Navigation – Plan du site

Dragoslav Miric, Evolution et troubles de personnalité

Arthur Mary
Evolution et troubles de personnalité
Dragoslav Miric, Evolution et troubles de personnalité, Mardaga, coll. « Psy-Théories, débats, synthèse », 2012, 240 p., ISBN : 978-2-8047-0102-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Wavre, Mardaga, 2012.

1Reconnaissons un mérite à l’ouvrage de Dragoslav Miric : effectivement, il est dans la « littérature » médicale francophone un des rares représentants du courant de la psychiatrie darwinienne ou évolutionniste. Evolution et troubles de personnalité1 permet ainsi au lecteur français de prendre la mesure de ce courant qui replace la psychopathologie dans une perspective darwinienne (sur fond de sélection naturelle des groupes donc). L’auteur s’applique plus particulièrement à inscrire dans la logique de l’évolution des espèces animales ces phénomènes proprement humains que sont les troubles de la personnalité tels qu’ils sont déployés par le DSM-IV et la CIM-10 (deux nosographies moins cliniques que statistiques).

2Plusieurs présupposés sont massivement mobilisés à titre d’axiomes. Citons-en quelques-uns qui d’emblée nous semblent problématiques : d’une part, « L’esprit est considéré comme l’activité du traitement de l’information par le cerveau.2 » Une telle définition limite et structure sans doute l’étude autour de la neurologie (peu abordée en réalité) et les opérations cognitives et des échanges communicationnels, passant largement à côté de la spécificité langagière de l’animal humain (les opérations symboliques, le sens dont est recouvert tout « fait humain »). D’autre part, l’auteur affirme « la participation à peu près égale des facteurs génétiques et environnementaux » dans l’étiologie des troubles mentaux, alors que pourtant dans la plupart des cas, la neurobiologie ne parvient pas en réalité à les expliquer par la génétique3. Il y a alors peut-être un forçage dans le choix de références bibliographiques particulièrement enthousiastes quant à un déterminisme organique et à une héritabilité génétique des traits de personnalité. Ceci dit, la complexité des déterminants génétiques (multiplicité des allèles pour un gène donné, interactions épistatiques entre les protéines codées par différents gènes) laisse entendre que l’environnement joue également un rôle important (les chapitres conclusifs abordent mieux ce point).

  • 4  Ici, il faudrait préciser ce que la notion de « trouble » comporte de culturellement nouveau. Cf. (...)
  • 5  Or, ces phénomènes symboliques (un symptôme, un délire, un rituel, une pensée obsédante, etc.) son (...)
  • 6  D. Miric, op. cit., p. 114. De façon intéressante, l’auteur remarque qu’un groupe humain tel que l (...)

3La naturalisation de la psychopathologie et de ce que l’on appelle les « troubles de la personnalité4 » peut alors s’inscrire dans la perspective évolutionniste sans heurt, dans la mesure où l’auteur postule un substrat essentiellement organique (cérébral, génétique) partagé avec les hominidés, les grands singes, les mammifères, etc. (à des phénomènes néanmoins symboliques et langagiers5). Dès lors, l’idée forte de la psychiatrie darwinienne consistera à affirmer qu’il y a (ou qu’il y a eu) une utilité de la pathologie mentale, mais ce bénéfice est à rapporter moins à l’individu qu’à l’espèce (ou au groupe humain) et à sa soumission à la sélection naturelle. En sorte que tout l’enjeu de la démonstration de D. Miric sera de savoir qu’elle a été l’utilité pour l’espèce de compter parmi nos ancêtres des individus à la personnalité histrionique, dépendante, schizotypique, etc. L’auteur envisage donc un groupe ancestral d’hominidés, nos ancêtres, et les conditions dans lesquelles ils vivaient. À partir de travaux sur les grands singes contemporains, il déduit la taille plausible de ce groupe ancestral : entre cent et cent cinquante individus vraisemblablement ; dimension qu’il rapproche de la répartition statistique des troubles de la personnalité dans les populations contemporaines, afin de s’assurer que le groupe ancestral comptait bien au moins un individu histrionique, un dépendant, un schizotypique, etc. (condition nécessaire à la validation de sa thèse d’une transmission phylogénique des troubles de personnalité). Pour chacun de ces troubles, l’auteur met en regard leurs critères diagnostics et propose une interprétation en termes d’utilité à l’espèce ou au groupe. Pour exemple, la présence d’une personnalité antisociale au sein d’un groupe, impliquera que le groupe se dote d’un dispositif punitif et d’un système de règles (ce qui constitue un avantage dans un environnement ancestral sélectif) : « On peut imaginer que les groupes sans antisociaux ont disparu en rencontrant cette personnalité, par incapacité à produire des anticorps contre elle6 ». Les personnalités schizotypiques ont fourni au groupe ancestral des explications du monde ; les personnalités obsessionnelles l’ont protégé des dangers ; les paranoïaques ont permis sa cohésion, etc.

