Navigation – Plan du site

Marie-Jo Thiel, André Clavert (dir.), Semences de vie. 30 ans d'expérience en assistance médicale à la procréation

Maya Paltineau
Semences de vie
Marie-Jo Thiel, André Clavert (dir.), Semences de vie. 30 ans d'expérience en assistance médicale à la procréation, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Chemins d'éthique », 2011, 192 p., ISBN : 978-2-86820-469-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Centre d'Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme, créé en 1978 par André Clavert, et intég (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par le médecin biologiste André Clavert et la professeure d’éthique et de théologie Marie-Jo Thiel, retrace l’histoire du Centre d’Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme humains (CECOS), Alsace1, et propose une réflexion sur les nouvelles techniques de reproduction humaine. Il donne la parole à des experts de nombreuses disciplines scientifiques (sociologie, psychologie, philosophie, médecine, théologie, pharmacie, droit, et biologie), ainsi qu’à des usagers de l’aide médicale à la procréation (AMP). Outre des passages passionnants sur la création du CECOS et ses dynamiques internes, ce livre adopte un regard original sur les techniques d’AMP, et y apporte un éclairage nouveau : les auteurs ont choisi d’aborder les problématiques du don de sperme et du don d’embryons pour discuter plusieurs questions d’ordre éthique, social et juridique.

2Les premiers chapitres sont consacrés au statut du sperme dans différentes sociétés, d’un point de vue social et théologique. La contribution de l’archevêque de Strasbourg à cet ouvrage collectif rappelle d’ailleurs que le Magistère de l’Eglise Catholique considère comme moralement illicite la substitution de la fécondation charnelle par la technique. Cette volonté d’intégrer des réflexions morales en termes de groupes sociaux, ethniques, philosophiques et religieux, est une des originalités de cet ouvrage.

3Dans la suite des contributions, est présentée une enquête par questionnaire, effectuée chaque année par courrier auprès des donneurs du CECOS-Alsace sur les pratiques d’autoconservation du sperme qui nous aide à comprendre les représentations du sperme congelé, et le fait que celui-ci soit très peu utilisé et généralement abandonné dans les CECOS. En effet, les hommes pratiquent souvent l’autoconservation de sperme dans un contexte de maladie imminente, mais n’utilisent réellement leurs paillettes cryoconservées que dans une infime proportion des cas. Une grande majorité des hommes concernés ne se prononce d’ailleurs pas sur le stockage de leur sperme, et l’abandonne pour ainsi dire au CECOS, qui doit le garder sans limitation de durée, faute de législation sur sa durée conservation. Ils préfèrent souvent ne pas donner suite aux relances du CECOS, comme si le sperme donné ne faisait plus partie de leur corps, ni de leur vie actuelle. On constate un certain déni, et une volonté d’oublier ce don. Malgré tout, ils ne veulent pas détruire les paillettes, ce qui implique selon les auteurs une volonté de garder la possibilité de procréer, de prolonger leur existence. Ce paradoxe montre que l’homme a besoin de se rassurer sur sa possibilité de se reproduire, mais qu’il ne veut pas intégrer les paillettes de son sperme à son existence moi social.

4Dans un deuxième temps, les auteurs présentent les résultats de leurs entretiens avec des couples ayant donné ou reçu un embryon. En étudiant les pratiques autour des embryons surnuméraires cryoconservés, on aborde la question de l’appartenance des embryons, de leur représentation sociale, et du positionnement éthique qui en découle. En effet, beaucoup considèrent que l’embryon est déjà un être humain, et d’autres qu’il n’est qu’un amas de cellules. Cette ambiguïté soulève de nombreux questionnements lorsqu’on fait un don d’embryon : s’agit-il d’un don d’enfant, ou d’un don de cellules ? Les parents qui ont des embryons surnuméraires peuvent aussi faire le choix de détruire les embryons qu’ils n’utiliseront plus ; les mêmes questions se posent dans ces cas-là, à savoir s’ils renoncent à un amas de cellules ou à des êtres humains. Enfin, les parents qui reçoivent un embryon se voient confrontés aux mêmes questionnements éthiques, car ils reçoivent un embryon déjà formé, qu’ils ont parfois du mal à considérer comme de simples cellules reproductives.

