Navigation – Plan du site

Elizabeth Shove, Mika Pantzar, Matt Watson, The Dynamics of Social Practice. Everyday Life and how it Changes

Nathalie Ortar
The Dynamics of Social Practice
Elizabeth Shove, Mika Pantzar, Matt Watson, The Dynamics of Social Practice. Everyday Life and how it Changes, Sage, 2012, ISBN : 9780857020420.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une analyse détaillée de l’origine de ces théories issues des théories culturelles et de leur (...)

1The dynamics of social practice s’inscrit dans une filiation qui marque depuis quelques années le paysage de la recherche de la sociologie de la consommation et de l’énergie. Son ambition est à la hauteur de l’importance prise par ces travaux puisque les auteurs souhaitent faire une différence grâce à la théorisation sociale pour influer sur les politiques publiques. L’ouvrage se veut également une critique de la théorie des choix rationnels1 et s’applique à démontrer pourquoi cette théorie est inadaptée dans le cadre d’une analyse du changement social.

  • 2 « In what ways can the sociology of consumption inform the analysis of environmental problems ? ; a (...)
  • 3  Shove E, Comfort, Cleanliness and Convenience : the Social Organization of Normality, Berg, 2003.

2« Comment changent les sociétés ? Pourquoi en même temps restent-elles identiques ? » (p. 1). Ces questions qui introduisent l’ouvrage sont à mettre en écho avec celles posées lors de travaux précédents par Elizabeth Shove sur la capacité de la sociologie de la consommation à des problèmes environnementaux2. Ces questionnements Elizabeth Shove les a confrontées au confort, la propreté et la commodité3. Il s’agissait là pour elle d’analyser les mécanismes à l’origine de nos ressentis et normes au travers certes de nos pratiques actuelles mais aussi de l’histoire industrielle et des politiques publiques et commerciales qui ont fait évoluer les pratiques existantes pour produire nos modes de consommation actuels parfois contre le désir et le sentiment de bien-être des individus (voire notamment l’histoire de la climatisation).

  • 4  Mika Pantzar, Elizabeth Shove (eds), Manufacturing leisure - Innovations in happiness, well-being (...)
  • 5  Shove E., Hand M., Ingram, J and Watson M., The Design of Everyday Life, Berg, 2007.

3Le propos de l’ouvrage est de dépasser ces premières analyses pour accéder à une intelligibilité des pratiques sociales en s’interrogeant sur l’analyse de leur évolution. Il s’agit de découvrir les clés de leur création, clés décryptées dans le but de les faire évoluer de nouveau dans une perspective de développement durable. Pour les auteurs de tels questionnements, ne peuvent être résolues sans un travail interdisciplinaire, une interdisciplinarité présente au travers des co-auteurs de l’ouvrage : Mika Pantzar est économiste, Matt Watson géographe. Les deux ont déjà collaboré avec Elizabeth Shove lors de recherches précédentes, Mika Pantzar dans le cadre d’une étude sur l’évolution de plusieurs pratiques sportives4, Matt Watson dans un projet de compréhension du changement de nos pratiques étudié au prisme de l’introduction de nouveaux objets tels l’appareil photographique digital ou la production d’une cuisine aménagée5. Ce projet se doublait d’une recherche sur les aspirations dont ces consommations/autoproductions sont révélatrices.

4L’ouvrage est construit comme un jeu de poupées russes en sept chapitres, pour, arrivé au chapitre huit, produire les éléments théoriques destinés à critiquer la théorie des choix rationnels et démontrer l’apport d’une théorie des pratiques sociales dans la formulation des politiques publiques destinées à transformer nos modes de vie.

  • 6 The constitution of society, Cambridge, Polity Press, 1984.
  • 7 Social practices : a Wittgensteinian approach to human activity and the social, Cambridge, Cambridg (...)
  • 8  Cf. Andreas Reckwitz, 2002, ibidem.
  • 9  Pour un développement sur la question cf. l’article très complet d’Andreas Reckwitz, “The Status o (...)

5Pour la filiation théorique de cet ouvrage détaillée au sein de l’introduction, les auteurs s’appuient sur la théorie du sociologue Anthony Giddens6 selon laquelle les activités quotidiennes des acteurs sociaux sont tirées et reproduisent les structures de systèmes sociaux plus larges. Les auteurs s'en distinguent en cherchant à expliquer comment les pratiques émergent, évoluent et disparaissent. Pour ce faire, ils ont recours aux travaux du philosophe Théodore Schatzki sur les pratiques sociales7. Les pratiques sont ici des comportements routinisés constitués d’activités corporelles, de formes d’activités mentales, d’objets et de leurs usages, de connaissances générales, de savoir-faire. La pratique est formée par l’interconnexion de ces éléments. Leur caractéristique est d’être non seulement compréhensibles par l’acteur qui les performe mais également par son entourage. La compréhension de ces pratiques présuppose qu’une partie du comportement humain s’appuie sur une organisation symbolique de la réalité, un point occulté tant par les théories de l’homo economicus que celles de l’homo sociologicus8. Pour appréhender les changements observés au sein d’une pratique tandis que d’autres restent immuables ou émergent, les auteurs s’appuient sur les configurations matérielles9, et s’approprient la posture latourienne selon laquelle les objets constituent très largement le matériau sur lequel se tisse la sociabilité et s’inspirent des théories de l’innovation. Les postulats théoriques permettent d’affirmer d’une part, qu’il est important de s’intéresser aux relations synchroniques et diachroniques pendant lesquelles les pratiques sont réalisées pour appréhender les temps du changement, et d’autre part que la stabilité est nécessaire à la reproduction d’une pratique : elle n’arrive que lorsque les éléments constitutifs en sont intégrés de façon persistante par le biais de la répétition de performances similaires.