  • 7  « En effet, c’est surtout à partir de ces éléments centraux que l’on pourra donner du sens à l’hyp (...)
  • 8  Par exemple : « C’est sans doute purement fictif. Mais après tout pourquoi ne pas spéculer sur l’é (...)
  • 9  Cette proposition (p. 210-211) avait été faite déjà par A. Stevens et J. Price (Evolutionary Psych (...)
  • 10  Or, il est au moins plausible qu’une telle mise en perspective de l’origine de l’espèce humaine et (...)

4À dire vrai, que l’on trouve l’argument convaincant ou pas, importe peu ; ce qui en ressort, c’est la dimension sémantique des arguments évolutionnistes : ils mettent du sens sur l’origine de l’humain7, de sa pensée, des formes que prend sa détresse psychique, etc. Autrement dit, la spéculation phylogénique aurait une dimension fictionnelle (que parfois l’auteur avoue, à contrecœur semble-t-il8 ; encore qu’il entrevoit un gain psychothérapique à raconter et expliquer aux patients présentant ces troubles de personnalité l’évolution phylogénique de leur trouble9). Ne retrouve-t-on pas dans le projet de la psychologie évolutionniste la production d’une fiction10 qui, à l’instar de la « fiction scientifique » d’une « horde primitive » que proposait Freud dans Totem et tabou, recherche rétrospectivement la forme que pourrait avoir eue un « groupe humain dans l’environnement ancestral ». À ceci près que D. Miric semble prendre sa construction au pied de la lettre, plutôt que d’en reconnaître la dimension fictionnelle, fût-elle étayée sur une réflexion manifestement sérieuse.

  • 11  Les cas problématiques de la naturalisation du fait humain, concernent par exemple la question de (...)
  • 12  D. Miric, op. cit., p. 183.

5Si la démonstration n’est pas faite stricto sensu, du moins Dragoslav Miric l’a-t-il rendue plausible en mobilisant des modèles explicatifs de la génétique contemporaine qui n’excluent pas l’évolution darwinienne de personnalités (entendues dans leur réduction naturaliste11) et de ces formes modernes d’inadaptation que sont les troubles de la personnalité (sous la réserve de cette même réduction) : « le fait que des groupes possédant certaines caractéristiques aient pu être sélectionnés au fil du temps en présentant une meilleure adaptation que d’autres à leur environnement est, malgré les réserves qui ont été exposées, tout à fait possible, crédible et même modélisée12 ».

Haut de page

Notes

1  Wavre, Mardaga, 2012.

2  Id., p. 14.

3 Cf. les travaux du neurobiologiste F. Gonon et notamment : « La psychiatrie biologique : une bulle spéculative ? », Esprit, nov. 2011, p. 54-73 qui fait le bilan des travaux de la neurobiologie psychiatrique. [En ligne : consulté le 19/10/12]. On y apprend que la forme psychopathologique la mieux expliquée par la génétique est l’autisme, mais que l’explication génétique n’est établie que dans 5 % des cas.

