Navigation – Plan du site

Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale

Doris Buu-Sao
La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale
Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 223 p., ISBN : 978-2-7071-7439-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean-François Bayard, Mbembe Mbembe, Toubalor Comi (dir.) Le politique par le bas en Afrique noire(...)

1Avec La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Béatrice Hibou poursuit ses recherches sur les technologies néolibérales d’exercice du pouvoir. Fidèle à la démarche du « politique par le bas »1, l’auteure souligne dès l’introduction l’emprise de la bureaucratisation sur l’intégralité de la vie sociale, faisant commencer son ouvrage par le récit d’une journée d’Alice, infirmière, « au pays des merveilles bureaucratiques ». Les multiples questionnaires à remplir qui rythment son quotidien professionnel, ses échanges absurdes avec un conseiller de télécommunication par internet, les déboires de son frère face aux démarches contradictoires demandées par Pôle emploi sont autant de scènes suggérant l’étendue sans limite du fait bureaucratique. Tout en s’appuyant sur des exemples tirés du quotidien à la « banalité » assumée, qui mettent en évidence la généralisation et la matérialisation de la bureaucratisation, l’auteure mobilise une littérature portant sur des domaines aussi divers que l’administration publique, la quantification, les relations de travail, la criminalité économique ou encore l’humanitaire. Trois fils analytiques, tirés tout au long des cinq chapitres qui structurent l’ouvrage, permettent d’envisager la bureaucratisation au prisme de sa « signification gouvernementale » (p. 22) et non à partir d’une définition préalable : la question de l’hybridation entre « public » et « privé », la logique de l’imaginaire dans la bureaucratisation, et son fonctionnement « par le bas ».

  • 2  Béatrice Hibou, « Retrait ou redéploiement de l’Etat ? », Critique internationale, 1998, no 1 ; Bé (...)

2À partir des analyses de Max Weber, Michel Foucault et Karl Polanyi, l’auteure rappelle que la bureaucratie est loin d’être spécifique à l’appareil administratif d’Etat. La bureaucratisation renvoie au contraire à un ensemble de pratiques issues du marché et de l’entreprise, nées de la recherche de rationalisation de la production, qui se sont par la suite diffusées à l’ensemble de la société, investissant notre quotidien en tant que professionnels, usagers, consommateurs, citoyens. L’hybridation entre « public » et « privé » est ainsi un élément distinctif de la bureaucratisation néolibérale, permettant de penser son effectivité en tant que mode de gouvernement. La notion de « décharge », empruntée à Weber et mobilisée dans ses travaux sur la privatisation des Etats2, est ici retravaillée pour penser les multiples manières par lesquelles la bureaucratisation brouille les frontières entre « public » et « privé ». Le gouvernement néolibéral par des normes privées s’exprime dans l’envahissement de tous les métiers (y compris les missions dites de « service public » comme les secteurs de la santé ou de la recherche) par les normes managériales ; dans la généralisation du partenariat public-privé ainsi que dans les principes du « New Public Management » ; ou encore dans la place centrale qu’ont acquise certaines normes privées (comme les normes ISO ou et IFRS) aux yeux des Etats, qui les coproduisent. La bureaucratisation apparaît ainsi comme une « modalité centrale de l’art néolibéral de gouverner », dans une perspective qui permet d’envisager le pouvoir comme s’exerçant au-delà des frontières entre le « public » et le « privé » et reposant sur l’adhésion « volontaire » des sujets à des normes qui n’ont pas la valeur contraignante de la loi.

