Navigation – Plan du site
La crise allemande du roman français, 1945-1949

La crise allemande du roman français, 1945-1949

La représentation des Allemands dans les best-sellers de l'immédiat après-guerre
Manuel Bragança, La crise allemande du roman français, 1945-1949. La représentation des Allemands dans les best-sellers de l'immédiat après-guerre, Peter Lang, 2012, 220 p., ISBN : 978-3-03-430835-9.
Notice publiée le 18 octobre 2012

Présentation de l'éditeur

Après la Seconde Guerre mondiale, c'est par le roman que nombre de Français choisirent de penser un conflit qui, bien que moins sanglant que la Première Guerre mondiale d'un point de vue strictement français, se révéla bien plus destructeur en termes de valeurs. Parmi les très
nombreux romans abordant ce sujet dans l'immédiat après-guerre, plusieurs d'entre eux se distinguent par un immense succès public et critique, démontrant par là-même qu'ils répondaient à une certaine attente de leurs contemporains. Ce sont ces best-sellers, écrits par Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Romain Gary, Jean-Louis Bory et Jean-Louis Curtis, qui forment le socle de cette étude pluridisciplinaire se situant au croisement de l'histoire culturelle, de la narratologie et de la poétique. De bords politiques divers, ces romanciers ont tous refusé
la collaboration et participé, de près ou de loin, tardivement ou non, à la Résistance. Les Allemands, les ennemis d'hier, sont évidemment omniprésents dans ces textes. Pourtant, les notions d'identité et d'altérité étant étroitement liées (puisque c'est bien l'Autre, par ses différences, qui révèle l'identité d'un individu ou d'un groupe), il s'agira moins dans cette étude de rendre compte d'une perception subjective des Allemands que de saisir a contrario comment les Français se sont eux-mêmes perçus au lendemain d'un conflit toujours très présent dans leur mémoire collective.

Haut de page

Auteur

Manuel Bragança

Manuel Bragança est maître de conférences en études françaises à l'Université de Nottingham Trent, au Royaume-Uni. Il est membre du groupe de recherche « War and Memory » et s'intéresse surtout à la littérature et à l'historiographie de la Seconde Guerre mondiale. Chargé de la section « French literature, 1945-1999 » pour The Year's Work in Modern Language Studies, il est notamment l'auteur de « Le 'bon Allemand' dans le roman français de l'immédiat après-Seconde Guerre mondiale : une erreur de casting ? », Modern & Contemporary France (2010), et
de « Le Survivant de la Shoah face au texte de fiction : un écran protecteur ou un écran projecteur ? », French Cultural Studies (2012).

Haut de page