6Suite à cette introduction théorique considérée comme un premier chapitre, l’ouvrage interroge au cours des trois chapitres suivant les conditions d’émergence des pratiques, ce qui les caractérise, comment elles se développent et recrutent de nouveaux adeptes. Les auteurs décortiquent en premier lieu les éléments composant les pratiques qu’ils décomposent en matériaux - objets, technologies, entités physiques tangibles et composants entrant dans la fabrication des objets-, compétences – compétences, savoir-faire et techniques - et le sens – symboles, idées et les aspirations. Les pratiques naissent, persistent, changent ou disparaissent selon la nature des connexions existantes entre ces éléments. Cette formulation que les auteurs estiment simplifiée de la réalité a pour but de proposer les outils conceptuels nécessaires pour interroger le changement et la stabilité. Le but dessiné au travers des chapitres suivants est d’interroger les éléments provoquant le changement. Le chapitre trois explore ainsi la vie des éléments auxquels les praticiens doivent avoir accès pour comprendre les conditions d’existence des pratiques tandis que le quatre interroge les conditions de recrutement, c’est-à-dire qui devient adepte de nouvelles pratiques. Interroger le recrutement implique une compréhension des liens entre les pratiques et de l’importance de ces relations pour appréhender la stabilité ou l’évolution des pratiques. Ces chapitres posent les bases des deux chapitres suivants qui portent sur les systèmes dans lesquels évoluent les pratiques. Les chapitres cinq et six explorent les conditions de formation, de persistance et de disparation de faisceaux et systèmes de pratiques. Le chapitre sept interroge les conditions de création, renouvellement et reproduction des éléments de formation des nouvelles pratiques ainsi que des pratiques stabilisées et les liens existant entre elles.

7Cet ouvrage possède les qualités des ouvrages d’Elizabeth Shove : il est bien documenté et chaque étape est illustrée d’exemples pour la plupart développés dans des ouvrages précédents ou issus de recherches de sociologues. Une bonne partie de l’ouvrage n’est donc pas fondamentalement nouvelle mais ce qui produit son originalité et sa pertinence est le fait que ces analyses soient rassemblées et mises bout à bout pour former un système d’analyse convainquant. Une insatisfaction commence toutefois à poindre lors de la lecture des chapitres six et sept correspondant à la systématisation de l’analyse, insatisfaction qui devient frustration à la lecture du chapitre conclusif qui rappelons-le, se veut une mise en œuvre de la théorie développée pour influer sur les politiques publiques. De fait, malgré la volonté affichée d’avoir recours à la pluridisciplinarité les travaux sur lesquels s’appuient les auteurs sont majoritairement ceux de sociologues et l’analyse de théories critiquées reste assez succincte. Ce travers serait admissible n’était l’ambition des auteurs de produire une nouvelle théorie détrônant les théories en cours. Cette méconnaissance des travaux existants rend les préconisations destinées aux politiques publiques du chapitre conclusif quelque peu dépassées, en particulier celles portant sur la mobilité, un champ pourtant largement développé au sein de l’ouvrage et tout aussi largement balayé par la recherche tous horizons confondus. Les auteurs négligent non seulement les pistes déjà ouvertes par la recherche mais également les réalisations déjà effectuées en matière d’urbanisme et de politiques publiques ce qui rend leur propos encore plus décalé. Ces critiques montrent bien toutefois que les auteurs ont raison en plaidant pour une approche systémique qui se doit d’être également interdisciplinaire. L’un des buts de l’ouvrage est ainsi atteint démontrer la nécessité de croiser les approches pour comprendre le changement social.

Haut de page

Notes

1  Pour une analyse détaillée de l’origine de ces théories issues des théories culturelles et de leurs points de divergences cf. Andreas Reckwitz, “Toward a Theory of Social Practices. A Development in Culturalist Theorizing”, European Journal of Social Theory, no2, 2002, pp. 245- 265. Un résumé de cet article est repris dans les pages 6 à 8.

2 « In what ways can the sociology of consumption inform the analysis of environmental problems ? ; and what can environmental issues tell us about sociological understandings of consumption ?” in Shove E., “Inconspicuous consumption : the sociology of consumption, lifestyles and environment”, In : Sociological theory and the environment : classical foundations, contemporary insights, Rownan and Littlefield Publishers, Lanham, Md., 2001, pp. 230-241.

3  Shove E, Comfort, Cleanliness and Convenience : the Social Organization of Normality, Berg, 2003.

4  Mika Pantzar, Elizabeth Shove (eds), Manufacturing leisure - Innovations in happiness, well-being and fun, NCRC publications, 1/2005 et Shove, E. and Pantzar, M., “Consumers, Producers and Practices Understanding the invention and reinvention of Nordic walking”, Journal of Consumer Culture, 5 (1), 2005, pp. 43-64.

5  Shove E., Hand M., Ingram, J and Watson M., The Design of Everyday Life, Berg, 2007.

6 The constitution of society, Cambridge, Polity Press, 1984.

7 Social practices : a Wittgensteinian approach to human activity and the social, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

8  Cf. Andreas Reckwitz, 2002, ibidem.

9  Pour un développement sur la question cf. l’article très complet d’Andreas Reckwitz, “The Status of the ‚Material’ in Theories of Culture : From ‚Social Structure’ to ‚Artefacts’”, Journal for the Theory of Social Behaviour, no. 2, 2002, pp. 195- 217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Elizabeth Shove, Mika Pantzar, Matt Watson, The Dynamics of Social Practice. Everyday Life and how it Changes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 octobre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9511

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page