Navigation – Plan du site

Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration

Laure Flandrin
Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration
Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, La Dispute, 2010, 215 p., EAN : 9782843032011.
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Marc Leveratto ambitionne dans cet ouvrage de parler du cinéma du point de vue de ceux qui le regardent : dans la grande bipartition du champ de la sociologie de la culture entre sociologie des consommations culturelles et sociologie de la réception, ces cinq études de sociologie de la réception du cinéma italien par des ouvriers immigrés viennent donc incontestablement se classer au second pôle. Critique de Pierre Bourdieu, auquel il reproche un réductionnisme de classe procédant par agrégation du spectateur individuel à des classes de consommateurs culturels pré-identifiées, Jean-Marc Leveratto entend réhabiliter le plaisir du spectateur. Plaisir dont on ne voit pas toujours pourquoi il serait incompatible avec l'appartenance de classe, qui donne par ailleurs la base, au moins dans le titre de l'ouvrage, de la définition de la population enquêtée par l'auteur.

  • 1 Laboratoire d'une classe ouvrière progressivement étoffée par les vagues successives d'immigration, (...)

2La première étude porte ainsi sur la réception du cinéma italien par les familles ouvrières d'origine italienne du Pays-Haut lorrain sidérurgique 1. La vitalité de la consommation cinématographique locale prolonge ici l'importance des loisirs culturels promus par les dispositifs paternalistes de la fin du XIXe siècle pour domestiquer l'ouvrier immigré. La culture d'usine et la diffusion du cinéma italien contribuent conjointement à unifier la perception de soi d'ouvriers immigrés en provenance de provinces italiennes différentes et séparées par l'usage de dialectes différents. La seconde étude traite du « rôle des spaghettis dans le jugement esthétique » par l'entremise d'une analyse de la naissance, en 1976, du Festival du film italien de Villerupt, fief du PCF connu pour l'intensité de sa sociabilité cinématographique. La force des motifs pratico-éthiques de venue au cinéma italien s'y trouve soulignée par la reprise de la référence liminaire volontairement prosaïque au rituel de consommation de la pasta qui a lieu lors de ce festival. La troisième partie, en réglant plus précisément encore la focale sur l'espace du foyer ouvrier, montre comment la consommation cinématographique, rendue accessible par la scolarisation massive, a participé à la valorisation de la culture italienne et à l'intégration locale des immigrés italiens. La quatrième partie traite, par élargissement du cadre de l'observation, de la promotion de l'italianité dans le cinéma hollywoodien et de l'évolution de l'emploi cinématographique de « l'Italien », dont la figure se détache progressivement de celle du chanteur d'Opéra ou du mafieux. La cinquième partie esquisse enfin une conclusion par la reprise du thème des contenus pratiques de l'expérience cinématographique.

3Jean-Marc Leveratto rappelle opportunément que la culture ouvrière, souvent marquée par l'expérience de l'immigration et du déracinement citadin, a partie liée avec la culture cinématographique. On comprend que la force de l'analogie pratique entre d'une part l'expérience vécue de l'immigration, et d'autre part la mise en scène cinématographique de personnages migrants plongés dans des situations de décalage permanent avec un pays d'accueil auquel ils sont forcés de s'acculturer, ait dès le départ constitué le socle de ce goût populaire pour le cinéma (les premiers films de Chaplin regorgent de personnages de migrants ; Pain et chocolat de Franco Brusati témoigne en 1972, là encore avec humour, des déboires du migrant italien, etc.). Jean-Marc Leveratto fait ainsi émerger de son travail la figure du « spectateur sans qualité », qui vient au cinéma par goût des spaghettis partagés (au festival de Villerupt, par exemple) et joie de la participation affective et corporelle au film (par les rires, les larmes, les cris) plutôt que par volonté d'exhiber une expertise esthétique. Pour autant, cette expertise n'est pas selon lui l'apanage du seul public cinéphile. Le refus de la négation légitimiste de la qualification culturelle de ces ouvriers bascule alors dans un certain populisme (au sens de Jean-Claude Passeron) puisqu'ils se trouvent soudainement hissés au rang de spectateurs experts : ils « peuvent égaler, en matière de jugement artistique, des spécialistes universitaires et des professionnels de la culture » (p12) écrit ainsi Jean-Marc Leveratto.

