Navigation – Plan du site

Claude Vaillancourt, Hollywood et la politique

Pauline Alessandra
Hollywood et la politique
Claude Vaillancourt, Hollywood et la politique, Montréal, Editions Ecosociété, 2012, ISBN : 978-2-923165-84-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claude Vaillancourt est un écrivain et essayiste québécois, militant dans différents courants alte (...)
  • 2  Introduction, page 9.

1Les images véhiculées par Hollywood sont toujours associées au rêve et à l'imaginaire. Pourtant, dans son ouvrage Hollywood et la Politique, Claude Vaillancourt1 souhaite dépasser l'éclat des paillettes pour s'attacher à regarder dans les coulisses des salles sombres et y découvrir les faces cachées des grandes productions américaines. Il s'intéresse surtout aux aspects politiques de la question cinématographique, interrogeant les liens existants entre la production de films et les opinions politiques cachées derrière les images. De là, il montre combien le cinéma contribue à diffuser les valeurs américaines traditionnelles (famille, individualisme, manichéisme) et donc à « créer du consentement », c'est-à-dire à faire accepter aux spectateurs les idées politiques véhiculées par les producteurs. Vaillancourt se fait donc spectateur critique et présente son essai comme une « réflexion sur les liens entre la politique et l'imaginaire hollywoodien, et comme une sorte de guide pour interpréter les films et leurs messages politiques2 ». Et pour appréhender ces messages, il crée sa propre classification de films produits des années 1980 à nos jours par les grands studios. Il met en évidence le cinéma du « statu quo » dont les idées politiques sont les mêmes que celles du pouvoir en place (films patriotiques, films « catastrophe »), le cinéma du questionnement qui détourne la critique, et enfin les films subversifs. Ces trois genres de films font chacun l'objet d'un chapitre où l'auteur cherche à prouver qu'aux États-Unis, il est impossible de faire un film sans que la politique ne s'y mêle en cherchant à convaincre, plus rarement à critiquer.

2L'ouvrage montre à quel point Hollywood est un oligopole puissant, un subtil mélange entre empire financier et recherche artistique, mélange qui reste avant tout soumis aux contraintes commerciales imposées par le marché. Hollywood appartient plus que jamais au système capitaliste américain. Ainsi, la multiplication des blockbusters ces dernières années s'accompagne toujours d'un marché de produits dérivés (figurines, DVD) qui contribue à faire de la production de films une activité parmi d'autres dans la logique de production. Il y a donc un paradoxe entre le désir de création d'un artiste et les nécessités financières des studios de production qui doivent défendre des idées qui n'accablent pas ceux qui les financent. De fait, ce n'est donc pas un hasard si l'on retrouve dans le cinéma hollywoodien des sujets caractéristiques de l'American way of life puisqu'il faut que le public se reconnaisse dans les valeurs défendues par le cinéaste pour que le film soit publicité. L'aspect financier est donc indissociable de l'aspect politique et pour déceler la politique cachée derrière des choix stratégiques économiques, Claude Vaillancourt pose des questions fondamentales pour permettre une analyse rigoureuse.

3Il interroge le fond du film : qui est le réalisateur et qui sont les acteurs ? Sont-ils engagés publiquement dans un combat politique ? Le film a-t-il une fin heureuse ? Le héros est-il entouré ou agit-il seul ? Les problèmes soulevés sont-ils conjoncturels ou systémiques ? Y a-t-il beaucoup de grandes marques visibles dans le film ou utilisées par les personnages ? L'auteur multiplie les questions qui permettent de regarder le film avec le regard critique d'un spectateur averti. Rares sont cependant les auteurs qui prennent le risque de remettre en cause des aspects fondamentaux du système politique et social des États-Unis. Ainsi, si Charlie Chaplin a pu dans les années 1930 réaliser des films très critiques sur la société américaine, les cinéastes d'aujourd'hui qui se risquent à de telles critiques, comme Sydney Pollack, Tim Robbins ou encore Ken Loach, évoluent généralement de manière indépendante, loin des plus gros studios.

  • 3  L'auteur pense dans ce cas précis à la politique américaine contre Oussama Ben Laden et contre Sad (...)
  • 4  La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie, Agone, 2008. Première p (...)
  • 5  Lire à ce propos le résumé du site ACRIMED, 26 novembre 2008.

