Navigation – Plan du site

Nicholas Evans, Ces mots qui meurent. Les langues menacées et ce qu'elles ont à nous dire

Gérard Creux
Ces mots qui meurent
Nicholas Evans, Ces mots qui meurent. Les langues menacées et ce qu'elles ont à nous dire, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2012, 389 p., ISBN : 9782707168849.
Haut de page

Texte intégral

1Le linguiste australien Nicholas Evans s’est intéressé à la lente érosion, au niveau mondial, de la diversité linguistique. Si la disparition des langues n’est pas un phénomène nouveau dans l’histoire de l’humanité, ce qui inquiète l’auteur, c’est l’accélération du processus puisque environ tous les 15 jours le dernier locuteur d’une langue s’éteint.

2Son ouvrage commence par un prologue qui donne la tonalité du contenu. Il fait référence à la langue kayardild qui n’est parlée aujourd’hui que par 8 personnes âgées de plus 60 ans, sachant qu’ils n’ont jamais été plus que 150 locuteurs. D’ici quelques années, cette langue devrait disparaître et avec elle une certaine manière de voir et de se représenter le monde. En effet, l’auteur considère que chaque langue a une histoire parcourue par des chemins de pensée. Et ce qu’il cherche à montrer, c’est « ce qui parle à travers elles », car elles permettent d’ouvrir un champ des possibles en matière de langage, d’esprit et de culture. Le linguiste réfute ainsi l’idée de « l’innéisme simple », autrement dit, qu’un ensemble de catégories prédéterminées indépendantes du langage serait de fait dans notre esprit.

3Ainsi, pour appréhender le monde dans sa globalité, il faudrait comprendre toutes les langues pour cerner les différences façons de penser des individus. Elles ont leurs propres singularités et la traduction de la réalité sera en conséquence différente. Ainsi, on peut avancer que le travail de l’auteur repose sur l’hypothèse suivante : « chaque langue a une histoire différente à nous raconter » (p. 9) et « chaque langue offre sa gamme spécifique de réponses à certaines énigmes de l’existence humaine » (p. 13).

4En effet, l’information contenue dans chaque langue est comparable à celle du génome humain, à la différence que les langues peuvent périr sans laisser de trace dans le cas où il n’y a pas de système d’écriture, car sur les 6 000 parlées aujourd’hui seule une centaine a un support écrit. L’auteur fait ainsi remarquer que la culture orale, à un moment donné de l’histoire, ne repose plus que sur son dernier locuteur vivant, car à travers la langue, le langage mène une double vie : un « dehors » partager par la communauté des locuteurs et un « dedans » propre à l’individu qui doit l’assimiler et le transmettre.

5Il interroge ce qu’il est possible de faire pour tenter de la conserver et de la transmettre de nouveau, car une langue qui pourrait décrire tous les aspects du monde n’est pas possible, mais chacune participe à une compréhension plus globale. Malgré les progrès scientifiques réalisés dans le champ de la connaissance linguistique notamment par le biais des outils techniques (enregistrement audio ou vidéo), selon Nicholas Evans, ce n’est pas suffisant pour recueillir ce que contient le cerveau d’un locuteur. Au-delà de cet aspect pratique encore faut-il que la « qualité des questions posées par les chercheurs » soit à la hauteur de cet enjeu conservatoire. Car comment rendre compte d’une langue structurée différemment de celui qui est chargé de la sauvegarder dès lors qu’il est n’est guère possible d’analyser la manière dont les locuteurs ont structuré leur pensée ? Il note, en effet, que « le processus d’apprentissage linguistique est parallèle à la construction d’un univers de pensée spécifique et de la trame omniprésente de pratiques culturelles intégrées qui l’accompagne ».

6Selon l’auteur, la survie d’une langue dépend du nombre de ceux qui la parlent. Ainsi pour pouvoir être définie « hors de danger » une langue doit être parlée par au moins un million de locuteurs. En plus de ses dimensions subsistent plusieurs difficultés, dont une qui marque un intérêt sociologique. Il note que les progrès technologiques qui favorisent la pénétration des médias et des grandes langues internationales jusque dans les villages les plus reculés auront tendance à accélérer encore plus la « transition linguistique ». Par ailleurs, il semble que les langues traditionnelles sont régulièrement considérées par les partisans du monolinguisme comme étant un obstacle au développement économique. Cependant, à partir d’exemples (le catalan à Barcelone ou le miskito au Nicaragua), Nicholas Evans montre que le développement économique n’est pas incompatible avec la pluralité linguistique. Subsiste également la croyance que les êtres humains sont fondamentalement monolinguistes. Malgré les études démontrant que le multilinguisme a des bénéfices cognitifs, elles sont ignorées du débat public et des politiques. Pour l’heure, le linguiste pense qu’il est particulièrement difficile d’estimer le nombre de langues en danger. Mais selon lui, leur subsistance dépendra, pour les petites communautés linguistiques, du contrôle de leur avenir.

7Cet ouvrage est riche et particulièrement dense. Riche au regard de la réflexion apportée sur la disparation des langues et de ses conséquences sur la manière dont on peut analyser le monde, et dense au regard du travail de terrain réalisé et des exemples qui illustrent sa démonstration. Par ailleurs, l’auteur ne fait pas que décrire « froidement » l’enjeu des connaissances linguistiques, il se pose aussi, comme nous pourrions l’appeler, en « conservateur des langues » en en défendant l’intérêt anthropologique et culturel. Car comme il le fait remarquer, certaines langues sont « tellement singulières qu’une seule d’entre elles détient parfois la clé d’une énigme qui se présente à l’humanité ».

8Plus globalement, au-delà de la mise en avant les spécificités des langues et de leur capacité à définir le monde, ce livre s’inscrit, à notre sens, dans le registre du débat « nature et culture » et pourra largement servir à la construction d’un cours d’introduction aux sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Nicholas Evans, Ces mots qui meurent. Les langues menacées et ce qu'elles ont à nous dire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9695

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie. Attaché de recherche à l'IRTS de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page