Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Saez, Guy Saez, Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes

Jérémy Sinigaglia
Les nouveaux enjeux des politiques culturelles
Jean-Pierre Saez, Guy Saez (dir.), Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes, La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 398 p., ISBN : 978-2-7071-7435-2.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Guy Saez, directeur de recherche au CNRS et professeur à l’IEP de Grenoble, et Jean-Pierre Saez, directeur de l’Observatoire des politiques culturelles, cet ouvrage collectif s’inscrit dans le prolongement d’un colloque organisé à Grenoble par le laboratoire PACTE en 2009 et intitulé « Culture, territoires et société en Europe. Les politiques culturelles en question ». En donnant la parole à de jeunes chercheurs de différentes nationalités et de différentes disciplines (sociologie, économie, sciences politiques, urbanisme), il entend contribuer à la compréhension des transformations contemporaines de l’action publique en matière culturelle en Europe. Conformément à la mission de l’Observatoire, les coordinateurs prônent l’articulation entre les savoirs du chercheur, des praticiens et des politiques, pour à la fois penser et contribuer à la production des politiques culturelles. Pour ce faire, les auteurs ont été invités à emprunter une voie relativement originale à cette échelle d’observation, celle du rapport entre l’action culturelle et les territoires, du niveau local à un niveau plus global. Après deux introductions, rédigées tour à tour par les deux coordinateurs de la publication, chacune des trois parties de l’ouvrage réunit une série de contributions articulées autour d’une hypothèse principale.

2La première porte sur le renforcement actuel du lien, dans plusieurs pays d’Europe et en partie sous l’influence de l’Union européenne, entre la « métropolisation des systèmes urbains » et la mise en œuvre des politiques culturelles : soutien à la création, diffusion des équipements, instruments de développement local des territoires, etc. Plusieurs arguments (ou illustrations) sont convoqués. Tout d’abord, Stephen Sawyer et Terry N. Clark défendent l’idée que la « culture des métropoles » est certes liée à leur niveau d’équipement culturel mais qu’elle est aussi produite par « la conjonction de différents modes de consommation culturelle » (p. 92) ; la politique culturelle serait ainsi une réponse possible à la « crise de la démocratie » (et en particulier « de la participation »), en invitant à de nouvelles formes d’interaction entre les citadins, la culture et la politique. Dans le même ordre d’idées, Charles Ambrosino et Vincent Guillon affirment que les décideurs locaux appuient les stratégies de développement culturel des territoires sur des figures idéaltypiques illustrant les trois « mondes » de la « ville créative » (le gouvernement, la consommation et la production). Daniel Paül i Agusti, en s’appuyant sur l’analyse de la politique culturelle menée dans onze villes d’Europe, note cependant que le très faible travail de communication mené par les institutions culturelles conduit à une « faible capacité d’influence de celles-ci sur l’image des villes » : peu de dialogue avec les autres institutions, peu de liens avec le public, etc. Les deux contributions suivantes délaissent la question de l’image pour s’intéresser aux dimensions concrètes du développement : Olivier Moeschler et Olivier Thévenin analysent la manière dont la culture est mobilisée comme outil de développement territorial dans trois villes européennes (Fribourg-en-Brisgau, Allemagne, Lausanne, Suisse, Besançon, France) ; Lionel Arnaud observe quant à lui la « reconversion » de pratiques de développement par des militants culturels (festivals, hip hop) par les politiques en « entreprises de développement (durable) par la culture » (p. 134), notamment d’un point de vue économique. Pour clore cette première partie, Radu Sagaeta, Bianca Mitrica et Ines Grigorescu défendent l’idée selon laquelle les villes constituent les interfaces principales de la mondialisation culturelle, caractérisée par « ce phénomène majeur de la postmodernité : la culture globale » (p. 147).

3La deuxième partie interroge à des échelles et des degrés divers les effets de l’européanisation sur les politiques culturelles menées sur divers territoires. Laura Pierantoni et Margaret Tali analysent ainsi « la course aux musées » d’Art contemporain dans le processus de reconstruction des villes d’Europe de l’Est dans le contexte postsoviétique, en mettant notamment l’accent sur la compétition que se livrent les villes par ce biais (chacune souhaitant être reconnue comme un lieu central pour l’art contemporain). Cécile Bando et Gaëlle Crenn prolongent ce questionnement sur la concurrence entre les villes par le biais de la culture en questionnant les effets attendus de l’obtention du label « Capitale européenne » (obtenu en 2007 par le Luxembourg et étendu à la Grande Région, incluant la Lorraine, la Sarre, la Rhénanie-Palatinat et la Wallonie). Leur analyse rejoint celle produite par Mathieu Giroud et Vincent Deschambre un peu plus loin dans l’ouvrage : ils montrent plus précisément comment les villes candidates pour l’obtention du label « Capitale européenne de la culture » doivent paradoxalement, pour l’emporter, entrer en compétition et se singulariser tout en promouvant des valeurs collectives de solidarité censées représenter l’Europe politique et culturelle en construction. Partant de l’articulation classique entre globalisation et glocalisation, Davide Ponzini analyse ensuite les « nouveaux » instruments de l’action publique culturelle en matière de politique patrimoniale en Italie. C’est également sous l’angle des échanges culturels entre pays européens et de la question de l’identité des territoires que Cyrille Planson analyse les dynamiques de coopération, plus ou moins organisées institutionnellement, dans le secteur du théâtre « Jeune public » en Europe et que Thomas Perrin interroge les projets culturels développés dans le cadre des organisations de coopération transfrontalières. Les contributions qui ferment ce chapitre traitent, de manière complémentaire, la problématique du développement au sens « culturel » du terme. Jean-Bernard Caster montre comment les grands événements comme les Expositions universelles et internationales sont instrumentalisés au service du développement du territoire, et cela dans toutes les métropoles européennes. Isabelle Brianso évoque la question des sites du patrimoine mondial comme vecteurs d’une interculturalité qui peut être le support d’une médiation culturelle potentiellement à même de créer du lien entre les publics, et donc entre les territoires. Silvia Mazzucotelli Salice analyse enfin les effets de l’utilisation d’œuvres d’art dans un contexte de rénovation urbaine caractérisée par une volonté de développement de la démocratie participative.