3L’imaginaire est également constitutif de cette bureaucratisation lue comme « un travail d’abstraction qui entend faire entrer la réalité complexe dans des catégories, des normes, des règles générales et formelles issues d’une pensée qui rationalise la société et le gouvernement des biens, des hommes et des territoires à partir du marché et de l’entreprise » (p. 37). Le codage de la réalité en catégories, la mise en chiffres de processus sociaux, la segmentation des activités sociales sont autant d’opérations d’abstraction qui, diffusées hors du domaine où elles ont pris corps, « convoient avec elles des conceptualisations, des stratégies, des façons de penser et de problématiser qui façonnent la compréhension des situations et les pratiques elles-mêmes » (p. 41). Ainsi la fiction bureaucratique est-elle comprise, avec Paul Veyne et Cornelius Castoriadis, comme un imaginaire instituant la société. L’attention est désormais focalisée sur le respect des procédures, et non plus sur les résultats théoriquement attendus. Les demandes de visa, la pauvreté ou la question humanitaire sont « gérées » par toute une chaîne d’indicateurs, de standards et de procédures, autant de « techniques neutres qui euphémisent la complexité politique et sociale de la pauvreté et perpétuent les rapports de domination qui sont à la base de son acceptation » (p. 134). En tant que productrice d’indifférence, par le jeu de la distanciation et de l’invisibilisation de certains aspects de la vie en société, en jouant également sur les appels répétés à la responsabilité individuelle, la bureaucratisation est ainsi une forme de domination aux modalités renouvelées.

4Pour autant, l’analyse de la bureaucratisation « par le bas » implique d’éviter les lectures intentionnalistes de celle-ci comme d’un « grand projet politique » dont le fonctionnement serait fixé par avance. Bien au contraire, il s’agit de comprendre l’effectivité des pratiques bureaucratiques au travers des logiques individuelles, des expériences qui en sont faites, des rapports de force qui les font advenir. La bureaucratisation ne se réalise pleinement qu’en prenant appui sur des attentes individuelles (en termes de sécurité, de justice, d’égalité, de transparence, de quiétude etc.) certes passées au filtre du langage dominant, mais également sur des intérêts personnels et catégoriels. La notion wébérienne de « constellations d’intérêts » permet ici de penser la « participation bureaucratique » non pas comme une adhésion définitive, mais comme la rencontre contingente de logiques d’action diverses et de compréhensions hétérogènes. L’indétermination sociale de la bureaucratisation comme mode de gouvernement se manifeste dans les actes de résistance individuelle ou dans l’action collective mais aussi, plus généralement, dans le jeu avec l’informalité et l’illicite qui est le fait de l’ensemble des acteurs sociaux : la perspective « par le bas » n’oppose pas des élites dominantes à des subalternes qui manieraient les arts quotidiens de la résistance, mais s’intéresse à la manière dont tous les acteurs sont sujets des mécanismes analysés. Les « faux chiffres » produits par certaines comptabilités nationales et la contrefaçon font ainsi apparaître la marge de manœuvre créée par la formalisation bureaucratique, dans la mesure où celle-ci produit des informalités qui sont autant de transgressions et d’arrangements quotidiens sans lesquels les normes ne pourraient fonctionner, eux-mêmes producteurs de nouvelles règles et procédures. La bureaucratisation se présente ainsi comme un espace d’« énonciation du politique » dans lequel se jouent des relations de domination mais également des rapports de force permanents.

5La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale est finalement un essai profondément ancré dans le quotidien, un quotidien traversé de rapports de force et investi de manière croissante par les logiques économiques. L’analyse ne se fonde pas sur une recherche spécifique, mais tire des fils communs à des domaines d’étude très variés des sciences sociales ; en cela, cette lecture de la bureaucratisation comme forme de pouvoir immanente au monde social devrait pouvoir enrichir la compréhension d’une multitude de terrains, par-delà les frontières géographiques et disciplinaires.

Haut de page

Notes

1  Jean-François Bayard, Mbembe Mbembe, Toubalor Comi (dir.) Le politique par le bas en Afrique noire. Paris, Karthala, 2008 ; Béatrice Hibou, Boris Samuel (dir.), « Macréconomie par le bas », numéro spécial de Politique africaine, 2011, n° 124.

2  Béatrice Hibou, « Retrait ou redéploiement de l’Etat ? », Critique internationale, 1998, no 1 ; Béatrice Hibou (dir.), La privatisation des Etats, Paris, Karthala, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doris Buu-Sao, « Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 19 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9684

Haut de page

Rédacteur

Doris Buu-Sao

Doctorante au CERI/IEP de Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page