Navigation – Plan du site
Kwango

Kwango

Le pays des Bana Lunda
Jean Omasombo Tshonda (dir.), Kwango. Le pays des Bana Lunda, Tervuren-Bruxelles-Kinshasa, Edition Le Cri, Musée royal de l'Afrique centrale, Buku Éditions, coll. « Monographies des Provinces de la RD Congo », 2012, 456 p., vol. 3, ISBN : 978-2-870-6605-7.
Notice publiée le 18 octobre 2012

Présentation de l'éditeur

C'est en 1890 que la région du Kwango fut annexée à l'État indépendant du Congo et devint son 12e district. Le tracé de la frontière avec l'Angola portugais, progressivement déterminé par une série d'accords bilatéraux, traverse les anciens espaces des royaumes kongo, lunda, yaka et chokwe, unis par des liens culturels, historiques et commerciaux.

Au-delà de l'image souvent véhiculée d'une contrée monoethnique peuplée de Yaka, le Kwango est, en effet, constitué d'une mosaïque de peuples aux relations parfois complexes. Ce maillage a donné lieu à un foisonnement culturel et artistique étonnant, dont cet ouvrage entend témoigner en présentant nombre d'objets d'art et d'instruments de musique souvent uniques au monde, issus, pour la plupart, des collections du MRAC.

L'organisation sociopolitique et administrative du Kwango, depuis la constitution des entités précoloniales jusqu'à ce jour, s'est tissée progressivement par delà les particularités de cette configuration ethnique. La chronique de cette évolution décrit de manière analytique, en puisant dans des sources d'archives en grande partie inédites, l'élaboration progressive de ce cadre institutionnel structurel, particulièrement à partir de 1890. Ainsi est mise en lumière la persistance d'une forte imprégnation du pouvoir traditionnel, malgré la conquête coloniale qui n'eut de cesse de le travestir. Sa construction et sa hiérarchisation sociopolitique – aujourd'hui en ruines – se présentent à la fois comme une richesse et un obstacle au développement du Kwango.

Car le Kwango continue aujourd'hui d'être classé parmi les régions pauvres qui ne pourront pas, comme lors de l'expérience tentée au début des années 1960, intégrer la marche rapide de la décentralisation décrétée dans la Constitution de 2006. Couvrant la partie sud de l'actuelle province du Bandundu où il occupe une position excentrée, le Kwango semble ne constituer qu'un espace de passage pour le transport routier entre la ville de Kinshasa, le Kwilu et les provinces du Kasaï à l'Est.

Au plan administratif et économique, il apparaît déséquilibré, du fait à la fois de sa morphologie et de sa localisation : une petite poche au nord-ouest à proximité des pôles de développement que constituent Kinshasa et Kikwit et intégrant Kenge son chef-lieu ; une grande poche au sud-est, enfoncée dans l'Angola et exposée aux aléas de ses événements politiques.

Inexistant au plan industriel, le Kwango tire la majeure partie de ses ressources du travail de la terre, de l'élevage et des produits de la cueillette. L'approvisionnement de la capitale a longtemps constitué une soupape économique pour les producteurs, et l'on attend que la réhabilitation des infrastructures routières donne un nouveau dynamisme à la commercialisation des produits agricoles.

Enfin, les structures scolaires et sanitaires se sont multipliées à partir du milieu des années 1970, mais celles-ci restent fragiles, encore marquées par la crise politique et la paupérisation économique qui ont frappé le pays.
De sa capacité à catalyser les forces locales dépend en partie le redressement socio-économique d'une région qui n'a pas encore dévoilé tout son potentiel.
Ce livre entend offrir une analyse et un état des lieux des connaissances relatives à l'actuel district du Kwango, tant au niveau des sciences naturelles que des sciences humaines, dans la richesse et la complexité de ces multiples dimensions.



Haut de page