Navigation – Plan du site

Jean-François Bayart, Les études postcoloniales, un carnaval académique

Julien Beaugé
Les études postcoloniales, un carnaval académique
Jean-François Bayart, Les études postcoloniales, un carnaval académique, Karthala, coll. « Disputatio », 2010, 126 p., EAN : 9782811103231.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre très stimulant est une réponse, agacée, de Jean-François Bayart à la mode des études postcoloniales et à la manière dont elles sont importées en France. Les tenants de ce courant historiographique voient « dans la "situation coloniale" et dans sa reproduction l'origine et la cause des rapports sociaux contemporains, qu'ils soient de classe, de genre ou d'appartenance communautaire, tant dans les anciennes colonies que dans les anciennes métropoles » (p. 8). Si ce courant n'est pas bien reçu dans le champ académique français, ce n'est pas, comme le montre l'auteur, en raison d'une indifférence ou d'une réticence à questionner les périodes coloniales et post-coloniales. Ce courant puise en effet nombre de ses références théoriques et de ses précédents en France (Sartre, Fanon, Foucault, Bourdieu...), même si l'originalité des postcolonial studies est « d'avoir fait le lien entre la critique du colonialisme et celle d'autres formes de domination » (p. 22). La recherche sur la colonisation a par la suite continué en France mais « dans la discrétion de l'université et des laboratoires de recherche » (p. 26). Outre des raisons structurelles, la raison principale de cette importation manquée tient donc, selon Jean-François Bayart, au fait que ces études « sont contestables et conduisent l'étude du fait colonial ou postcolonial dans des impasses, au risque d'une vraie régression scientifique par rapport aux acquis de ces trente dernières années » (p. 43). L'auteur s'appuie sur le bilan critique de ces études, en France et ailleurs (cf. la bibliographie de 25 pages en fin d'ouvrage), pour étayer cette thèse et proposer une « nouvelle feuille de route » (p. 67) pour la recherche sur ces questions.

2Sur le plan de la méthode, d'abord, les postcolonial studies « s'occupent moins de pratiques [...] que de discours et de représentations à partir desquels elles dissertent voire extrapolent de manière souvent abusive » (p. 44). Quant au contenu des études ainsi produites, quatre critiques sont avancées. L'auteur pointe d'abord la tendance des études postcoloniales à réifier le fait colonial alors qu'on doit au contraire voir combien les empires coloniaux étaient des espaces divers, mobiles et conflictuels. Il reproche également aux études postcoloniales d'oublier l'historicité du fait colonial : prisonnières du narratif national, elles singularisent trop le moment colonial au lieu de le réinscrire dans l'étude plus générale des empires. En effet, alors, un empire succédait à un autre et l'Etat nation est né de l'empire et non l'inverse.

3Plus forte encore - et scandaleuse ! - est la critique suivante. Les études postcoloniales ont tendance à surestimer l'emprise de l'empire colonial car elles s'en tiennent généralement à l'étude des « noyaux durs de l'empire » (p. 74) au lieu de s'intéresser aussi à ses périphéries. Elles sous-estiment donc l'autonomie du social par rapport au politique. Or le moment colonial n'est qu'un moment dans l'histoire de sociétés que l'empire colonial, « empire au rabais » (Frederick Cooper), n'a pas complètement dominé et changé : « coercitif, son règne a été fugitif et incomplet » (p. 72). L'auteur peut alors justement épingler la contradiction interne aux subaltern studies: en tant que telles, elles devraient accorder la capacité d'être acteurs aux "subalternes", mais dans leurs manières (engagées et parfois anachroniques) de raconter l'histoire, elles les réduisent à subir la colonisation ou à se rebeller. Avec Romain Bertrand, il faut au contraire « admettre que l'institution de l'Etat colonial procède en partie de l'action autonome des colonisés et de l'historicité des sociétés occupées, indépendamment de l'action, du projet et du "savoir-pouvoir" du colonisateur » (p. 56) - si l'on veut bien accepter que l'agency ne se réduit pas à la réaction et que toute domination doit reposer sur un certain consentement des groupes dominés. On comprend ainsi mieux l'invitation à étudier les « langages tiers » (p. 79) qui, comme la paideia dans l'hellénisme, l'adab dans l'empire ottoman ou la « civilisation » dans l'empire colonial français, peuvent faire comprendre comment, après ou à côté de la violence, l'empire peut être consenti par les populations conquises.

4Enfin, les études postcoloniales se voient reprocher de postuler le legs colonial au lieu de le démontrer : « Elles postulent une reproduction mécanique, univoque et surdéterminante du colonial. [...] Rien ne nous est dit, par le truchement de l' "histoire effective" [...], des conditions de l'éventuelle transmission de cet héritage » (p. 58). Pire, Jean-François Bayart nous invite à interroger les effets de reproduction de l' « hégémonie coloniale » (p. 66) que portent les postcolonial studies, en particulier des catégories identitaires qui s'y sont forgées. On comprend ainsi mieux le titre du livre : en véhiculant ces catégories mais en les inversant, « les postcolonial studies apparaissent sous le visage d'un grand Carnaval académique, un moment de défoulement » (p. 67).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Beaugé, « Jean-François Bayart, Les études postcoloniales, un carnaval académique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/972

Haut de page

Rédacteur

Julien Beaugé

ATER au CURAPP (Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique, Epistémologie et Sciences Sociales - CNRS UMR 6054)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page