  • 2 Ainsi p. 19 : « Les textes réunis ici représentent chacun une manière différente d'appréhender le m (...)

4Du fait du découpage éditorial du livre, le propos n'apparaît pas toujours unifié pour le lecteur et le titre lui-même semble ajouter à la confusion : les échelles et les cadres de l'observation varient dans l'espace 2 et dans le temps sans réel principe de succession (les familles ouvrières lorraines dans les années 1960-1970 ; le public contemporain du festival de Villerupt, qui excède de toute évidence les frontières de la classe ouvrière ; les ouvriers américains du premier âge du parlant ; etc.) ; l'analyse se déporte parfois de la réception vers la production (avec l'analyse du rôle des immigrés européens dans l'essor de l'industrie cinématographique ou encore celle des figures stéréotypées de l'italianité dans le cinéma hollywoodien) ; du cinéma italien stricto sensu vers le cinéma hollywoodien (auquel va aussi la préférence des « gens de Longwy » qui ne se conforment donc pas au patriotisme cinématographique qui marque les consommations des Français)  ; et mobilise au final des matériaux composites (observation participante de type ethnographique dans le cadre lorrain, analyse des supports filmiques et des commentaires des internautes postés sur le site Lorraine au cœur, entretiens avec les organisateurs du festival de Villerupt, bel et bien issus de cette classe ouvrière dont traite l'ouvrage mais ayant de toute évidence accédé à des emplois de classe moyenne ; etc.).

  • 3 p. 15 : « Tout discours sur le cinéma, y compris le discours universitaire du chercheur, ne vaut fi (...)

5Dans tous les cas pourtant, Jean-Marc Leveratto fait le projet de « renouer les liens entre sociologie de la culture et histoire sociale, et entre histoire de l'art et histoire des publics » (p11), liens selon lui rompus par la concentration excessive de la sociologie culturelle française sur les consommations culturelles ou l'univers des professions culturelles. Convaincu de la « vertu épistémologique de l'étude de la réception localisée du cinéma » (p13) et de la mise en œuvre d'un « regard rapproché » sur les situations singulières de réception, Jean-Marc Leveratto montre que le plaisir ressenti au cinéma s'ancre dans le monde social quotidien familier des spectateurs, qui viennent goûter au cinéma le plaisir d'opérer des transferts analogiques par rapport à leur propre situation sociale. On reste toutefois sceptique quant à la nature des implications méthodologiques déduites de ce parti pris épistémologique pourtant fort légitime : Jean-Marc Leveratto se contente en effet de plaider pour l'inclusion émotionnelle du sociologue dans l'objet qu'il se donne (c'est son cas puisqu'il est lui-même issu d'une famille ouvrière lorraine d'origine italienne), sans véritablement la soumettre à autosocioanalyse 3, à la manière d'un Richard Hoggart dans La culture du pauvre.

