Navigation – Plan du site

Tania Angeloff, Marylène Lieber, Chinoises au XXIee siècle. Ruptures et continuités

Sophie Louey
Chinoises au XXIe siècle
Tania Angeloff, Marylène Lieber (dir.), Chinoises au XXIe siècle. Ruptures et continuités, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 240 p., ISBN : 978-2-7071-7155-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir néanmoins : ELISSEEFF Danielle, XXe siècle : La grande mutation des femmes chinoises, Bleu de (...)
  • 2  On pourra conseiller la lecture des traductions de la journaliste et romancière chinoise Xinran. C (...)
  • 3  Nous n’aborderons pas ici tous les chapitres de l’ouvrage en préférant mettre en perspective ceux (...)

1Les recherches et les études sur les femmes chinoises souffraient jusqu’alors d’une visibilité restreinte pour le public francophone1 car ces dernières étaient avant tout anglophones et peu traduites2. Cet ouvrage collectif, émanant de neuf chercheurs, rend (enfin) accessible de nombreux travaux de qualité sur ce sujet. Par douze articles3 c’est tout un pan de l’histoire et de la contemporanéité de la Chine qui est ici dévoilé. La pluridisciplinarité des approches (anthropologique, démographique, historienne, sociologique et politiste) ainsi que la multitude des méthodes privilégiées (analyse cinématographique historiographie, monographie, etc.) composent un livre riche d’informations, qui malgré le langage scientifique et les nombreuses références bibliographiques, n’en demeure pas moins accessible à un large public, initié ou non, à la sinologie.

  • 4  Voir CLAIR Isabelle, Sociologie du genre, Armand Colin, Paris, 2012.
  • 5  En particulier avec le lancement de la réforme économique par Deng Xiaoping en 1978. En 1979, la d (...)

2En mai 2012 paraissait le manuel sur la sociologie du genre d’Isabelle Clair4 dans lequel l’auteure appelait les chercheurs à se saisir métaphoriquement de « lunettes du genre » pour aborder divers faits sociaux, le genre étant considéré comme un outil majeur pour la compréhension des ruptures et continuités d’une société. L’appel semble ici avoir été entendu. En abordant le genre sous différents angles les auteurs dressent un portrait complexe des femmes chinoises. L’intérêt est ici de se dénuer de toute position ethnocentrique et de considérer la Chine comme une terre à la fois « spécifique » et, influencée par une histoire nationale propre et, à la fois une terre inscrite dans un monde globalisé sujette aux mêmes évolutions économiques que les pays dits « industrialisés ». Ces mutations sont faites de retour aux traditions et de bonds dans la modernité si bien que les changements sociaux touchent toutes les sphères de la société (famille, travail, politique, etc.) et ont pour caractéristique d’être inscrits dans une mouvance perpétuelle. Le confucianisme considérait qu’il existait une dichotomie entre hommes et femmes. Ces différences inégalitaires plaçaient la femme en bas de la hiérarchie sociale. Le maoïsme à l’inverse, considérait la femme comme l’égal de l’homme. La libéralisation de l’économie chinoise5 a à nouveau renversé ces rapports de genre. Les différentes contributions révèlent en effet que ce libéralisme a entraîné la résurgence des inégalités liées au genre.

  • 6  Pour aller plus loin voir les enquêtes de cette même chercheuse notamment : ATTANÉ Isabelle, Une C (...)

3La contribution d’Isabelle Attané aborde la question des proportions démographiques hommes/femmes et analyse les inégalités entraînées par une politique favorisant les naissances des bébés garçons. Tendanciellement les statistiques démographiques « classiques » montrent une proportion de filles plus forte que celle des garçons ne se retrouvant pas en Chine. L’auteure révèle que les choix d’avortements sélectifs doivent être compris comme des stratégies rationnelles de la part des familles chinoises. La force de l’étude est ici de nuancer la condamnation morale trop souvent présente lorsque ce sujet est abordé. Isabelle Attané démontre que ces « faux choix » accentuent la discrimination des filles et produisent de nombreux déséquilibres par la proportion grandissante d’hommes célibataires6. Dans la même dynamique, Amandine Monteil remarque les prégnances des discriminations en s’intéressant à l’éducation et, plus particulièrement, aux parcours scolaires des enfants chinois. Elle expose une ambivalence à politiquement souhaiter que les filles fassent de longues études, et ce, dans des filières variées, tout en observant une réalité sociale dans laquelle les filles « trop diplômées » ne parviennent pas à trouver de maris et sont ainsi marginalisées dans une société où fonder une famille, et devenir mère, reste socialement très important. Ainsi, les filles vont tendre à se cantonner à des filières courtes et s’interdire l’accès à certaines autres filières. Les Chinoises sont aussi sous-représentées dans les grandes universités chinoises auxquelles elles ont difficilement accès. Cela va engendrer des « bifurcations » des filles vers l’étranger, ceci expliquant la forte proportion de Chinoises (par rapport aux chinois) dans les universités étrangères. En somme ces deux contributions permettent de suivre le parcours des filles, perpétuellement discriminées, au moment de la naissance et dans tout le parcours scolaire.

