Navigation – Plan du site
La Cité du travail

La Cité du travail

La gauche et la crise du fordisme
Auteur : Bruno Trentin
Traducteur : Jérôme Nicolas
Préfacier : Jacques Delors, Alain Supiot
Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Fayard, coll. « Poids et mesures du monde », 2012, 444 p., ISBN : 978-2-213-66866-6.
Notice publiée le 02 novembre 2012

Présentation de l'éditeur

Quelles sont les raisons profondes de l'incapacité de la Gauche européenne à proposer une alternative crédible à l'ultralibéralisme ? Pourquoi semble-t-elle condamnée à « accompagner » sur le mode compassionnel la dégradation des conditions de vie et de travail engendrées par la globalisation ? Ou bien à chercher refuge dans des postures pseudo-révolutionnaires oublieuses de la faillite du communisme réel ? Ces interrogations sont au cour de La Cité du travail, maître livre du grand intellectuel et syndicaliste Bruno Trentin (1926-2007).
L'influence hégémonique exercée par le fordisme, le taylorisme - c'est-à-dire l'organisation scientifique du travail - sur la manière dont la Gauche a conçu le progrès permet de comprendre les impasses où elle s'enferre aujourd'hui : sa croyance dans l'autonomie du politique et la priorité qu'elle accorde à la conquête du pouvoir ; son indifférence à la question du travail ; sa soumission aux impératifs de la gouvernabilité ; et ses pratiques néocorporatistes.
C'est donc l'identité même de la Gauche politique et syndicale que Trentin nous invite à repenser. Publié d'abord en italien en 1997, ce livre érudit est aussi une histoire de la conception du travail par la Gauche. Traduit de l'italien par la Fondation di Vittorio Coll. « Poids et mesures du monde » dirigée par Alain Supiot de l'Institut d'Études avancées de Nantes.

Haut de page

Auteurs

Bruno Trentin

Bruno Trentin (1926-2007) est le fils d’un résistant italien réfugié en France. Adhérent à la Confédération nationale du travail dès 1949, il entre au Parti communiste italien en 1950. Il est membre du comité central et conseiller municipal de Rome de 1960 à 1973 (étiquette communiste) tout en étant député de 1962 à 1972. Le 29 novembre 1988, il est élu secrétaire national de la Cgil, poste qu’il conserve jusqu’en 1994. Ce dirigeant syndical et communiste a profondément marqué la gauche italienne.

Jérôme Nicolas (Traducteur)

Jacques Delors (Préfacier)

Alain Supiot (Préfacier)

Publications du même auteur

Haut de page