Navigation – Plan du site

Ilaria Vitali, Intrangers (II). Littérature beur, de l'écriture à la traduction

Rossana Curreri
Intrangers (II)
Ilaria Vitali (dir.), Intrangers (II). Littérature beur, de l'écriture à la traduction, Louvain-La-Neuve, L'Harmattan, Editions Academia, coll. « Sefar », 2011, 189 p., ISBN : 978-2-8061-0047-4.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Intrangers II. Littérature beur, de l’écriture à la traduction, sous la direction d’Ilaria Vitali, se propose d’éclairer « la nébuleuse de la littérature beur » (p. 7), empruntant le néologisme du titre à l’écrivain algérien Y.B., alias Yassir Benmiloud, et s’intéressant de manière inédite aux aspects intersémiotiques, linguistiques et stylistiques. Ce tome est divisé en deux parties : la première dont le titre est Métissages urbains se compose de deux contributions qui situent ces productions artistiques dans un contexte urbain relevant de la culture hip-hop, alors que la deuxième section, (En) jeux linguistiques et défis traductologiques comprend trois contributions s’intéressant surtout à la réception et à la traduction des romans.

2Dans son étude Steve Puig montre la transformation progressive de cette production qui évolue d’une littérature beur dont l’un des thèmes majeurs est celui de « l’intégration » à une littérature urbaine qui, par contre, constate une « désintégration » identitaire. Après un bref historique du terme « beur » et des caractéristiques de cette littérature, le doctorant de la City University of New York interroge le premier concept d’après l’ouvrage L’intégration d’Azouz Begag et le deuxième par le cri de révolte contre les pouvoirs politiques Désintégration d’Ahmed Djouder. Le chercheur conclut que cette littérature urbaine contient aujourd’hui une dimension politique impliquant « la France tout entière qui détient les clés du problème, dans la mesure où l’histoire de ces jeunes, liée au fait colonial puis post-colonial, fait partie de l’histoire française » (p. 42).

3Examinant « les points de résonance » (p. 48) entre le film La Haine de Mathieu Kassovitz et le roman Viscéral de Rachid Djaïdani, Abdelbaki Allaoui prouve que les deux œuvres « forg [ent] un discours militant en faveur des jeunes en butte aux stigmatisations politiques et médiatiques » (p. 49) ; en outre, son analyse pointue révèle une symbolique du contraste entre le haut et le bas : « Si le haut paraît sécurisant, protecteur, voire triomphal, le bas est étouffant, humiliant » (p. 63) ; la tension débouche finalement sur un « duel » entre la banlieue et Paris, à savoir une dichotomie entre centre et périphérie qui inscrit cette littérature dans une dimension urbaine se manifestant, entre autres, par un désaveu irrévérencieux du canon littéraire.

4La deuxième partie du volume s’ouvre par une étude sociolinguistique à quatre mains, signée par Alena Podhorná-Polická et Anne-Caroline Fiévet, sur un échantillon lexical tiré des romans de Faïza Guène comprenant des arabismes et des lexèmes « identitaires » ainsi que sur leur réception par un groupe de 34 étudiants en première année de licence de Sciences du langage à l’Université Paris Descartes, enquêtés par questionnaire. Les deux linguistes de terrain établissent que les lexèmes les plus connus des jeunes sont ceux qui ont été intégrés dans les dictionnaires, alors que quand on s’éloigne du langage standard leur connaissance se fait plus rare. Après avoir analysé de façon détaillée chaque terme, ses sens lexicographiques et romanesques ainsi que ses potentialités « argotogènes », les deux chercheuses nous persuadent que, par son souci de reformulation, Faïza Guène crée par ces lexèmes « des “ponts stylistiques” entre l’Hexagone et le Maghreb » (p. 118).

5Par une approche plus nettement traductologique, Emmanuelle Ertel étudie la réception du roman de Faïza Guène, Kiffe kiffe demain, par l’analyse de deux traductions différentes : Just Like Tomorrow par Sarah Adams, destinée au public britannique, et Kiffe Kiffe Tomorrow, destinée au public américain. L’assistant professor au département de français de New York University fait d’abord ressortir les traits linguistiques de ce roman par sa confrontation avec Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag, constatant que l’on passe d’une « bi-langue » (cf. Khatibi) à une véritable « langue métissée » ; ensuite elle évalue l’effet de cette constatation sur les traductions analysées, repérant une conception annexionniste (cf. Berman) dans la version britannique et une tentative « d’ouvrir la langue et la culture américaines à de nouvelles potentialités » (p. 152) dans la version américaine.

6Le volume se termine par la contribution d’Ilaria Vitali, sous la direction de laquelle l’ouvrage collectif s’est réalisé, qui y apporte également son expérience de traductrice de romans beurs. Après un rapide « survol des particularités du français contemporain » (p. 157), de « ce “bal masqué” […] difficilement accessible aux non-initiés » (p. 158) employant le code-switching comme « un véritable manifeste du métissage culturel et identitaire » (p. 160), la chercheuse de l’Université de Bologne raisonne sur sa propre traduction italienne des ouvrages de Djaïdani, « une sorte de traduction “puissance trois”, à savoir du français des cités au français standard, du français standard à l’italien standard, de l’italien standard à l’italien argotique » (p. 166). Pour reproduire ce langage cryptique qui résiste au transfert, la chercheuse-traductrice s’est tenue à un argot commun des jeunes nourri d’un imaginaire télévisuel, para-littéraire et hip hop ainsi que de poésie urbaine et au maintient des arabismes, des constructions fautives et des néologismes. Dans la conclusion de son étude, Vitali avance une hypothèse intéressante : les écrivains beurs seraient eux-mêmes des traducteurs car, par souci de clarté, ils reformulent les expressions cryptiques à l’intention des lecteurs non-initiés les initiant à cette culture « intrangère ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rossana Curreri, « Ilaria Vitali, Intrangers (II). Littérature beur, de l'écriture à la traduction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 octobre 2012, consulté le 21 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9578

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page