4  Ici, il faudrait préciser ce que la notion de « trouble » comporte de culturellement nouveau. Cf. C. Metz, A. Thevenot, « Trouble ou symptôme : comment penser la psychopathologie contemporaine ? », Pratiques psychologiques, n° 12, 2006, p. 437-445 ; R. Gori, « La psychopathologie en questions aujourd’hui », Cliniques méditerranéennes, n° 71, 2005, p. 41-57 ; – « Thérapies molles recherchent désespérément pathologies flexibles », Cliniques méditerranéennes, n° 74, 2006, p. 143-172 ; – « La construction du trouble comme entreprise de normalisation », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, n° 66, 2006, p. 31-41 ; – « La novlangue de la psychopathologie aujourd’hui », Figures de la psychanalyse, n° 15, 2007, p. 151-165.

5  Or, ces phénomènes symboliques (un symptôme, un délire, un rituel, une pensée obsédante, etc.) sont faits d’un matériau pour le moins hétérogène à la matière cérébrale : le langage. Cf. F. Ansermet, P. Magistretti, A chacun son cerveau. Plasticité neuronale et inconscient, Paris, Odile Jacob, 2004 ; – Neurosciences et psychanalyse : une rencontre autour de la singularité, Paris, Odile Jacob, 2010.

6  D. Miric, op. cit., p. 114. De façon intéressante, l’auteur remarque qu’un groupe humain tel que les Amish connaît un taux quasiment nul de personnalités antisociales (p. 109). Quelles parts y jouent la génétique des populations et l’institution sociale d’un ensemble de contraintes et d’idéaux ?

7  « En effet, c’est surtout à partir de ces éléments centraux que l’on pourra donner du sens à l’hypothèse évolutionniste, car la sélection naturelle n’a pas agi dans le but de remplir tous les critères du DSM IV », id., p. 71.

8  Par exemple : « C’est sans doute purement fictif. Mais après tout pourquoi ne pas spéculer sur l’élimination des gènes de prédisposition au comportement antisocial […] », id., p. 114. Cf. aussi le chapitre 17 : « Pangloss, Galien et autres histoires comme ça ».

9  Cette proposition (p. 210-211) avait été faite déjà par A. Stevens et J. Price (Evolutionary Psychiatry, Londres, Routledge, 1996) et n’est pas sans quelque écho avec les travaux de C. Salmon sur l’usage contemporain de certaines modalités narratives notamment dans les psychothérapies (cf. Storytelling, Paris, La Découverte, 2008).

10  Or, il est au moins plausible qu’une telle mise en perspective de l’origine de l’espèce humaine et des embarras de son esprit fasse singulièrement écho à un fantasme originaire ; ne serait-ce que parce qu’il s’agit de faire répondre la science à une question pour le moins existentielle : d’où vient-on ? Cf. A. Abelhauser, « L’imposture, partenaire-symptôme de la science », Cliniques méditerranéennes, n° 81, 2010, p. 125-133.

11  Les cas problématiques de la naturalisation du fait humain, concernent par exemple la question de l’altruisme : si l’on peut rapporter l’altruisme (ou la générosité, l’amour, la confiance) à un déterminant organique, est-ce encore de l’altruisme ? Si je suis généreux avec autrui parce que mes sécrétions d’ocytocine sont élevées, est-ce vraiment de la générosité dont on parle (dans la mesure où la générosité est précisément la disposition à donner sans y être obligé) ? L’enjeu est sémantique. Cf. P. Zak et col., « Oxytocin Increases Generosity in Humans », PLoS One 2 (11), 2007 ; M. Kosfeld et col., « Oxytocin Increases Trust in Humans », Nature, vol. 435, 2005, p. 673-676.

12  D. Miric, op. cit., p. 183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Dragoslav Miric, Evolution et troubles de personnalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9609

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien Doctorant en psychologie clinique (univ. de Nice). Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche (université de Toulouse)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page