Navigation – Plan du site

Cette France-là, Sans-papiers et préfets. La culture du résultat en portraits

Mathilde Pette
Sans-papiers et préfets
Cette France-là, Sans-papiers et préfets. La culture du résultat en portraits, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, 159 p., ISBN : 9782707173300.
Haut de page

Texte intégral

1Cinquante-quatre portraits, quatorze préfets et quarante étrangers sans-papiers. Mis côte à côte et entremêlés, préfets et étrangers sans-papiers apparaissent ici comme les deux faces d'une même pièce : celle de la politique migratoire et de la gestion du séjour des étrangers en France.

  • 1  Application de gestion des dossiers des ressortissants étrangers en France. Mis en place en 1993, (...)

2L'objectif des auteurs de l'ouvrage, réunis au sein de l'association Cette France-là, est de permettre l'identification de ces deux types d'acteurs. Les enjeux d'identification sont centraux dans la politique migratoire ainsi que dans le mode de traitement des dossiers administratifs des étrangers : chaque étranger se voit attribuer un numéro d'étranger AGDREF1 et les demandes de titres de séjour ou d'asile sont étudiées individuellement les unes des autres. Les étrangers, qu'ils soient sans-papiers ou non, font de ce fait l'objet d'une politique dite « au cas par cas ». Ils sont également soumis à un impératif d'identification : ils font l'objet de nombreux contrôles d'identité, sont fichés et doivent rendre compte de leur parcours personnel lors de chaque démarche administrative. À l'inverse, dans les discours politiques, médiatiques ainsi que militants, l'État et l'administration sont quant à eux évoqués de manière impersonnelle. Les préfets sont rarement présentés ou interpellés nominativement et les décisions sont considérées comme le fait de « la Préfecture ». Si les préfets sont connus, le plus souvent au niveau local, leur biographie et leur intimité restent dans l'ombre. Étrangers et sans-papiers entretiennent donc un rapport différent à l'identification : alors que la bureaucratie est désincarnée, la vie privée des sans-papiers est disséquée à chaque étape de leur parcours en France. Ce livre se propose donc d'identifier et de présenter nominativement non seulement des étrangers sans-papiers mais aussi des acteurs qui font l'État et l'administration et assurent l'application des politiques migratoires.

  • 2  Cette France-là 06-05-2007 / 30-06-2008 (2009), vol.1, Paris, La Découverte et Cette France-là 01- (...)

3Cette entreprise de recherche s'inscrit dans la perspective des publications précédentes du même collectif2: étudier la politique migratoire non seulement à travers les discours politiques et médiatiques et les modifications législatives mais aussi à travers les acteurs engagés dans cette politique migratoire, qu'ils le soient volontairement de par leurs positions au sein de l'administration (ici, les préfets) ou malgré eux (ici, les étrangers). En identifiant ces deux types d'acteurs, il s'agit pour les auteurs de rendre compte du pouvoir individualisant des politiques publiques en matière d'immigration et de le détourner pour l'appliquer tant aux étrangers qu'aux préfets.

  • 3  Michel Foucault (1981), « Omnes et singulatim : vers une critique de la raison politique », texte (...)
  • 4  Lire à ce sujet Philippe Büttgen (2007), « Théologie politique et pouvoir pastoral », Annales. His (...)
  • 5  Michel Foucault souligne également deux autres caractéristiques du pouvoir pastoral : il s'exerce (...)

4C'est ici le pouvoir pastoral, tel que défini par Michel Foucault3, qui est mobilisé par les auteurs pour rendre compte de leur démarche. Envisagé comme une forme de pouvoir singulier caractéristique des IIIe et IVe siècles et qui serait l'ancêtre de l'État et des gouvernementalités modernes4, le pouvoir pastoral se caractérise notamment par son pouvoir "individualisant"5. Chacun est envisagé ici dans son individualité, "un par un": c'est sur ce point qu'insiste la formule latine omnes et singulatim selon laquelle tous (omnes) n'est perceptible qu'en considérant chaque membre individuellement les uns des autres (singulatim). Appliqué à un mode de gouvernementalité, cela consiste à considérer l'individualité du sujet pour décider du mode d'application des législations et prendre des décisions le concernant. C'est le cas dans le cadre de la politique migratoire, tout comme dans les politiques sociales : la logique du « cas par cas » prévaut dans la gestion des populations.

  • 6  On pense notamment à l'ouvrage de Mamady Sané (1996), Sorti de l'ombre. Journal d'un sans-papiers,(...)
  • 7  On pense ici aux recherches de Sylvain Laurens (2009), Une politisation feutrée. Les hauts fonctio (...)

