Navigation – Plan du site

François Hainard, Jérôme Heim, Patrick Ischer, Le travail au noir. Pourquoi on y entre, comment on en sort ?

Benoît Tine
Le travail au noir
François Hainard, Jérôme Heim, Patrick Ischer, Le travail au noir. Pourquoi on y entre, comment on en sort ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », 2011, ISBN : 978-2-296-55613-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de François Hainard, Jérôme Heim, et Patrick Ischer constitue une contribution intéressante à la compréhension du travail au noir, tel que pratiqué en Suisse romande et plus précisément dans les cantons de Neuchâtel et de Vaud. Ce travail empirique innove. Il s’appuie sur soixante-quatre entretiens semi-directifs d’une durée comprise entre une demie-heure et une heure et demie chacun, conduits avec des personnes travaillant ou ayant travaillé au noir, dont certains sont dédommagés (pratique controversée, discutée et débattue) et permet une meilleure compréhension des motivations et des raisons qui animent les personnes qui y ont recours.

2La science sociale et la sociologie en particulier ont très souvent plus tendu le micro et administré des questionnaires à des employeurs véreux, à des clandestins et autres « sans-papiers » qu’à ceux qui ont opéré des choix en âme et conscience et contre toute attente. La science sociale étant plus encline à mobiliser les manières de faire, d’agir et d’être de ceux qui subissent plutôt qu’à ceux qui choisissent. Les auteurs s’interrogent, en effet, sur un paradoxe : comment se fait-il que parmi les personnes qui s’adonnent au travail au noir, nombreuses sont celles étant au bénéfice de toutes les autorisations nécessaires pour travailler légalement, de manière transparente et déclarée dans un pays ou le taux de chômage est l’un des plus bas au monde ?  Pour comprendre dans quelle mesure le travail au noir peut permettre à des individus rencontrant des problèmes d’insertion économique et sociale, d’éviter une marginalisation, les trois auteurs étudient, au travers de trois grandes parties, les éléments structurants de cette réalité socio-économique qui est devenue une priorité des gouvernements occidentaux et plus particulièrement des autorités suisses en raison de sa croissante augmentation : introduction générale ; les circonstances, les intentions et les justifications du recours au travail au noir ; organiser le travail au noir.

3Par-delà l'austérité apparente du sujet qui constitue une plaie tant pour les économies que pour les travailleurs eux-mêmes, sa problématique, son importance et son enjeu, que les auteurs rappellent à juste titre dès la première partie, tiennent à des évolutions contemporaines (une quarantaine d’années), avivées par la crise des « subprimes » mais dont les prémisses remontent à dix mille ans avant notre ère, en Chine ancienne. Cet ouvrage constitue une contribution intéressante aux réflexions sur la notion de travail au noir, travail illicite/licite, informelle/formel. Qu’on l’appelle travail ou économie informelle, travail non déclaré (commission européenne), travail dissimulé (OCDE), activité rémunérée non déclarée ou encore activité non déclarée, le travail au noir, dont l’ampleur exacte est très difficilement mesurable, a entraîné la transformation des politiques publiques suisses, en se traduisant par l’apparition d’une nouvelle loi (qui ne vise non pas à réprimer mais à rendre légale d’après le législateur) et d’une campagne d’information sur les effets néfastes du travail au noir : « pas de travail au noir, tout le monde y gagne », « économie pour l’un, précarité pour l’autre », « paie au noir = déboires », « en tombant de l’arbre, le jardinier peut faire un gros trou dans le budget », « l’argent au noir sent mauvais ».

4L’originalité de cet ouvrage réside également dans le fait qu'il nous renseigne sur les profils qui ont recours au travail au noir et qui servent de fondement à la deuxième partie. Ils ne sont pas toujours ceux que le sens commun stigmatise : restauration, hôtellerie, bâtiment, travaux domestiques. Cette réalité caractérise aussi bien l’artisanat, les activités industrielles, culturelles et artistiques que les milieux sportifs et intellectuels en écho à la précarisation croissante et à la flexibilisation ambiante… de même, les parcours de vie que les auteurs mobilisent dans leur analyse sont aussi divers que variés. Ils essaient de faire non sans mal l’économie de ces différentes configurations qui rivalisent en singularité, mais qui ne nous renseignent pas davantage sur les motivations des interviewés: « améliorer le quotidien », boucler les fins de mois », « vivre un peu mieux », « ne pas se voir étiqueter de l’image du fainéant bénéficiaires des allocations sociales ». En somme, les auteurs confirment l’hypothèse selon laquelle le travail au noir permet de maintenir une affiliation sociale et une estime de soi. C’est aussi l’occasion de nouer et de renforcer des liens de sociabilité, de faciliter la transmission de connaissances et l’acquisition de compétences et qui peuvent se traduire par un retour à la légalité, ce qui atteste de l’enchevêtrement du secteur formel avec l’économie informelle.

5Dès lors, comment se justifient-ils ? C'est là qu'entrent en scène les logiques de banalisation de l’activité non déclarée, d’exaltation du caractère ludique au détriment de la marchandisation, de moralisation de leurs pratiques en critiquant l’Etat qu’ils jugent souvent absurde, injuste et illégitime ; en somme « moins d’Etat, mieux d’Etat ». Les auteurs nous offrent ici la clef de compréhension de ces agissements à travers les propos tenus par les intéressés eux-mêmes. Ils déconstruisent un certain discours dominant voire « savant » qui veut que le travail au noir soit consécutif au chômage et à la précarité. Face à tant d’injustice, on répond par le travail au noir. Il devient ainsi un moyen de contestation politique.

6Les auteurs analysent les canaux, les critères et les modalités d’accès au travail et constatent la prédominance de la recommandation, de l’interconnaissance. Cette troisième partie s’attache à décrire la manière dont la confiance mutuelle, la discrétion et les compétences avérées alimentent ce marché. De même, sont étudiés l’organisation d’un tel système ainsi que les mécanismes de sa pérennisation. Les diverses configurations de dissimulations d’une pratique ou d’un revenu empêchent toute régularité qui leur serait propre et universelle. Elles vont de l’existence d’un flou juridique à l’argument patronale de la pression clientèle en passant par des contraintes de l’employeur et la rémunération non-marchande. Pour les deux parties, les difficultés pour sortir de cette informalité sont immenses. Malgré les avantages immédiats pouvant être procurés, les dangers et les risques sont grands non seulement en cas de contrôle mais en matière d’assurance en cas d’accident, décès, invalidités...

7Ce travail empirique constitue sans aucun doute une contribution de premier ordre aux recherches en sciences sociales, non encore stabilisées, sur l’économie informelle. Les auteurs proposent (mais est-ce le rôle du chercheur ?) des pistes pour limiter le travail au noir, construites sur la base d’entretiens avec des spécialistes mais aussi avec les travailleurs au noir eux-mêmes. Depuis quelques décennies, les Etats notamment occidentaux n’ont jamais autant légiféré sur un phénomène dont l’ampleur n’est pas mesurable. Il apparaît ainsi une inégalité de traitement entre la lutte contre le travail au noir et la lutte contre les paradis fiscaux et l’exil fiscal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Tine, « François Hainard, Jérôme Heim, Patrick Ischer, Le travail au noir. Pourquoi on y entre, comment on en sort ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9610

Haut de page

Rédacteur

Benoît Tine

Docteur en sociologie, Laboratoire Printemps/CNRS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page