Navigation – Plan du site

Anne Jarrigeon, Gerland. État de lieux

Lionel Francou
Gerland
Anne Jarrigeon, Gerland. État de lieux, Lyon, ENS Éditions, coll. « Hors collection », 2012, 104 p., ISBN : 978-2-84788-350-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Anne Jarrigeon est anthropologue et photographe, maître de conférences en urbanisme à l'Institut f (...)
  • 2  Les photographies, prises en 2008, dans le cadre d’un projet commandé par l’ENS Lyon, ont été expo (...)

1La surprise : c’est sans doute la première impression que l’ouvrage d’Anne Jarrigeon1, Gerland. État de lieux, peut provoquer chez le lecteur. En effet, sa démarche est pour le moins atypique puisqu’elle rend compte de son enquête par une sorte d’album photo2 ponctué et enrichi de témoignages recueillis au fil d’entretiens et de courts textes, rares mais structurants. Les soixante-douze photographies se suffisent à elles-mêmes pour raconter une histoire, celle des changements qui se déroulent dans ce quartier populaire lyonnais en voie d’embourgeoisement. L’auteure y ajoute des explications sur sa démarche et quelques pages qui servent, pour ainsi dire, de légendes, fixent un cadre d’interprétation en informant sur le déroulement de son terrain et en nous livrant quelques pistes d’analyse. Néanmoins, [la photographie] « ne sert pas ici de support à un discours anthropologique, sociologique, urbanistique, ni même historique. Elle n’est l’illustration d’aucune thèse. » (p. 9). L’auteure met en évidence des propos, tenus par ses informateurs, emblématiques de rapports différenciés à un quartier qui pourra notamment être source d’inquiétude et de mépris (« tu n’as pas peur de te faire voler ta voiture ? » (p. 17), de nostalgie et d’attachement ou, simplement, de méconnaissance, voire d’indifférence. Les prises de vue ont été précédées d’entretiens et de conversations, au hasard des rencontres, qui permettent leur ancrage dans le quotidien et les univers de significations des témoins. Le « Gerland » qui nous est présenté a été établi « à partir de points de vue délégués » (p. 6) : A. Jarrigeon a exploré le quartier durant six mois, souvent seule, à la recherche d’images, de lieux, de situations dont on lui a parlé et qui revêtent une signification particulière aux yeux de ces témoins. Pour ceux-ci, elle pouvait « préserver quelque chose de la disparition. On s’organisait autour de moi pour créer les images de ce qu’on voulait sauver de l’oubli » (p. 8).

  • 3 Interview d’A. Jarrigeon par S. Kahn, dans l’émission radio « Planète terre » du 24/10 titrée Gerla (...)
  • 4  Voir, notamment, l’article de S. Conord intitulé « Usages et fonctions de la photographie », ainsi (...)
  • 5  Interview d’A. Jarrigeon par S. Kahn, op. cit.

2Outre l’introduction où l’auteure explicite sa démarche d’enquête photographique, l’ouvrage est divisé en trois parties : « Espace(s) Urbain(s) », « Vie(s) » et « Végétation(s) ». La méthodologie mise en œuvre est celle d’« une recherche par l’image pour comprendre un quartier en train de se transformer »3. Il s’agit d’une anthropologie visuelle4 où l’on renonce à l’écriture textuelle en faveur d’une nouvelle forme d’écriture, ici photographique, qui permet de rendre compte de l’état du quartier tel qu’il se donne à voir au photographe-observateur lorsqu’il s’y rend. Les images ne servent plus à illustrer le récit, elles forment désormais un récit en tant que tel, plus à même de témoigner de la matérialité des lieux, du concret et des expériences sensorielles que l’on peut y faire5. Le photographe est impliqué dans la construction du récit, puisque les photographies découlent d’un « aller-retour constant entre les récits et [sa] propre confrontation avec l’espace urbain. » (p. 7).

  • 6  La densité de population du quartier est faible, bien qu’en hausse.
  • 7  Portail culture de la ville de Lyon, page consacrée au quartier de Gerland. http://www.culture.lyo (...)