4Mais alors de quoi est fait le cinéma hollywoodien d'aujourd'hui ? Est-il nécessairement consensuel ? Il va de soi que les valeurs défendues sont des plus attendues : individualisme, famille, sens de la justice sont des passages obligés dans les scénarios. Et si la quête de justice finit toujours bien, c'est parce qu'on peut constater une réelle séparation entre le Bien et le Mal. Le manichéisme hollywoodien est tel que l'auteur montre combien les rôles de méchants conviennent mieux aux grands acteurs que les rôles de gentils souvent trop lisses. Or, cette vision manichéenne n'est pas simplement un élément de divertissement cinématographique : elle est aussi étonnamment politique. L'ouvrage montre combien cette logique permet de justifier la politique contemporaine3 de bouc-émissaire. Le cinéma simplifie au maximum l'interprétation de phénomènes politiques complexes en laissant le spectateur penser que les réactions du gouvernement ne peuvent être que légitimes puisque le mal est toujours ce qui vient menacer la vie en communauté. C'est par ce principe que le cinéma se fait « fabrique du consentement ». Cette analyse s'inscrit d'ailleurs dans la lignée des thèses défendues par Noam Chomsky et Edward Herman dans La fabrique du consentement4, qui montrent combien les médias proposent un traitement biaisé de l'information, toujours présentée en faveur des élites politiques et économiques5. Ces « modèles de propagande » permettent alors à ces élites de servir leurs intérêts, donc, dans le cadre du cinéma américain, aux producteurs d'amener le spectateur à penser exactement comme eux.

5Les films critiques et produits par Hollywood existent cependant. Ils sont certes rares mais présents grâce à la figure emblématique de Michael Moore. Cinéaste se mettant en scène dans ses propres documentaires toujours critiques à l'égard de la société américaine (Le port d'arme dans Bowling for Columbine, l'ultralibéralisme économique dans Capitalism : a love story), Michael Moore est l'un des premiers réalisateurs à pointer du doigt de vrais problèmes sociaux structurels. Par son humour, il a su convaincre un large public et faire rentrer les films critiques dans les plus grandes salles. Ainsi, le dernier chapitre de l'ouvrage de Claude Vaillancourt, « les films qui dérangent » est consacré à ce genre critique (fictions et documentaires) qui met à mal le système américain, se jouant des valeurs et des normes américaines. Multipliant les exemples, l'ouvrage montre combien les limites imposées par les grands studios sont parfois amenées à être outrepassées. Le cinéma américain aujourd'hui, s'il défend principalement les valeurs américaines, garde donc une certaine autonomie dans la pensée qu'il développe et parvient à défendre des opinions qui sont parfois dérangeantes pour le politique.

6Les liens pouvant exister entre Hollywood et le monde politique sont donc réels et Claude Vaillancourt les étudie de manière rigoureuse dans son ouvrage agrémenté de nombreux exemples qui donnent envie de voir ou de revoir certains de ces grands films, l'auteur ayant en plus la délicatesse de ne pas dévoiler la fin des films cités sans prévenir. Pourtant, il va de soi que ces liens, parfois subversifs, ne sont pas sans bloquer la création artistique. Les meilleurs films américains sont en effet souvent éloignés des grands studios de production, rendant parfois difficile leur distribution et leur exportation. D'autant plus que les évolutions technologiques comme la 3D conviennent beaucoup mieux aux grands films hollywoodiens qu'aux films plus réflexifs et à plus petit budget. Si l'analyse de Claude Vaillancourt met donc en évidence le tiraillement des productions partagées entre la nécessité de faire du profit et l'envie de faire de l'art, elle montre surtout l'influence politique des films porteurs d'idéologies sur un public peu critique. L'auteur ne rechigne cependant pas à montrer que certains films ont réussi à allier rentabilité et art, demeurant aujourd'hui des exemples d'œuvres de grande qualité dans l'histoire du cinéma.

Haut de page

Notes

1  Claude Vaillancourt est un écrivain et essayiste québécois, militant dans différents courants altermondialistes du Québec. Il est l'auteur de nombreux essais qui touchent autant à la littérature qu'à des problèmes de société.

2  Introduction, page 9.

3  L'auteur pense dans ce cas précis à la politique américaine contre Oussama Ben Laden et contre Saddam Hussein.

4  La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie, Agone, 2008. Première parution New York : Pantheon Books, 1988.

5  Lire à ce propos le résumé du site ACRIMED, 26 novembre 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Alessandra, « Claude Vaillancourt, Hollywood et la politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9780

Haut de page

Rédacteur

Pauline Alessandra

Étudiante en Master d'histoire contemporaine à l'ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page