5D’un point de vue éthique, cet ouvrage aborde certaines questions qui ont été beaucoup débattues, comme celles de la responsabilité humaine, du risque, du pouvoir de l’homme sur sa vie et celle d’autrui, et de la régulation de ce pouvoir. Il rappelle également que la technique avance plus vite que l’éthique, et qu’il subsiste encore de nombreuses questions ouvertes. Il souligne l’importance des comités éthiques et de la réflexion continue sur ces questions pour ne pas se laisser dépasser pas les possibilités techniques qui s’offrent à nous aujourd’hui, et celles qui apparaîtront dans les années à venir. Pour compléter cette réflexion, un des chapitres propose une approche extrêmement intéressante sur les logiques du don dans l’AMP. Cette analyse maussienne pose la question de la dette, et ouvre le débat à une autre perspective. Les acteurs concernés sont les personnes qui font un don (de sperme, d’ovocytes, ou d’embryons), et les parents receveurs, ainsi que les enfants nés de ces dons. La question de la dette envers ceux qui contribuent à la naissance d’un enfant prend une dimension globale, éthique, et philosophique.

6Ce livre aborde par ailleurs de nombreuses transformations sociales induites par un accès libre et banalisé aux techniques médicales de reproduction. Ces pratiques de don du sperme, d’autoconservation de celui-ci, de don d’embryons, interrogent notamment sur la place du père, et la façon dont la paternité s’effectue. Les auteurs critiquent le terme de « père biologique », et incitent à réfléchir sur l’expression « parents biologiques », pour démêler les représentations autour de concepts de « vrais parents » ou de « parents biologiques ». Cet ouvrage permet de s’interroger sur l’évolution sociétale sous-jacente à cette médicalisation très prégnante de la procréation. « Les codes de filiation habituels sont bouleversés, de nouvelles configurations parentales forgent des cadres nouveaux de pensée de la parenté » (p. 153).

7Enfin, cet ouvrage propose une réflexion juridique, implicite aux questions des nouvelles techniques de reproduction. Même si ces thèmes ont déjà abordé ailleurs, l’approche des auteurs est pragmatique et bien articulée. Ils mettent notamment l’accent sur le manque de statut social de géniteur, et sur la nature juridique indéfinie du sperme. Ce sont deux lacunes du droit qui sont souvent responsables de déséquilibres dans différentes situations.

8Un autre point juridique sur lequel les auteurs proposent de s’attarder est la question de l’anonymat du don (de sperme, d’ovocytes, et d’embryons). L’anonymat du don est une question délicate, à laquelle les auteurs proposent de réfléchir sérieusement. S’il est protégé par la loi, l’anonymat a toujours fait l’objet d’un vif débat, et les auteurs souhaitent instiguer une réflexion autour de sa levée, pour consacrer un droit aux origines. Ils proposent par exemple d’ouvrir le champ de réflexion français aux législations d’autres pays européens. Cette mise en perspective permettrait in fine de concevoir un système dans lequel l’accès aux origines et la mise en relation entre les enfants d’un même donneur seraient possibles.

9Pour conclure, les auteurs se prononcent en faveur d’un « assouplissement de la loi en faveur d’un pragmatisme et d’une attention aux situations particulières » (p. 154), et comptent sur une nouvelle génération de chercheurs pour poursuivre l’aventure à laquelle le CECOS a largement contribué jusqu’à maintenant.

Haut de page

Notes

1  Centre d'Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme, créé en 1978 par André Clavert, et intégré dans un ensemble de CECOS dont le premier s’est installé au Kremlin-Bicêtre, présidé par Robert Debré et Georges David.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maya Paltineau, « Marie-Jo Thiel, André Clavert (dir.), Semences de vie. 30 ans d'expérience en assistance médicale à la procréation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9696

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page