Navigation – Plan du site

Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques

Patrick Cotelette
Essai sur le don
Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 2012, 241 p., 1ère éd. 1925, ISBN : 978-2-13-060670-3.
Haut de page

Texte intégral

1Grâce au travail de Florence Weber et aux éditions PUF, les ouvrages de Marcel Mauss, le plus connu des anthropologues français avec Claude Lévi-Strauss et Françoise Héritier, sont désormais réédités dans une nouvelle collection intitulée « Série Mauss ». Le sixième ouvrage de cette série est le classique Essai sur le don, livre le plus connu de Marcel Mauss avec Sociologie et anthropologie.

  • 1  Comme dans d’autres exemples, le jeu des déformations et des reprises tronquées au sein du champ s (...)
  • 2  Hubert & Mauss, Essai sur la nature et la fonction du sacrifice, 1899.
  • 3  Hubert & Mauss, Esquisse d’une théorie générale de la magie, 1903.
  • 4  Mauss, La prière, 1909.
  • 5  Pour paraphraser Claude Lévi-Strauss dans un ouvrage de 1983.

2Revenir sur l’Essai, 87 ans après sa première parution, c’est revenir sur l’anthropologie en train de naître à partir de la sociologie durkheimienne, sans séparer les deux comme avait pu le faire Claude Lévi-Strauss en fondant l’anthropologie structurale1. Marcel Mauss, neveu d’Emile Durkheim, avait commencé ses travaux en s’inspirant du postulat de son oncle : les faits sociaux étudiables sont surtout des institutions collectives, comme l’est par exemple le sacrifice2. Et, à la manière de son oncle dans Le Suicide, il s’est ensuite intéressé à la façon dont l’individu isolé peut aussi travailler avec et sur des phénomènes sociaux, comme dans le cas de la magie et de la relation particulière qu’elle constitue entre le magicien et l’envoûté3, ou comme dans le cas de la prière4. L’Essai sur le don constitue une nouvelle pierre à cet édifice intellectuel en partant d’un autre phénomène à la fois individuel et collectif : le don compris comme obligation de donner, de recevoir, puis de rendre le présent reçu. Mais, dans le même temps, il permet à Marcel Mauss d’étudier des « problèmes nouveaux » (p. 65) et de fonder pleinement l’analyse anthropologique. En s’intéressant au don, et donc à un comportement a priori non économique, il interroge les frontières des comportements économiques dans les sociétés modernes et de leur analyse par la science économique. Dit autrement, il s’agira, en décentrant le regard, en prenant un « regard éloigné »5, « d’expliquer historiquement nos propres sociétés » (page 173) par la comparaison de différentes cultures. Revenir sur cette naissance de l’anthropologie constitue le premier intérêt de cette réédition.

3Le deuxième intérêt de cette réédition tient au propos de Marcel Mauss lui-même. L’étudiant en sciences sociales a pour habitude d’apprendre l’opposition entre les comportements marchands, fondés sur une transaction d’un produit utile entre deux individus par le truchement d’une évaluation de la valeur du produit transféré, et les comportements non-marchands, fondés sur un transfert d’objets utiles ou inutiles entre deux groupes d’individus ou plus et sans qu’une « valeur » de l’objet soit nécessairement objectivée. Si cette distinction vient notamment des analyses de Marcel Mauss, la lecture de l’Essai sur le don permet d’aller plus loin. En effet, en analysant ce qu’il appelle « le système des prestations totales », à savoir le potlatch des sociétés indiennes du nord-ouest américain (à partir des travaux de Boas), la kula polynésienne et mélanésienne (à partir des écrits de Malinowski sur les îles Trobriand), le nexum du droit romain et le Gaben du droit germanique, Marcel Mauss entreprend moins de distinguer les comportements marchands des comportements non-marchands que de montrer à quel point ces différents comportements font partie d’un même continuum dont la fonction principale est de permettre la régulation sociale.