  • 7  Les métiers du care sont ceux impliquant une « assistance » à d’autres individus. En France par ex (...)

4Plusieurs enquêtes de terrain « localisées » et misent en perspectives apportent de précieuses données sur la disparité du territoire chinois et notamment le clivage rural/urbain. Sur ce point, en ciblant les employées domestiques, Li Shuang révèlent dans sa contribution que si les rurales vivent ces emplois comme une ascension sociale, ce n’est pas le cas des urbaines pour lesquelles il s’agit le plus souvent de déclassement alors même que ce sont les rurales qui effectuent les tâches les plus « ingrates » du métier domestique. L’augmentation du nombre de travailleuses dans la sphère du care7 est un prolongement de la sphère domestique traditionnellement assignée aux femmes. Sur l’ambivalence des situations sociales, Hélène Bail interroge les mariages arrangés sino-japonais. Ces unions permettent des migrations de femmes chinoises et l’auteure parle alors d’hypergamie paradoxale. C'est-à-dire que si le Japon continue à représenter une terre « riche » et symboliquement une promotion sociale pour qui parvient à s’y établir, il n’en demeure pas moins qu’une fois la migration effectuée, les Chinoises sont pour la majorité souvent désillusionnées car socialement déclassées si bien qu’elles sont alors à la fois émancipées d’une domination subie dans leur pays d’origine mais, dans un même temps, elles perdent en autonomie par une intégration souvent difficile (origines ethniques, acception par la belle-famille, etc.). De même que pour les employées domestiques, la présence ou l’absence d’une ascension sociale par le mariage avec un japonais seront liées aux origines sociales de la femme. Si elle a une position défavorable, le mariage pourra être pour la femme un moyen de gravir l’échelle sociale, mais si elle a une position favorable, celle-ci aura tendance à rester stable ou à être moins bonne.

5L’intimité des femmes est également abordée à travers plusieurs textes. Harriet Evans se focalise sur l’évolution des relations mère-filles, sur plusieurs générations, montrant combien ces liens sont symboliques d’une évolution sociétale majeure. En effet, la communication mère-fille a peu à peu émergé avec les évolutions politico-sociales. Harriet Evans parle alors de l’infléchissement de l’éthique individualiste multidimensionnelle. Chez les femmes ayant souffert d’une mère trop absente ou trop « dévouée » par exemple à la cause socialiste, un véritable désir d’avoir une mère empathique et communicative est apparu. Néanmoins ce désir est aussi synonyme d’une forme de « retour » au foyer cantonnant, là encore, les Chinoises dans un rôle genré attendu : être « mère ».

  • 8  On pourra ici conseiller : ROUX Sébastien, No money, no honey, Economies intimes du tourisme sexue (...)

6La contribution de Chen Mei-Hua est elle aussi riche en informations. La sociologue étudie la place de la sexualité et de l’ethnicité dans le tourisme sexuel en montrant que si Taiwan avait été un centre majeur de destination pour ce tourisme, il s’avère qu’aujourd’hui ce sont les Taïwanais qui s’exportent pour ce tourisme. L’auteure avance une thèse originale : celle de la « militarisation du tourisme sexuel ». Au cours de ses recherches elle a en effet remarqué que les Taïwanais utilisaient tout un vocabulaire militarisé lorsqu’ils évoquaient le tourisme sexuel (au sens large) c'est-à-dire qu’ils vont parler de « nouvelles recrues », de « vétéran expérimenté » ou encore de « collectionneurs de trophées de guerre » (ceux conservant des éléments matériaux et numériques liés au recours au tourisme sexuel). Ces usages linguistiques sont en fait les témoins des relations tourmentées entre la Chine et Taïwan. La force du texte est de révéler combien le tourisme sexuel diffère selon les pays et combien il est ancré dans un contexte national. La prostitution s’exerce en différents lieux et de diverses manières et il importe de constamment préciser ces contours tant il n’existe pas un seul « type » de prostitution8.

  • 9  BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Seuil, 1998.

