants, est un projet communautaire, où les enfants et les familles sont à la fois présentés comme bénéficiaires, gestionnaires et bâtisseurs. Ainsi la phase de conception s'est organisée autour de trois ateliers participatifs, au sein desquels les enfants ont eu à s'exprimer sur leur souhait de développement pour le quartier. Le CAE vise à fournir aux enfants du bidonville un « point d'accès à la vie et à la culture urbaine dans leur environnement quotidien ». L'analyse de la mise en œuvre de ce projet rend compte de la manière dont les enfants s'épanouissent dans au quotidien, au sein d'espaces qui leur sont proches.

  • 4 Nous n'avons pas ici présenté l'ensemble des contributions de l'ouvrage, qui seraient en raison du (...)
  • 5 On peut penser à l'incontournable contribution de Pierre Bourdieu « La jeunesse n'est qu'un mot », (...)

8L'importante diversité des objets de recherche proposés et la multiplicité des contextes dans lesquels ils sont étudiés fait l'incontestable richesse de cet ouvrage pluridisciplinaire. La confrontation des regards entre psychologues, géographes et sociologues porte ses fruits.4 On regrettera cependant que ne soit ni bornées, ni même problématisées, au moins en introduction, les notions mêmes de jeunesse et d'enfance. Si Olivier David précise dans l'introduction générale qu'il « est difficile de donner une définition absolue de l'enfance et de la jeunesse » (p 7), reste que cette difficulté aurait pu trouver matière à problématisation, ne serait-ce qu'en puisant dans la littérature sociologique5.

9De même si Olivier David mentionne que les textes réunis « s'intéressent globalement aux premiers âges de la vie », l'amplitude de ces « premiers âges de la vie » varie fortement d'une contribution à l'autre : des enfants scolarisés en maternelle aux jeunes de plus de 15 ans... ce qui laisse incontestablement dans le flou la notion de « premiers âges de la vie ». Ces deux points sont cependant sans conteste liés à la nature collective et pluridisciplinaire de l'ouvrage, qui rend plus difficile l'articulation autour d'un nœud conceptuel transversal l'ensemble des contributions. Reste donc que cet ouvrage permet de faire un état des lieux sur le rôle des espaces quotidiens dans la vie et le développement des enfants et des jeunes dans les sociétés contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Analyse qu'elle développe dans son ouvrage La cour de récréation. Pour une anthropologie de l'enfance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001

2 Il faut noter que le niveau de vie des familles entre pour une large part dans l'attribution aux enfants de chambres spacieuses, le cadre de vie des enfants dont il est question dans cette monographie relève de la moyenne et « bonne » bourgeoisie économique

3 Il est intéressant de noter qu'il semble relativement difficile pour les chambres de ces enfants de distinguer celles des filles de celles des garçons.

4 Nous n'avons pas ici présenté l'ensemble des contributions de l'ouvrage, qui seraient en raison du format imparti, survolées mais nous nous sommes attachés à une sélection d'entre elles afin de donner à voir la façon dont la thématique de recherche est diversement travaillée.

5 On peut penser à l'incontournable contribution de Pierre Bourdieu « La jeunesse n'est qu'un mot », in Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992 pp.143-154, et à l'ouvrage d'Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Armand Colin, Coll U, 2007, 4ème édition

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Isabelle Danic, Olivier David, Sandrine Depeau, Enfants et jeunes. Dans les espaces du quotidien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 17 mars 2010, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/949

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page