Navigation – Plan du site

Léa Todorov, Sauver l’humanité aux heures de bureau

Pauline Vermeren
Sauver l’humanité aux heures de bureau
Léa Todorov, Sauver l’humanité aux heures de bureau, Zadig Productions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Pour son premier documentaire, Léa Todorov, diplômée de Sciences-Po, propose de rendre compte d’un problème épistémologique fondamental : quel pouvoir exerce la norme du savoir ? Inspirée par la perspective foucaldienne du rapport du pouvoir au savoir, la réalisatrice a voulu réfléchir sur cette assertion qui consiste à penser que « nous » savons mieux que les « Autres », donc « nous » allons leur expliquer comment faire.

2Le documentaire suit quatre chargés de missions au Kosovo, tous employés par l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), organisation internationale créée par l’Europe en 1973 sous l’ancien nom de CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe) afin de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Ouest et l’Est, au moment de la Guerre froide. Depuis la chute du bloc soviétique, les pratiques de l’OSCE s’apparentent à celle des « grosses machines » que sont les organisations intergouvernementales dont toutes les missions sont, de manière abstraite, regroupées sous un grand mot d’ordre : le respect des droits de l’Homme dans un cadre démocratique. De la théorie à la pratique, le chemin est long, et ce documentaire en est une puissante illustration. Sans retirer l’intérêt à la veille démocratique (bon déroulement des élections, repérage de la corruption, etc.), en quoi pourtant ces "missionnaires" font face à une situation d’ingérence politique ?

  • 1  Je fais ici référence aux textes d’Edward Saïd, L’Orientalisme et de V.Y.Mudimbe, The invention of (...)

3Sauver l’humanité aux heures de bureau pose la question des conditions de possibilités de l’exercice de la démocratie dans un contexte spatio-temporel bien défini : le Kosovo, huit ans après la guerre de 1999 (au moment du tournage). Il est rappelé que « le mot « Kosovo » est apparu dans les médias occidentaux en même temps que les images de réfugiés, de commandos paramilitaires et d’immeubles détruits ». La construction d’un monde (les Balkans) et de sa population façonne un espace de représentations dont on sait aujourd’hui penser la part de la création eurocentrique1.

4Le documentaire annonce d’emblée le point de vue : dès la première scène, une jeune française, recrutée par l’OSCE, tente d’expliquer au chauffeur de taxi les raisons de sa présence au Kosovo, peu convaincue de son statut. La seconde chargée de mission affirme le contentement que sa "bonne action" lui procure en « faisant quelque chose d’utile », ce sentiment que ceux du « Nord » ressentent quand ils vont au « Sud » : aider malgré tout, même si la connaissance de l’action fait défaut, même s’il faut continuer à chercher le sens de sa présence et des conditions de réalisation de sa mission. Aider qui et comment ? Le projet relève en tout cas de l’« aventure » et d’une « grande mission ». Un des deux hommes interviewés, un Espagnol, tente de mettre sur pied un programme dont les objectifs restent bien flous. Les bureaux sont vides, à l’image des idées émises. Il se raccroche pourtant à l’expression des « droits de l’Homme » comme si une fois prononcée, le travail était fait. Des objectifs proposés aux résultats attendus, il tourne en rond. Si la mission est claire ‑ définir un projet politique à partir des valeurs qui font sens dans l’Occident des Lumières et dont leur nécessité serait restée obscure pour tous ces « Autres », encore barbares ‑  l’expression de sa concrétisation reste complètement indéfinie. Même si on ne peut nier la difficulté de la mise en place des formes de la démocratie selon la spécificité de chaque contexte national, y a-t-il vraiment une seule et même façon d’instaurer la démocratie et le respect de ses valeurs dans une société ? Si la présence de ce type d’organisations s’explique par la volonté commune d’éviter une répétition des conflits, la question est de savoir quels moyens donne-t-on à ses représentants ? Venir de l’extérieur et donc être étranger au pays et au conflit complique l’avancée pratique et entretient l’attitude d’une méfiance mutuelle.

5Finalement, personne ne croit au rôle qu’il doit jouer : d’un côté la place est auto-octroyée ; de l’autre elle est assignée. Pas besoin de commentaires pour signifier le cynisme de la situation, l’attitude et les mots l’expriment d’eux-mêmes. Pourtant des deux côtés, on joue sa vie : les Uns construisent une carrière et ont un défi à relever dans l’attente d’un meilleur poste ; les Autres travaillent l’espoir pour de meilleurs lendemains face à la réalité du terrain. Alors que la perspective d’un changement (non défini) est ce qui les unit, l’impossibilité d’un dialogue plane d’une mission à une autre.

6Finalement en voulant changer les « Autres », ce film pose la question de « nos » pratiques et de « notre » regard. Non seulement du regard sur l’Autre mais de la possibilité à agir pour et sur l’Autre. Et le problème de la langue, rencontré de façon récurrente tout au long du documentaire, rend compte de l’absurdité de la situation. Ce n’est pas seulement la langue qui entrecoupe et perturbe les discussions mais aussi les mots employés. Les mots eux-mêmes ne font pas toujours sens parce qu’il faut bien s’accorder sur une définition commune du politique et de sa gestion. D’une culture à une autre, d’une langue à une autre, d’une société à une autre, où se trouve alors l’espace commun ? Ces questions de philosophie politique, paraissant peut-être subalterne au monde diplomatique, ne devraient-elles pourtant pas être bien définies en amont ?

7Si on peut regretter le manque d’informations sur l’enjeu démocratique propre à la région et donc à une recontextualisation plus spécifique du Kosovo, huit ans après la guerre, c’est-à-dire une situation post-conflit qui « justifierait » la présence de l’OSCE, ce documentaire a toutefois su observer avec justesse et sans complaisance le regard des Uns sur les pratiques des Autres.

Haut de page

Notes

1  Je fais ici référence aux textes d’Edward Saïd, L’Orientalisme et de V.Y.Mudimbe, The invention of Africa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Vermeren, « Léa Todorov, Sauver l’humanité aux heures de bureau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9784

Haut de page

Rédacteur

Pauline Vermeren

Doctorante à l’université Paris 7-Denis Diderot et chercheuse pour le projet Tolerace (FP7-Commission européenne)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page