Navigation – Plan du site

Anna-Sophie Springer (dir.), The subjective object

Pauline Vermeren
The Subjective Object
Anna-Sophie Springer (dir.), The Subjective Object, K Verlag, 2012, 142 p., ISBN : 978-0-9877949-1-8.
Haut de page

Texte intégral

1Comment les musées devraient-ils présenter les autres cultures ? Et comment les musées devraient-ils exposer la recherche ethnologique ? Dans le cadre d’une réflexion sur le lien entre musée, ethnologie et photographie, la jeune maison d’édition K.Verlag, basée à Berlin, publie un livre intitulé The subjective object à partir d’une exposition qui eut lieu au Musée GRASSI de Leipzig (Museum für Völkerkund), en juin 2012.

2The subjective object propose de questionner les très controversés musées d’ethnographie et le rôle des archives, et s’appuie particulièrement sur les archives photographiques de l’anthropologue physique allemand Egon von Eickstedt (1892-1965) à propos des peuples indigènes des Indes. Héritier des théories racistes des pseudo-scientifiques du XIXe siècle, Egon von Eickstedt publia plusieurs ouvrages sur la classification des « races » à partir des caractéristiques phénotypiques. Le projet interroge notamment le rôle de la photographie en tant qu’objet portant un regard sur l’Autre et permettant de comprendre avant tout la société à laquelle appartient celui qui photographie.

3The subjective object est le fruit de trois étapes : la collecte et l’analyse des archives photographiques ; l’installation au Musée de Leipzig, lieu où est justement exposée la collection d’Egon von Eickstedt sans mise en contexte critique ; et enfin, l’ouvrage lui-même. Celui-ci est composé de photos d’archives, de neuf entretiens (entre les treize curateurs et des universitaires, artistes, journalistes et défenseurs des droits de l’Homme), d’un dispositif critique à partir d’images sur la construction de l’Autre-exotique, des extraits littéraires (Franz Kafka, Brion Gysin et Suzan-Lori Parks), et des photos de l’installation.

4Les photographies choisies par les curateurs ont été tirées d’archives datant des années 1920 et les ont amenés à soulever les questions suivantes : « Tandis que les théories « subjectives » qui conduisaient le terrain d’Egon von Eickstedt sont aujourd’hui condamnées, que deviennent les « objets » actuels, c’est-à-dire les photos elles-mêmes ? Devraient-elles être également condamnées, ou plutôt acceptées en tant qu’objets neutres ? Peuvent-elles être réappropriées dans un nouveau rôle ? Finalement en quoi est-il possible de faire l’analyse des tensions complexes présentes au sein de telles collections historiquement, anthropologiquement et philosophiquement si chargées ?

5L’installation des curateurs s’est concentrée davantage sur la situation contemporaine : d’une part en regard aux luttes actuelles des populations indigènes marginalisées en Inde, les Adivasi, qui furent les sujets d’études d’Egon von Eickstedt ; et d’autre part dans le cadre d’une exploration interculturelle à partir d’une réappropriation artistique. Ce projet s’inscrit donc dans une perspective critique du rôle des artefacts historiques qu’éclairent les situations politiques contemporaines. Dans la lignée des études postcoloniales, l’ouvrage ne veut pas seulement analyser une histoire de l’exposition des « objets » de l’anthropologie mais aussi proposer des réflexions sur l’avenir des stratégies d’exposition dans les musées d’ethnologie et de leur engagement social et politique.

6Le premier entretien pose d’emblée le problème en faisant intervenir la curatrice des collections d’Egon von Eickstedt au Musée de Leipzig, qui travaille également avec des membres de la communauté Adivasi. Les intervieweuses ont particulièrement porté leur attention sur une critique des pratiques muséales et sur la reproduction de l’imaginaire colonial (persistance des catégories coloniales, exhibition et exotisme de l’Autre, eurocentrisme, etc.) que véhiculent les musées ethnologiques, notamment celui de Leipzig, et que dénonce justement le projet The subjective object. Un autre entretien évoque la représentation des « sans-voix » (voiceless) à travers la voix d’un travailleur social indien devenu cinéaste et journaliste, et porteur de la cause des Adivasi. En choisissant de réaliser ses documentaires à partir du point de vue des Adivasi, il exprime en quoi les logiques économiques (profit des chaînes de télévision) masquent la contrainte au silence auquel sont assignées dans les médias les populations dominées. Ses films dénoncent également le modèle colonial plus précisément une forme d’exploitation interne qui persiste au sein même du pays. « Nos films », dit-il, « apparaissent aux gens comme un médium qui leur ouvre le regard (« eye-opener »). Un des entretiens est ensuite consacré à la critique postcoloniale de la persistance du colonialisme dans les musées d’ethnologie et sur la liaison du savoir au pouvoir. Egon von Eickstedt en est justement une illustration puisqu’il était reconnu comme une figure-clé de l’anthropologie racialiste et raciste lors de la montée du national-socialisme en Allemagne, et qu’il devint, après la Seconde Guerre Mondiale, professeur d’anthropologie à l’université de Mayence, à partir de 1946. Enfin, un autre entretien revient sur les stratégies artistiques, que sont le rire postcolonial ou l’ironie postcoloniale, afin de dénoncer l’obsessif voyeurisme. Au final, tous les entretiens questionnent les conditions de possibilités à créer des structures qui encouragent la pensée critique dans les musées d’ethnologie, et donc sur la place que donne l’institution à cette réflexion.

7Les travaux du collectif ACHAC sur les images et les représentations des expositions coloniales qui circulèrent en Europe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ont permis de faire largement connaître en France cette partie de l’Histoire dont nous en avons ici un aperçu outre-Rhin. Également, le colloque qui se déroula au Musée du Quai Branly en mai 2011 et qui s’intitulait « Exposer l’esclavage » s’interrogeait sur comment penser la temporalité et l’espace de l’exhibition.

8Le format du projet The subjective object est très pertinent car il permet de mettre en abîme le regard eurocentré par la photographie dans son rapport à l’« objet » exposé. On regrettera l’absence d’un texte rédigé par les curateurs comme supports théoriques au livre. Mais la grande richesse des entretiens nous incite à repenser nos manières de voir l’Autre et de regarder les photos, non plus seulement comme un objet de mémoire, mais aussi à partir d’un nécessaire positionnement épistémologique, politique et social. Surtout, les entretiens prennent la forme de véritables discussions dans lesquelles le projet The subjective object est toujours réinterrogé quant à la dimension de sa critique à la fois politique, épistémologique et artistique à l’intérieur du musée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Vermeren, « Anna-Sophie Springer (dir.), The subjective object », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9778

Haut de page

Rédacteur

Pauline Vermeren

Doctorante à l’université Paris 7-Denis Diderot et chercheuse pour le projet Tolerace (FP7-Commission européenne)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page