Navigation – Plan du site

« Vers la ville insulaire ? », Espaces et Sociétés, n° 150, 2012

Lionel Francou
Vers la ville insulaire ?
« Vers la ville insulaire ? », Espaces et Sociétés, n° 150, 2012, Erès, ISBN : 9782749233734.
Haut de page

Texte intégral

1Nous dirigeons-nous vers la ville insulaire ? Telle est la question soulevée dans le dossier de ce 150e numéro de la revue Espaces et Sociétés1. Ce dossier, coordonné et introduit par Catherine Bidou-Zachariasen et Angela Giglia nous offre cinq contributions d’auteurs présentant des études de cas marquées par leurs approches disciplinaires respectives. Malgré des contextes locaux particuliers, comme en témoignent les analyses qui sont faites sur des villes aussi variées que Mexico, Las Vegas, ou Belfast, notamment où le phénomène de fragmentation urbaine est global. On peut observer une série de dynamiques semblables à l’œuvre dans des villes de différentes formes. Cette ville insulaire découle de la combinaison de phénomènes sociospatiaux qui modifient la forme de la ville ainsi que les types d’interactions qui s’y déroulent et les pratiques urbaines. On voit apparaître des villes composées d’îlots déconnectées, une ville « archipel ».

2C. Bidou-Zachariasen et A. Giglia nous expliquent que cette mutation a été rendue possible par des causes multiples telles que la globalisation, les TIC, la compétition entre villes internationales, etc. Les pouvoirs publics jouent également un rôle dans l’affaiblissement de l’ordre urbain tel qu’on peut le percevoir dans les espaces publics. Soit parce qu’ils sont trop faibles et incapables de freiner des processus d’appropriation de parcelles de l’espace public, soit parce qu’ils trouvent un intérêt à déléguer, voire céder, une partie de leurs responsabilités à des acteurs privés. Ainsi, à Mexico, où des habitants « ferment » leur rue, privatisent de facto les alentours, profitant de la faiblesse des pouvoirs publics, « les règles imposées par les particuliers priment sur celles dictées par l’ordre urbain formel » (E. Duhau et A. Giglia, p. 24). Il en va de même à Recife (Brésil) où les pouvoirs publics sont « demandeurs de ces solutions privées, n’étant pas en mesure d’apporter des réponses à des enjeux qui les dépassent parfois » (F. Vuaillat, p. 44). C’est, par exemple, le cas de la protection du patrimoine environnemental : ils acceptent la privatisation de pans entiers de celui-ci afin de le préserver, ce qui, paradoxalement, conduit à une ville encore plus éclatée et inégalitaire. P. Nédélec, dans son article sur le Strip, à Las Vegas, évoque la « forte emprise politique » (p. 61) de l’industrie du jeu sur les autorités locales étant donné son poids économique et son attrait touristique. Il ne faut pas sous-estimer non plus le rôle d’acteurs privés tels que les promoteurs immobiliers qui surfent sur une idéologie anti-urbaine et offrent de vivre dans un environnement tout confort et sécurisant, qui rappelle parfois les villages de vacances (B. Cousin) à distance de l’altérité qui est le propre d’une ville. À Recife, les promoteurs mettent en place un marketing du développement durable et de l’éco-responsabilité pour justifier la privatisation d’espaces dans lesquels il est possible de vivre quasi-coupé de l’extérieur, tellement les équipements – privés – sont nombreux dans le complexe. Sur le Strip, le « désaveu de la ville » (p. 56) encourage les hôtels-casinos à abolir la distinction entre espace public et espace privé en s’appropriant les trottoirs pour offrir un environnement entièrement dédié aux touristes, comme s’il s’agissait d’ « une sorte de bulle protectrice et rassurante où est supprimé tout élément potentiellement dérangeant, inquiétant ou dangereux. » (p. 60). A contrario, les pouvoirs publics peuvent également jouer un rôle actif dans cette ségrégation. C’est le cas à Belfast, en Irlande du Nord, où les opérations de rénovation urbaine accentuent « les usages et les marquages confessionnels des ensembles d’habitat social. » (F. Baliff, p. 68). Bien que le conflit entre les deux communautés religieuses soit terminé, son impact reste visible dans les pratiques socio-spatiales des habitants et dans les politiques publiques.