7Ces études réactualisent la prégnance de la domination masculine9. Le système patriarcal et patrilinéaire perdure en Chine. Les processus de décollectivisation et d’individualisation ont augmenté les inégalités en privant des individus de certains droits. Ces recherches montrent que bien que paradoxalement la situation des femmes s’améliore, les inégalités de genre, elles, augmentent. Par exemple, si avant les réformes les femmes disposaient d’un salaire égal à celui des hommes, ce n’est désormais plus le cas.

  • 10  Voir par exemple BLONDET Marieke, « Le genre de l’enquête : Faire du terrain au féminin », in FASS (...)

8En conclusion il s’agit d’un ouvrage extrêmement riche et de grande qualité. La variété des terrains et des approches créent un récit dynamique et précieux. Il aurait cependant pu être apprécié qu’un chapitre réflexif sur les conditions mêmes d’accès aux terrains soit présent car, le plus souvent, on ignore ce qui a conduit ces chercheurs à entrer sur ces terrains et ce qui a pu méthodologiquement leur permettre de recueillir les paroles de ces différents acteurs. En effet certains terrains apparaissent tellement clos et difficiles d’accès (par exemple les lieux de tourisme sexuel) que dans les textes un certain un flou persiste : comment les chercheurs ont-ils pu accéder à de telles confidences ? Il aurait selon nous été appréciable qu’une réflexion sur le genre des chercheurs10 par rapport à ce qu’ils étudient soit ici engagée. Est-ce un hasard que sur neuf auteur.e.s parlant de femmes un seul soit un homme ? Toujours est-il que cet ouvrage, en mettant en lumière les conditions de vie des femmes chinoises et en remarquant des « bifurcations biographiques » lourdes de significations, rappelle que les approches par le genre sont des biais d’entrées majeurs pour comprendre les rapports sociaux et l’organisation globale d’une société.

Haut de page

Notes

1  Voir néanmoins : ELISSEEFF Danielle, XXe siècle : La grande mutation des femmes chinoises, Bleu de Chine, 2006. L’historienne présente l’évolution de la place des femmes dans la société chinoise. L’enquête permet d’approfondir certains aspects de l’ouvrage ici présenté notamment concernant les mutations de rôle engendrées par les « bouleversements » politiques et économiques.

2  On pourra conseiller la lecture des traductions de la journaliste et romancière chinoise Xinran. Cette dernière est connue pour avoir animé une émission de radio en Chine donnant la parole aux femmes. Elle a aussi parcouru le pays pour recueillir des témoignages dont elle a tiré des livres riches de données sur les femmes chinoises. Voir : XINRAN, Chinoises, Picquier, 2005 ; XINRAN, Messages de mères inconnues, Picquier, 2011.

3  Nous n’aborderons pas ici tous les chapitres de l’ouvrage en préférant mettre en perspective ceux ayant le plus attiré notre attention même si nous tenons à insister sur le fait qu’à nos yeux chacun des chapitres est de grande qualité.

4  Voir CLAIR Isabelle, Sociologie du genre, Armand Colin, Paris, 2012.

5  En particulier avec le lancement de la réforme économique par Deng Xiaoping en 1978. En 1979, la décollectivation est amorcée. En 1984 déferle une vague de réformes se poursuivant les années suivantes.

6  Pour aller plus loin voir les enquêtes de cette même chercheuse notamment : ATTANÉ Isabelle, Une Chine sans femmes ?, Perrin, Paris, 2005 et ATTANÉ Isabelle, Au pays des enfants rares. La Chine vers une catastrophe démographique, Fayard, Paris, 2011.

7  Les métiers du care sont ceux impliquant une « assistance » à d’autres individus. En France par exemple il s’agit de métiers tels que : assistant.e social.e, infirmier.e, aide à domicile, auxiliaire de puériculture, etc. En Chine ces métiers ne sont pas institutionnalisés.

8  On pourra ici conseiller : ROUX Sébastien, No money, no honey, Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, La Découverte, Paris, 2011.

9  BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Seuil, 1998.

10  Voir par exemple BLONDET Marieke, « Le genre de l’enquête : Faire du terrain au féminin », in FASSIN Didier et BENSA Adrian, Les politiques de l’enquête, La Découverte, 2011, pp. 59-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « Tania Angeloff, Marylène Lieber, Chinoises au XXIee siècle. Ruptures et continuités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 octobre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9629

Haut de page

Rédacteur

Sophie Louey

Doctorante en sociologie (allocataire de recherche) à l'Université Picardie Jules Verne (membre du CURAPP UMR 7319 et du GRIP)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page