Navegación – Mapa del sitio

« Qui veut la peau de la recherche publique ? », Revue Mouvements, n° 71, automne 2012

Henri Louis Go
Qui veut la peau de la recherche publique ?
« Qui veut la peau de la recherche publique ? », Revue Mouvements, n° 71, automne 2012, 2012, Paris, La Découverte, ISBN : 9782707174529.
Inicio de página

Texto completo

1L'activité scientifique de recherche n'est pas indépendante des politiques menées. Au contraire, sur fond de stratégie de Lisbonne (depuis mars 2000), cette activité est aujourd'hui assujettie à « la prise en charge des questions d'organisation, de fonctionnement et de financement des administrations publiques » comme l'indique l'éditorial (p. 8) de la livraison n° 71 de la revue Mouvements, dossier de 184 pages coordonné par Jean Frances et Stéphane Le Lay. Ce volume comprend 11 contributions (pp.14-137) réparties en 2 thématiques : celle des transformations institutionnelles sur les activités de recherche (7 articles), et celle des conditions de travail des chercheurs (4 articles).

2La revue propose ensuite deux recensions (pp.140-150) dans sa rubrique « Livres » (sur Travailler dans le nucléaire et sur Recherche précarisée, recherche atomisée), et 2 intéressants articles critiques (pp.152-179) dans sa rubrique « Thèmes » (l'un sur les révoltes récentes en Argentine, l'autre sur le statut donné au cinéma par le Festival de Cannes).

3Depuis une quarantaine d'années s'est développée une approche technocratique de la recherche, avec une accélération considérable depuis une dizaine d'années, celle du New public management : maîtrise des dépenses, compétitivité, concurrence et « culture du résultat » (idéologie de l'expertise et de l'évaluation), bureaucratisation et financements par appels à projets (Hubert & Louvel, pp.14-24), contractualisation avec des « donneurs d'ordre » (Kustosz, pp.25-35, et Renaud, pp.66-79), redéploiement territorial des politiques de recherches, constitution de « pôles d'excellence » et les « LabEX » (dont Pélisse analyse un édifiant exemple pp.40-53). Ce dossier fait le point de manière éclairante sur les gestions de gauche comme de droite qui ont produit une transformation brutale du travail de recherche en l'aliénant aux dogmes de la Commission européenne visant à promouvoir un « capitalisme cognitif » (Bruno, pp.36-39).

4Le dossier interroge avec vigueur l'ensemble de la politique non seulement scientifique mais aussi de formation qui connaît de profondes évolutions, et propose une analyse du glissement de la fonction universitaire et des pratiques de recherche vers une inféodation au monde des entreprises et du marché, glissement qui entraîne une redéfinition du sens des thèses de doctorat en direction de l'employabilité du doctorant (Frances, pp.54-65). En effet, ce glissement s'est accompagné d'une forte précarisation des jeunes chercheurs, contre laquelle d'ailleurs s'est organisé en 2004 le mouvement « Sauvons la recherche », en marge de l'action syndicale classique (Cadiou & Franquemagne, pp.80-91).

5La difficulté à donner du sens au travail de recherche se fait de plus en plus sentir, et c'est sous cet angle que le dossier propose de réfléchir à une véritable « souffrance au travail » des universitaires qui sont conduits, du fait de l'accentuation de la concurrence, à « privilégier une suractivité de surface » (Lelay, pp.94-111). Ce malaise ne touche pas seulement les doctorants ou les chercheurs, il concerne aussi les personnels « support » (ingénieurs, techniciens, administratifs) dans certains secteurs de la recherche par la dégradation des conditions de travail et l'explosion des situations de précarité (Guibert, pp.112-116).

6L'individualisme auquel ces politiques de taylorisation (« produire des papiers de façon quasi industrielle », Guyon, p. 119) condamnent les chercheurs, les pousse dans le même temps à des pratiques d'autocontrôle stérilisant le débat critique et la coopération (Guyon, pp.117-127). La suractivité de surface du chercheur peut en outre l'inciter, sous la contrainte de rendement, à prendre le risque de pratiquer le plagiat, et la question d'une déontologie de la recherche se pose de plus en plus dans un tel contexte, rejoignant forcément la question de la formation des jeunes chercheurs (Darde, pp.128-137).

7Comme on le voit, la construction de ce numéro 71 de la revue Mouvements s'avère fort pertinente. Le dossier aborde les différents aspects du monde de la recherche (sciences exactes et sciences sociales, chercheurs confirmés et chercheurs débutants, différents personnels, contexte institutionnel et réalité pratique de l'exercice du métier). Il ne prend pas partie de façon simpliste pour une politique de gauche contre une politique de droite, mais tente au contraire de montrer comment tous les gouvernements entérinent, depuis plusieurs décennies, une nouvelle vision fordiste de la recherche scientifique. Les articles présentés soulèvent des questions cruciales qui contribuent à montrer les limites et les contradictions du modèle aujourd'hui dominant dans l'organisation de la recherche. Pour compléter la lecture de ce dossier, on consultera utilement le site de l'Université en débat où se déploie une critique de l'université marchandisée : http://www.univendebat.eu/​

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Henri Louis Go, « « Qui veut la peau de la recherche publique ? », Revue Mouvements, n° 71, automne 2012 », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 06 noviembre 2012, consultado el 16 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9755

Inicio de página

Redactor

Henri Louis Go

Docteur en philosophie et docteur en sciences de l'éducation, MCF en sciences de l'éducation à l'Université de Lorraine.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página