5La lecture croisée des portraits de préfets et d'étrangers sans-papiers exposés dans le présent ouvrage permet de saisir dans quelle mesure le face à face de ces deux types d'acteurs s'établit dans une relation de domination : alors que les premiers détiennent le pouvoir, notamment celui d'appliquer les législations en matière d'immigration, les seconds sont dépourvus de droit à rester sur le territoire français et par conséquent de possibilité d'agir librement et de déterminer leur propre avenir. En présentant individuellement des étrangers sans-papiers et des préfets, et en retraçant leurs trajectoires personnelles et professionnelles, ce livre permet aussi de saisir en creux le décalage entre ceux qui décident et ceux qui sont décidés. L'apport central de ce livre se situe très certainement dans les portraits des préfets, tant les données biographiques sont rares concernant ces acteurs. Alors que les témoignages se multiplient en ce qui concerne les sans-papiers6, les travaux restent rares sur l'autre bout de la chaîne7.

  • 8  Lire à ce sujet Alexis Spire (2005), Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en Fr (...)
  • 9  Mathilde Pette (2012), S'engager pour les étrangers. Les associations et les militants de la cause (...)

6Ces portraits mis côte à côte évoquent aussi, en creux, les acteurs qui sont les intermédiaires entre préfets et sans-papiers. En effet, entre ces deux types d'acteurs qui ne se rencontrent pas, d'autres assurent quotidiennement la mise en œuvre de la politique migratoire et font le trait d'union entre l'administration et les étrangers. Les travaux qui leur sont consacrés permettent de saisir comment les décisions officielles émanant des préfets s'appliquent et atteignent les étrangers. On pense ici à la fois aux agents des guichets de l'immigration8 et aux militants des associations d'accueil et de défense des étrangers9. L'observation du travail militant montre par exemple comment les logiques d'individualisation du traitement des dossiers des étrangers au sein des administrations compétentes transforment les pratiques militantes : ces dernières sont davantage juridicisées, individualisées et formalisées. On peut regretter dans le présent ouvrage l'absence d'analyse de ces acteurs intermédiaires qui permettent de compléter l'analyse entamée ici à travers les portraits de sans-papiers et de préfets.

Haut de page

Notes

1  Application de gestion des dossiers des ressortissants étrangers en France. Mis en place en 1993, ce fichier comporte à la fois des informations des fichiers préfectoraux et du ministère de l’Intérieur : l’état civil de la personne, ses coordonnées, sa situation familiale, sa profession, sa date d'entrée en France et l’historique de sa situation administrative.

2  Cette France-là 06-05-2007 / 30-06-2008 (2009), vol.1, Paris, La Découverte et Cette France-là 01-07-2008 / 30-06-2009 (2010), vol.2, Paris, La Découverte.

3  Michel Foucault (1981), « Omnes et singulatim : vers une critique de la raison politique », texte 291, Dits et écrits, dir, Daniel Defert et François Ewald, vol.4, 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 134-161, p. 136-138.

4  Lire à ce sujet Philippe Büttgen (2007), « Théologie politique et pouvoir pastoral », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol.62, n° 5, p. 1129-1154.

5  Michel Foucault souligne également deux autres caractéristiques du pouvoir pastoral : il s'exerce davantage à une multiplicité d'acteurs qu'à un territoire donné (ce point rejoint le constat du pouvoir individualisant) et a pour objectif de prendre soin des personnes qui lui sont confiés. Sur ce dernier point, les orientations données à la politique migratoire vers une gestion, un contrôle et une répression accrue des populations immigrées semble à l'inverse bien éloignées de l'idée de soin et de salut envisagée par Michel Foucault quand il évoque le pouvoir pastoral.

6  On pense notamment à l'ouvrage de Mamady Sané (1996), Sorti de l'ombre. Journal d'un sans-papiers, Paris, Le Temps des Cerises ; à celui d'Ababacar Diop (1997), Dans la peau d'un sans-papiers, Paris, Seuil ; au recueil de Bénédicte Goussault (1999), Paroles de sans-papiers, Paris, Les Editions de l'Atelier regroupant les témoignages de trente étrangers en situation irrégulière ; au livre de Madjiguène Cissé (1999) Parole de sans-papiers, Paris, Editions La Dispute, ou encore à la bande dessinée Paroles sans-papiers, témoignages (2007), Delcourt G. Productions.

7  On pense ici aux recherches de Sylvain Laurens (2009), Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, Paris, Belin ; à celles de Marc Bernardot (2008), Loger les immigrés. La Sonacotra 1956-2006, Paris, Éditions du Croquant concernant la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs et à la thèse de science politique de Gildas Tanguy (2009),Corps et âme de l'État. Socio-histoire de l'institution préfectorale (1880-1940), Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

8  Lire à ce sujet Alexis Spire (2005), Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris, Grasset ainsi qu'Alexis Spire (2008), Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir.

9  Mathilde Pette (2012), S'engager pour les étrangers. Les associations et les militants de la cause des étrangers dans le Nord de la France, thèse de doctorat de sociologie, Université Lille 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pette, « Cette France-là, Sans-papiers et préfets. La culture du résultat en portraits », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9744

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Pette

Doctorante en sociologie, CLERSE/Université Lille1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page