4La troisième et dernière partie réunit des textes portant sur la contribution du secteur culturel à la constitution de ce qui est présenté comme une forme nouvelle d’économie : « l’économie créative ». Vesna Copic et Mirt Komel questionnent les rapports entre idéologie néolibérale et politique culturelle, en particulier l’instrumentalisation de la politique culturelle à des fins économiques (et parfois sociales), tout en laissant de côté les objectifs proprement culturels ; les auteurs lient cet abandon de la référence à la valeur intrinsèque de la culture à l’émergence, dans les années quatre-vingt, du paradigme managérial caractéristique du néolibéralisme. Marco Antonio Chavez Aguayo porte son regard sur les usages artistiques et culturels des technologies de l’information et de la communication, en particulier des espaces virtuels (Second Life) : il observe ainsi la dématérialisation des pratiques (expositions et concerts par exemple) et la manière dont celles-ci donnent lieu à des revenus bien réels pour les artistes, tout en posant quelques problèmes en termes de propriété intellectuelle par exemple ; on retrouve cette problématique de l’évolution du droit d’auteurs face au développement du numérique dans le chapitre rédigé par Plamena Popova. Bruno Lusso étudie la déconcentration d’activités artistiques relevant de la « filière de l’image en mouvement » autour de pôles régionaux (Lille et Marseille), mouvement qui a participé au développement économique des territoires concernés sans pouvoir supplanter, sur cette filière de l’image, l’hégémonie parisienne. Mathilde Gautier analyse enfin le fonctionnement socioéconomique des librairies-boutiques des musées d’art en Europe. Elle montre que leur rôle est à la fois culturel (faire connaître le musée et les œuvres qui y sont présentées) et économique (compenser la baisse des subventions publiques), mais qu’il s’agit d’activités de plus en plus souvent externalisées (confiées à une entreprise spécialisée).

5L’ouvrage se termine par deux postfaces. Philippe Teillet revient pour sa part sur les faiblesses (en particulier la faible « capitalisation » des résultats produits dans des contextes disciplinaires et théoriques très variable) et les « points aveugles » de l’analyse des politiques culturelles (les mobilisations collectives, la dimension politique - au sens de politics – des politiques culturelles, la réflexion sur les modèles économiques de la culture, l’européanisation et la territorialisation, l’évaluation des politiques culturelles). Cécile Martin pose quant à elle la question de l’utilité des travaux scientifiques concernant la définition des politiques culturelles ; elle évoque une articulation difficile entre domaines de la recherche et du politique : les chercheurs se méfiant des politiques (effets de la commande sur la définition de l’objet, crainte d’être embarqué dans des processus de légitimation de dispositifs politiques) et les politiques n’utilisant que trop peu les nombreux travaux scientifiques disponibles ‑ qu’ils sollicitent en partie ‑ pour élaborer leurs actions (préférant suivre les conseils des gestionnaires et technocrates qui les entourent).

6Au final, il s’agit d’un ouvrage riche qui ouvre de nombreuses portes et suscite de multiples questionnements. Sa lecture laisse néanmoins deux regrets principaux. Le premier concerne l’absence de certaines problématiques, en particulier celles relatives aux questions d’emploi et plus largement de modes d’organisation des activités professionnelles culturelles et artistiques. Or, c’est en grande partie sur ces acteurs que repose la mise en œuvre des politiques culturelles et on aurait pu s’interroger sur les effets de la grande diversité des régimes d’emploi-chômage des professionnels du secteur sur les dynamiques considérées (en particulier sur l’européanisation de l’action culturelle, les conditions de possibilité de la mobilité des acteurs culturels, etc.). Deuxièmement, outre le fait que les contributions sont d’un intérêt variable et d’un niveau inégal, on peut surtout regretter que l’analyse des processus présentés comme centraux dans les transformations contemporaines des politiques culturelles reste le plus souvent en surface. Ce constat est vraisemblablement à mettre en lien avec les choix théoriques d’une grande partie des contributeurs, qui les conduisent à survaloriser les déterminants et les effets symboliques des situations observées (dont témoignent à la fois le recours assez fréquent à la rhétorique de la « postmodernité » et l’usage de notions sociologiquement discutables comme « l’ambiance urbaine » ou « l’image de la ville ») et au contraire à négliger les logiques sociales qui président à la fabrication de ces politiques culturelles et les caractéristiques sociales des acteurs chargés de les produire et de les mettre en œuvre. Par la diversité des expériences européennes dont il rend compte, l’ouvrage constitue toutefois une ressource intéressante, en particulier pour les praticiens de l’action culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sinigaglia, « Jean-Pierre Saez, Guy Saez, Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. Dynamiques européennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9603

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page