3Gerland est un « ancien quartier industriel lyonnais en pleine « requalification » » (p. 5) où les discours sont à la fois marqués par la nostalgie et par une certaine satisfaction quant à l’évolution du quartier. Il est relativement fragmenté, de telle sorte qu’on peut y observer « une certaine étanchéité des mondes sociaux juxtaposés », ce qui donne l’impression qu’« on vit un peu dans des mondes séparés. » (p. 42). S’y côtoient des réalités diverses : on observe autant de nouvelles constructions que d’espaces (encore) inoccupés, en friche. Quelques artisans continuent leurs activités tandis que les industries ont laissé la place à des activités de service et d’innovation. Certains endroits sont branchés, d’autres évoquent la mémoire des lieux et le passé ouvrier. La végétation y est soigneusement aménagée par endroits et sauvage ailleurs. Les habitants, peu nombreux6, qui n’y travaillent souvent pas, y croisent des travailleurs qui n’y habitent que rarement. « Si Gerland connaît un développement économique fort, les cités sociales en restent éloignées et n’en profitent guère. »7 Ces ambivalences témoignent des transformations qui affectent ce quartier qui s’unit progressivement à la ville, parallèlement à l’amélioration de son image. Alors que, pour certains, « Gerland, ça ne fait pas ville » (p. 18), les urbanistes et promoteurs immobiliers s’affairent, de telle sorte que l’on peut voir la « ville en train de s’inventer » (p. 18).

4Cette coexistence du passé et du présent, voire du futur en construction, se retrouve dans les photos d’Anne Jarrigeon. On y distingue des espaces abandonnés, des chancres, et des espaces en cours d’invention ou de réinvention, pleins d’opportunités ; les nombreux travaux et chantiers incarnent le changement à l’œuvre. Nous sommes témoins de ce télescopage entre deux époques, deux images du quartier. Les photographies ne se limitent pas à l’espace public urbain, où se déroulent peu de relations sociales, mais nous montrent, par exemple, des lieux de sociabilité où se retrouvent des anciens pour faire vivre un « Gerland de légende », pour tenter de protéger une « mémoire entremêlée à un espace en perpétuelle recréation » (p. 7). Dans ce quartier en voie de densification et de modernisation, les végétations peuvent être perçues comme des « réminiscences parfois souhaitées mais le plus souvent hasardeuses du passé agricole de cet espace urbain encore en cours d’urbanisation. » (p. 89). Ce « livre d’images » a le mérite de lever le voile sur ce quartier, de nous permettre d’en approcher l’âme, l’histoire et ses mutations actuelles, au-delà du stade de l’Olympique lyonnais qui s’y trouve et auquel le quartier est souvent identifié.

5C’est un exercice difficile que de réaliser un compte rendu d’un ouvrage dont l’intérêt est de rendre visible une série de choses qui échapperaient à un récit textuel et sont interprétables de différentes façons. Il serait préférable que chacun ait l’occasion de regarder soi-même ces photographies pour s’en faire sa propre idée. Au-delà de l’intérêt de la démarche, le fait qu’il y ait si peu d’explications de ce qui est présenté peut empêcher la compréhension de certaines images. Néanmoins, cela fait partie des règles du jeu puisque l’ouvrage a été pensé pour offrir « (…) un jeu ouvert pour le lecteur, entre les images, entre les textes, entre les images et les textes dont la coïncidence systématique n’a délibérément pas été recherchée. » (p. 10).

Haut de page

Notes

1  Anne Jarrigeon est anthropologue et photographe, maître de conférences en urbanisme à l'Institut français d’urbanisme et chercheur au laboratoire Ville Mobilité Transport (Université Paris Est, http://www.lvmt.fr). Elle recourt à la photographie dans ses terrains anthropologiques dans le but d’atteindre et de dévoiler ce que des démarches sociologiques, anthropologiques ou urbanistiques plus classiques ne pourraient saisir de l’expérience urbaine.

2  Les photographies, prises en 2008, dans le cadre d’un projet commandé par l’ENS Lyon, ont été exposées à plusieurs reprises avant de faire l’objet de ce livre.

3 Interview d’A. Jarrigeon par S. Kahn, dans l’émission radio « Planète terre » du 24/10 titrée Gerland : un grand quartier ouvrier entre mythe et réinvention à Lyon, http://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-l%E2%80%99individu-en-ville-2012-09-19, écoutée le 26/10/2012.

4  Voir, notamment, l’article de S. Conord intitulé « Usages et fonctions de la photographie », ainsi que l’ensemble du numéro d’Ethnologie française dans lequel il a été publié (Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, 2007/1, XXXVII). Mais aussi l’ouvrage méthodologique de L. E. R. Achutti (2004), L’homme sur la photo : manuel de photoethnographie, Paris, Téraèdre.

5  Interview d’A. Jarrigeon par S. Kahn, op. cit.

6  La densité de population du quartier est faible, bien qu’en hausse.

7  Portail culture de la ville de Lyon, page consacrée au quartier de Gerland. http://www.culture.lyon.fr/culture/sections/fr/menu_droit/la_mairie_et_la_culture/charte_cooperation_culturelle/culture_quartiers/quartier_de_gerland/, consulté le 26/10/2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Anne Jarrigeon, Gerland. État de lieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 octobre 2012, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9656

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page