6Les goûts culturels n'ont certes pas vocation à n'être considérés des sociologues que comme des raccourcis de l'identité de classe : on peut bien entendu souscrire à cette injonction disciplinaire sans pour autant évacuer toute considération du rapport au classement social qu'expriment les spectateurs par leurs goûts. Pour Jean-Marc Leveratto, le plaisir pris au cinéma permettrait d'opérer le dépassement de l'appartenance de classe. Parce qu'elle porte souvent à rire, l'italianité des personnages semble en effet du même coup relativisée : le cinéma hollywoodien par exemple, en livrant des représentations stéréotypées de l'italianité fonctionnant comme doubles auto-parodiques du spectateur, permettrait de desserrer l'emprise de l'assignation statutaire par promotion de sa réflexivité. Le cinéma est ainsi envisagé comme modalité de la requalification de l'identité immigrée, comme forme de résistance à la néantisation par le monde social (on pense aussi aux célibataires immigrés en Amérique aux débuts du parlant venant trouver chaleur et réconfort dans les salles de cinéma en période de chômage) : c'est une « pratique compensatoire » destinée à faire refluer les stigmates associés à l'identité ouvrière et immigrée. Mais on voit donc que, comme dans la dialectique hégélienne, le dépassement (de l'appartenance de classe) suppose aussi un moment de conservation (sans ce savoir incorporé et intime de la condition faite à la classe, comment goûter ces comédies du malheur social que sont souvent les films italiens ?). Il y a là comme une contradiction entre le projet de connaissance annoncé (ne pas recourir systématiquement à la variable classe) et les résultats de la recherche, qui font tout de même apparaître en creux combien la classe, et ses retraductions domestiques ou politiques à l'écran, demeure centrale dans les évaluations du cinéma italien par ses spectateurs populaires. On sait par ailleurs combien les cinéastes italiens eux-mêmes se représentaient le monde social selon ses fractures de classe : Visconti n'a cessé de mettre en scène la décadence de la grande aristocratie italienne à laquelle il appartenait, Ettore Scola a mis en scène les styles de vie populaires et le cynisme de la nouvelle bourgeoisie enrichie par la modernisation économique d'après-guerre, etc. Par ailleurs, Jean-Marc Leveratto montre que la légitimation, dans les années 1960 et 1970, d'un cinéma italien de qualité internationale a également contribué à la réévaluation positive de leurs origines italiennes par des enfants d'ouvriers immigrés italiens nés en France. Car ce que donnent à voir ces films, c'est aussi le spectacle de la qualité italienne, spécialement incarnée au féminin par des stars aussi célèbres que Silvana Mangano, Sophia Loren ou encore Anna Magnani, parvenant à faire converger la figure maternante de la mamma et la figure attirante de la femme fatale.

  • 4 Cf., par exemple : LAHIRE B., « De l'expérience littéraire : lecture, rêverie et actes manqués », L (...)

7A plusieurs reprises, Jean-Marc Leveratto souscrit au propos de Wittgenstein pour qui « esthétique et éthique ne font qu'un ». C'est dire que la morale du spectacle est une dimension du plaisir cinématographique, comme le soulignait avant lui Stanley Cavell dans Le cinéma nous rend-il meilleurs ? Reste que pour Jean-Marc Leveratto, la polarisation légitimiste entre d'une part des dispositions esthétiques, dont seules seraient porteurs les sujets les plus diplômés, et d'autre part des dispositions éthico-pratiques spontanément attribuées aux classes populaires avant même de leur rendre justice compréhensive, demeure appauvrissante pour l'analyse sociologique : c'est là l'intérêt majeur, mais déjà connu 4, de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Laboratoire d'une classe ouvrière progressivement étoffée par les vagues successives d'immigration, donnée pour paradigme d'une assimilation républicaine réussie

2 Ainsi p. 19 : « Les textes réunis ici représentent chacun une manière différente d'appréhender le même spectacle cinématographique, en le mettant en relation avec la mémoire familiale du spectateur, la mémoire collective de la localité, la consommation cinématographique nationale et l'histoire du cinéma mondial».

3 p. 15 : « Tout discours sur le cinéma, y compris le discours universitaire du chercheur, ne vaut finalement que par cette capacité à transmettre lui-même à ses lecteurs l'émotion transmise par certains films » (Souligné par moi).

4 Cf., par exemple : LAHIRE B., « De l'expérience littéraire : lecture, rêverie et actes manqués », L'homme pluriel, Paris, Editions Hachette Littératures, 2001, pp. 157-174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Flandrin, « Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/963

Haut de page

Rédacteur

Laure Flandrin

Doctorante au GRS (UMR 5040)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page