Navigation – Plan du site
Objets irremplaçables

Objets irremplaçables

Sandra Revolon, Maxence Bailly, Pierre Lemonnier (dir.), « Objets irremplaçables », Techniques & cultures, n° 58, 2012, 228 p., Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1512-9.
Notice publiée le 08 novembre 2012

Présentation de l'éditeur

Le Thema proposé s'inscrit dans le renouveau des études sur la culture matérielle qui consiste à prendre sérieusement en compte les dimensions physiques des objets et des techniques (conformément au programme précisé par Mauss il y a 75 ans, mais à peine mis en oeuvre). Il ne s'agit plus seulement d'étudier les contextes dans lesquels des objets acquièrent le statut d' " irremplaçables " et les conséquences de cette distinction pour les acteurs des sociétés que l'on étudie ou dont on reconstitue le mode de vie, mais d'essayer de comprendre quels aspects des objets en question sous-tendent ce statut.

SOMMAIRE

- Gil Bartholeyns, « Les biens non substituables dans l'Occident médiéval » ;

- Ludovic Coupaye, « Des images, des nœuds et des toiles : Pierres sacrées et ignames à Nyamikum (District de Maprik, East Sepik Province, Papouasie-Nouvelle-Guinée) » ;

- Jean-Paul Demoule, « Archéologie, art contemporain et recyclage des déchets » ;

- Sophie Desrosiers,  « Le textile comme art pérenne dans les Andes : Le caractère irremplaçable de certaines techniques de tissage actuelles pour comprendre le passé et le présent » ;

- Katerina Kerestetzi, « Comment faire du dieu-objet du palo monte un être irremplaçable (Cuba) » ;

- James Leach, "La mort du tambour. Choses uniques sur la Côte Rai de Papouasie-Nouvelle-Guinée";

- Denis Monnerie, « Objets cérémoniels, chaînes opératoires et élaboration des relations sociales (Arama et Hoot Ma Whaap, Kanaky Nouvelle-Calédonie, Mélanésie) » ;

- Laurent Olivier, « De quoi sont faits les objets irremplaçables des archéologues ? » ;

- Michael Rowlands, « De la mascarade au film vidéo : les médiateurs du démoniaque dans l’Afrique Centrale de l'Ouest » ;


- Bill Silar, « Les Illas et conopas des foyers andins. Des objets irremplaçables, un patrimoine vivant ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Afin de ne pas contrevenir à notre charte déontologique,  les textes de Philippe Rossini et Liza Baghioni (dans le Varia) ne sont pas évoqués dans la recension, la rédactrice appartenant au même laboratoire (IDEMEC).

Haut de page

Auteurs

Sandra Revolon (dir.)

est anthropologue, maître de conférences à l'Université d’Aix-Marseille. Depuis 1995, elle travaille chez les Owa de Aorigi, une petite île de l’est de l’archipel des Salomon, en Océanie, où elle a effectué un peu plus de deux ans de terrain. Elle est spécialisée en technologie culturelle, anthropologie des objets rituels et de l’art.

Maxence Bailly (dir.)

est maître de Conférences à l'Université de Provence depuis 2003,  membre du LAboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe-Afrique (LAMPEA – UMR 6636). Ses études portent sur la technologie culturelle des industries lithiques taillées de la fin du Néolithique et l'archéologie sociale de l’habitat néolithique.

Pierre Lemonnier (dir.)

Haut de page