Navigation – Plan du site

Jean-Louis Loubet Del Bayle, De la police et du contrôle social

Pascal Décarpes
De la police et du contrôle social
Jean-Louis Loubet del Bayle, De la police et du contrôle social, Paris, Cerf, coll. « La nuit surveillée », 2012, 218 p., ISBN : 978-2-204-09707-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Denis Szabo, Police, culture et société, Presses de l´université de Montréal, 1975, p. 8.

1Reprenant la formule développée dans les années de « sismographe sociale »1, l’auteur se penche sur l’étude de la police en la considérant comme un champ d’observation des pratiques contemporaines d’une société donnée, de ses « transformations, interrogations et contradictions » (p. 8).

2Dans un découpage binaire présentant en première partie le contrôle social et en deuxième partie la police, où l’on peut regretter le manque de passerelles et de mise en valeur des interconnexions entre les deux thématiques, J.-L. Loubet del Bayle introduit tout d’abord une théorie du contrôle social au cœur de laquelle est mise en avant la notion de prévisibilité en tant que raison première du respect de règles sociales communes auxquelles chacun se rattache, adapte son comportement et anticipe ainsi les actions et réactions de l’Autre à ses propres actes. Ce phénomène du contrôle social explique ainsi en partie les troubles que représente la présence d’un Étranger dont on estime avec difficulté les codes comportementaux et qui incite la défense instinctive fondant la xénophobie2. C’est également en s’appuyant sur Hobbes et son Leviathan que l’auteur explique le contrôle social qui est à même d’éviter le désordre, le chaos et conduit à combler « ce besoin de régulation pacificatrice » (p. 19). Et une fois ces règles incorporées, leur application se fera alors selon différentes modalités, dont notamment l’intérêt que chaque individu trouvera dans leur mise en œuvre ou bien l’autodiscipline qu’aucun aura développé. Loubet del Bayle distingue à ce titre quatre formes de contrôle social (p. 29). Le premier est un contrôle social interne de type moral (évoqué plus haut), le second est externe et de type sociétal ou communautaire. Le troisième est également externe mais institutionnalisé, et le quatrième est lui aussi externe, institutionnalisé, mais surtout de type policier en ayant recours à la force et à la contrainte physique.

3Dans une seconde phase, elle d’approche historique, l’analyse porte entre autres sur les sociétés traditionnelles dont les normes de contrôle social se réfèrent principalement aux deux premières formes mentionnées ci-dessus. La pesanteur des obligations morales, notamment la place de la religion dans ces mécanismes, devient la base d’une surveillance mutuelle (p. 35).

4Les chapitres suivants s’intéressent aux sociétés postmodernes, à la situation contemporaine et à ses contradictions. L’émergence de l’individualisation, la crise inhérente de l’autodiscipline et le rejet de la morale conduisent à un effacement du contrôle sociétal et à une institutionnalisation du contrôle social par l’entremise de la police, alors que l’hyper-individualisme est en apparence contradictoire avec le mouvement institutionnel.

5Dès lors, comme annoncé plus haut, la deuxième partie de l’ouvrage se penche sur la fonction policière, son institution, son encadrement et son contrôle. Se référant à la signification de l’étymologie grecque du mot police, en rapport avec la polis, l’auteur inscrit l’institution policière au sein de la cité et lui donne ainsi toute sa valeur, indépendamment de ses fonctions et de ses valeurs. Il combine quatre éléments qui forment son approche de la police : la notion de société globale, celle de régulation interne, celle d’instance spécialisée dans l’exercice de cette fonction et celle du recours possible et ultime à l’usage de la force (p. 119). Toutefois, en faisant appel à d’autres auteurs tels que E. Bittner et surtout J.-P. Brodeur, l’usage de la force est relativisé et il est indiqué que le pouvoir de police se symbolise au quotidien par d’autres moyens d’influence et de pression, caractéristique qui se combine in fine avec la pluralité des missions et activités de la police qui ne pourraient être alors remplies par le seul usage de la force.

6Un autre point important soulevé par Loubet del Bayle est l’interaction entre police et politique, les deux institutions ne pouvant, puisant dans l’approche wébérienne, exister l’une sans l’autre. Les enjeux sont davantage dans le dosage entre les deux, c’est-à-dire une « combinaison variable » (p. 134) qui diffère selon les régimes politiques, de la dictature à la démocratie participative où le politique et la police se disputent le leadership social. Enfin, la différenciation administrative effectuée par la police au fil des siècles (sécurité publique, police criminelle, police judiciaire) relativise la particularité instrumentale de ses tâches et permet d’aborder la marge d’autonomie dont chaque corps institutionnel dispose et qui lui permet de se détacher par moments des directives politiques et des tentatives de manipulation dont elle pourrait faire l’objet. Dès lors, reprenant un résultat des études anglo-saxonnes, on peut s’accorder avec l’auteur sur « le travail quotidien du policier [qui] consiste souvent, moins à appliquer la loi (law enforcement) qu’à être un gardien de la paix sociale (peace keeper) » (p. 158). Nous voyons ici tout un pan de la discussion publique actuelle sur le rôle de la police en France entre répression du crime et proximité du citoyen.

7Cet ouvrage de teneur généraliste et didactique, même si la théorie y fait de l’ombre à  l’empirisme, demeure une entrée intéressante et captivante dans la science policière et ses origines, et apporte des références de base qui donneront envie d’aller voir plus loin dans les récentes recherches innovantes produites en France et en Europe sur ce champ d’étude en constante évolution.

Haut de page

Notes

1  Denis Szabo, Police, culture et société, Presses de l´université de Montréal, 1975, p. 8.

2  Cf. par exemple le compte-rendu des Nouvelles frontières de la société, http://lectures.revues.org/9397

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Jean-Louis Loubet Del Bayle, De la police et du contrôle social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9556

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page