4D’un côté, le potlatch existe dans les sociétés où il n’y a pas encore de pouvoir centralisé et où différents chefs et leurs tribus rivalisent de pouvoir (comme l’atteste la célèbre note de la page 96), ce qui explique le risque constant du basculement dans la violence : chaque groupe dépend alors des autres parce qu’il est pris dans une obligation de donner (faire montre de munificence pour affirmer son statut social), dans l’obligation de recevoir (pour montrer que l’on accepte l’ordre établi) et dans l’obligation de rendre le présent reçu (pour montrer que l’on ne « perd pas la face » et que l’on est digne de faire partie de l’ordre établi) ; et ces obligations sont d’autant plus fortes que ce qui circule entre les tribus, c’est autant des objets inutiles et utiles que des éléments portant la marque de leur donateur initial et donc empreint de sa présence, comme pour souligner la solidarité qui lie les hommes entre eux. De l’autre côté, l’échange marchand existe dans les sociétés où le pouvoir est suffisamment centralisé et stabilisé pour permettre aux individus de « se satisfaire mutuellement des intérêts et […] les défendre sans avoir à recourir aux armes » (page 240) : chaque individu peut être alors considéré indépendamment du groupe auquel il appartient tout comme chaque objet peut être détaché de son propriétaire initial sans en porter la marque, ce qui rend possible des échanges fondés sur la seule appréciation de la « valeur » des choses, aidés en cela par l’émergence d’une monnaie (conçue comme intermédiaire des échanges et comme étalon de valeur) qui s’est elle-même détachée de ses détenteurs initiaux (voir à cette fin la précieuse note de la page 105).

5Entre ces deux extrêmes se dresse selon Mauss toute l’échelle des comportements d’échange des individus. Ceci explique que les sociétés anciennes peuvent être « regardées » comme des sociétés comportant de proto échanges marchands (comme le gimwali mélanésien). Ceci explique également que les sociétés contemporaines peuvent être considérées comme des sociétés comportant leur part d’échanges non marchands et potentiellement conflictuels. En atteste la « tournée » offerte dans un bar mais aussi le système de la protection sociale moderne où « le travailleur a donné sa vie et son labeur à la collectivité d’une part, à ses patrons d’autre part et […] ceux qui ont bénéficié de ses services ne sont pas quittes envers lui avec le paiement du salaire, et l’Etat lui-même, représentant la communauté, lui doit […] une certaine sécurité dans la vie, contre le chômage, contre la maladie, contre la vieillesse, la mort » (pages 216-217).

6Cette idée de continuum ne doit cependant pas être exagérée, comme le mentionne Mauss lui-même. En effet, « il serait bon de remettre au creuset » (page 225) tous les termes employés pour créer de l’unité entre les formes d’échange des différentes sociétés. Toute notion employée par un individu pour exprimer sa manière d’échanger « ne se présente pas [nécessairement] comme elle fonctionne dans notre esprit à nous » (page 229), le « nous » pouvant être in fine rapporté à toute communauté humaine. Sans répondre à toutes les interrogations posées par cette assertion, Mauss pousse ici à son maximum l’analyse comparative en remettant en question les catégories scientifiques employées pour décrire les situations sociales réelles, ce qu’on appellera après lui « l’ethnographie réflexive ». Relire l’Essai sur le don, c’est ainsi faire le pont entre la sociologie durkheimienne sur les « formes primitives de classification » et les apports les plus réflexifs de l’anthropologie moderne, tout en enfonçant en même temps un coin dans l’analyse économique qui ne tiendrait pas compte de la manière dont les individus perçoivent eux-mêmes leur situation d’échange.

7Pour toutes ces raisons, on ne peut que se plonger dans la lecture d’un « classique » des sciences sociales françaises. On doit cependant ajouter que les 87 années nous séparant de la parution de l’Essai rendent plus difficiles sa lecture. D’une argumentation complexe, parsemée de notes très précises sur les travaux à la pointe de l’ethnographie en 1925, l’Essai peut dérouter plus d’un lecteur. À ce titre, on ne peut que saluer la riche introduction de Florence Weber qui permet d’aborder plus sereinement cet ouvrage en détaillant sa rédaction et son argumentation et en le replaçant au cœur des débats qu’il a suscités depuis sa parution.

Haut de page

Notes

1  Comme dans d’autres exemples, le jeu des déformations et des reprises tronquées au sein du champ scientifique avait à l’époque joué pleinement. Voir Mucchielli, Mythes et histoire des sciences humaines, 2004.

2  Hubert & Mauss, Essai sur la nature et la fonction du sacrifice, 1899.

3  Hubert & Mauss, Esquisse d’une théorie générale de la magie, 1903.

4  Mauss, La prière, 1909.

5  Pour paraphraser Claude Lévi-Strauss dans un ouvrage de 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », Lectures [En ligne], Les rééditions, 2012, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9657

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page