3La ville insulaire est composée d’espaces délimités où l’on peut vivre en se confrontant peu ou prou à l’extérieur. La peur et la recherche d’une certaine sécurité, ou parfois simplement d’un certain confort et d’un environnement « sain » pour vivre en famille, justifient le choix de ces espaces. Les habitants y vivent dans une « extra-territorialité sensorielle » (F. Vuaillat, p. 35), loin du bruit notamment. Il s’agit de se construire des « périmètres de certitude » (C. Bidou-Zachariasen et A. Giglia, p. 10), sans « surprises » ni risques, entre semblables. La surveillance et le contrôle, notamment à l’aide de dispositifs technologiques, permettent de s’en assurer. « (…) les habitants qui le peuvent vivent la ville d’espaces protégés en espaces protégés. » (F. Vuaillat, p. 33). On voit fleurir des micro-ordres, c’est-à-dire « des espaces où les règles générales sont remplacées par des règles spécifiques. » (E. Duhau et A. Giglia, p. 18). Cela pourrait avoir pour conséquence de faire de la ville un environnement où il serait difficile d’évoluer tant il faudrait continuellement s’adapter « aux règles et normes d’usage de chaque espace. » (C. Bidou-Zachariasen et A. Giglia, p. 11). Bien que cette ville insulaire ne concerne qu’une infime partie de nos espaces urbains, elle pourrait fragiliser l’ensemble de l’ordre urbain tel qu’on le connaît. En effet, « dans l’urbanisme insulaire la distinction entre espaces publics et espaces privés va s’estomper tandis que vont proliférer des espaces hybrides, c’est-à-dire, des espaces privés destinés à un usage public spécialisé. » (E. Duhau et A. Giglia, p. 18). Parfois, les espaces privés à usage public sont de véritables « simulacres d’espace public » (P. Nédélec, p. 64).

4L’urbanisme insulaire conduit à la déconnexion de morceaux de la ville caractérisés par l’agrégation affinitaire et la recherche de « l’entre-soi. » L’espace public, objet de craintes et d’incertitudes, déshérité et malfamé, est fui et une série de pratiques quotidiennes se déroulent dans d’autres espaces, qu’ils soient privés à usage public ou complètement privés. On observe l’apparition de nouveaux types de pratiques urbaines, l’expérience de la ville est transformée. Dans son étude d’ensembles résidentiels composés d’immeubles de haut standing à Milan, B. Cousin constate que « la mémoire des lieux a été effacée afin qu’une nouvelle mémoire puisse être réinventée. Les habitants y ont développé un mode de vie particulier » (p. 14). Dans la ville insulaire, la circulation dans l’espace public est limitée et restreinte, elle se fait désormais sous conditions ; parfois même, en fonction du type d’espace, « l’ordre juridique ordinaire est suspendu. » (F. Baliff, p. 67).

5Hors dossier, trois contributions qui bien qu’elles s’éloignent de la thématique développée dans le corps de ce numéro évoquent des enjeux connexes à savoir la cohabitation entre des groupes sociaux différents et le sentiment d’insécurité. Paul Cary propose une comparaison de centres commerciaux à São Paulo qui lui permet de souligner leur rôle ambivalent, entre « fragmentation du tissu urbain et [d’] homogénéisation sociale » (p. 119). Souvent, leur usage de proximité y renforce et y cultive un certain entre soi comme le type de boutiques présentes et les dispositifs de sécurité mis en place. Néanmoins, de par la place que la déambulation dans ces espaces occupe, notamment comme loisir, dans une société où l’on peut observer une hausse du niveau de vie et un goût partagé pour la consommation à travers les classes sociales, des catégories sociales différentes sont susceptibles de se rencontrer à nouveau, partageant des références et codes communs, ce qui permet à nouveau la mixité et la coprésence. Ensuite, Guénola Capron aborde la question du sentiment d’insécurité et de l’inconfort chez les classes moyennes et supérieures habitant dans les banlieues résidentielles de Mexico et Toulouse. Le but de cette comparaison entre ces contextes fort différents étant de souligner les liens entre malaise urbain et sentiment d’insécurité. Pour ces individus qui ont fui la ville, ses côtoiements, ses imprévus et la rencontre de l’altérité, passant de bulles en bulles, se limitant à des espaces protégés et familiers, la peur et les craintes ressenties face à la ville seraient accrues. À force de vivre dans des « milieux sûrs et aseptisés » (p. 145), où tout est sous contrôle, ces banlieusards perdraient leur capacité d’adaptation « à des mondes différents de soi, « hors de soi » » (p. 144). Enfin, Guy Di Méo explique que des « murs invisibles » influencent les déplacements des femmes dans l’espace public urbain : « ces frontières imposées et qu’elles s’imposent, cachent et ferment aux femmes une partie des espaces de la ville » (p. 150). Les femmes auraient des pratiques spécifiques influencées par une certaine domination et le fait qu’elles seraient cantonnées à certains types d’espaces. Elles reprennent ces interdictions – explicites ou implicites – à leur compte pour sélectionner les espaces où elles vont évoluer, les parties de la ville « qu’elles se représentent de manière positive comme belle, propre, proche, attrayante, accessible, commode, sûre et protectrice. » (p. 158). Tous les espaces ne leurs sont donc pas également accessibles et les inégalités entre femmes déterminent des rapports à l’espace différenciés. Les cinquante dernières pages de la revue sont consacrées à des recensions d’ouvrages récents relatifs à l’urbain, aux résumés des contributions présentées dans ce numéro et à des appels à contributions pour les prochains numéros.

Haut de page

Notes

1  Liste des contributions et de leurs auteurs : http://lectures.revues.org/8976

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « « Vers la ville insulaire ? », Espaces et Sociétés, n° 150, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9547

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page