Navigation – Plan du site

Véronique Bedin, Qu'est-ce-que l'adolescence ?

Serge Pacé
Qu'est-ce-que l'adolescence ?
Véronique Bedin (dir.), Qu'est-ce-que l'adolescence ?, Sciences Humaines Editions, coll. « Petite Bibliothèque », 2009, 255 p., EAN : 9782912601728.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit ouvrage est le bienvenu dans une période où l'adolescence (« adolescere » = grandir) voire l'enfance est sous le feu de la répression. On se rappelle que la loi Perben de septembre 2002 modifie profondément la politique judiciaire concernant les mineurs : abaissement de l'âge de la majorité pénale à dix ans, sanctions éducatives dès treize ans, aggravation des peines pour outrage contre les enseignants, créations de centres éducatifs fermés et d'établissements pénitentiaires pour mineurs . Assistons-nous au retour des phobies qu'elle suscite au XIXe siècle alimentant les hantises de l'ordre bourgeois? [30] Un ton optimiste relativise cette « phobie » en nous permettant de faire un rapide tour d'horizon d'une « construction sociale » [85] que nos pré-notions considèrent comme une évidence indiscutable alors même que les travaux de Margaret Mead sur l'adolescence à Samoa en 1928 [53] montre l'altérité du concept. Ainsi ce petit livre de 250 pages nous donne des pistes de réflexion dans un langage accessible. Divisé en 4 parties, il regroupe une série d'articles, d'entretiens et de petites fiches synthétiques qui nous fournissent des éléments pour avoir une vision objective du concept. De même en fin d'ouvrage un index de mots clés nous donne quelques entrées comme neurotransmetteur, dopamine ou acné... et une bibliographie est suggérée pour chacun des quatre thèmes. Le premier, relativement court, cherche à relativiser la notion même d'adolescence comme nous le suggère le titre évocateur « L'Adolescence, une invention récente », [13]. La deuxième partie plus conséquente, intitulée le temps des métamorphoses, aborde ce que l'on peut considérer comme le cœur de l'adolescence, période labile, instable, où les repères antérieurs sont appelés à se modifier tant physiquement que mentalement comme cherche à le montrer le premier article de la partie « Les adieux à l'enfance ». Le troisième thème aborde la spécificité de la culture adolescente dans « Culture adolescente et société » où l'on retrouve logiquement la thèse de Dominique Pasquier « La Tyrannie de la majorité ». [133]. Enfin le dernier point cherche à discuter les difficultés rencontrées par les adolescents à travers la partie « souffrance et violences chez les adolescents : regard croisé » p 176.

2La première partie, assez courte commence par un long entretien avec le cosignataire de l' ouvrage, Patrice Le Huere, « L'Adolescence n'existe pas », en 2002, qui questionne la différence entre la période pubertaire et les représentations de l'adolescence d'où la distinction adolescent et adolescence. « De fait il faut distinguer ce qui concerne l'adolescent lui-même -l'individu singulier qui , à l'âge de la puberté vit de profonds bouleversements physiques et psychiques- de l'adolescence, un ensemble de représentations collectives liées à cette classe d'âge. De ce point de vue l'adolescence est un concept relativement récent et dont les contours évoluent selon les générations et les sociétés, alors que tous les enfants du monde , depuis la nuit des temps, passent par cette étape de la vie qui les voit grandir, mûrir et devenir adultes », [7]. Celui-ci remet en cause un certain nombre d'idées reçues et nous donne un tour relativement exhaustif du contenu de l'ouvrage, comme par exemple l'absence de précocité de la puberté dans les sociétés contemporaines [16]. L'intérêt pour cette période de la vie qui se généralise au XIXe siècle tient d'abord à la grande méfiance de « l'ordre bourgeois » pour cette période de la vie . Comme nous le dit Martine Fournier [30], c'est d'abord à travers la suspicion que l'adolescence est née et que s'organise la réflexion sur sa prise en charge. Si elle a fini par être acceptée par la société, il n'en demeure pas moins que ce temps des changements est caractérisé par beaucoup d'incertitudes tant pour les adolescents que pour les éducateurs. Comme nous le dit Alain Braconnier [47], l'adolescent doit réussir quatre changements: la pleine acceptation de son corps sexué, la rupture de ses liens de dépendance à l'égard de ses parents, la projection dans l'avenir et la maîtrise des émotions et des affects. Or ce changement n'est pas institutionnalisé mais individuel car il n'y aurait pas de fin de l'adolescence dans nos sociétés [17] du fait de l'absence des rites de passage ce qui introduit la nécessité d'une prise de risque non encadrée comme elle l'était dans les sociétés anciennes ou « traditionnelles ». « les conduites déviantes n'expriment souvent qu'une recherche de substitut aux rites initiatiques que les adultes ont cessé de leur imposer » [17]. Selon l'auteur le langage courant exprime bien cette notion: « ils nous cherchent » mais ils ne nous trouvent pas. Aussi la volonté de réduire les conflits dans un souci bienveillant d'échapper au « fossé des générations » selon le titre de l'ouvrage de Margaret Mead, plutôt que de les accompagner, est de nature à remettre en cause la maturation des adolescents, à la recherche d'adultes consistants: ils vont au contraire trouver le risque gratuit attractif en dehors du monde des adultes. La violence dirigée vers eux-mêmes ou leurs pairs constitue alors un exutoire voire une recherche identitaire selon l'expression de David Lebreton [177] . Les accidents de la circulation et les suicides sont les premières causes de mortalité [43] chez les 15-19 ans. Ces deux origines peuvent être considérées comme proches et à relier avec le développement de la poly-addiction voire les pratiques de tatouage et de percing, « bricolage identitaire » selon l'auteur[68]. Les pathologies alimentaires seraient alors des pertes de l'estime de soi [178], [184]. Stigmatiser « la crise d'adolescence », c'est une façon pour nous d'absoudre nos propres responsabilités. De garder le beau rôle aussi. » Michel Fize [67]. Comme l'exprime M Dagnaud, « l'injonction à être l'entrepreneur de sa propre vie se présente comme un hymne à la liberté puisqu'elle laisse entendre qu'une large gamme de possibilités pour « se choisir », « construire son histoire », est offerte à l'individu. La doxa de l'invention de soi porte en germe la tentation de devenir un rebelle permanent, celui qui s'indigne, sans doute à juste titre, de s'être laissé berner dès le départ. » [140]. Cela explique, selon l'auteur, que la « teuf » ou la « défonce » soient revendiquées par les adolescents. La violence des jeunes, le prix de la société du risque [206]? De fait selon la typologie de Robert K Merton, l'adolescent idéal-typique serait un innovateur. Il accepte les buts de la société mais refuse les normes institutionnelles. Les débats sur la violence des adolescents sont récurrents, les médias sont mis en cause et l'on pointe du doigt des comportements nouveaux et inquiétants comme les viols collectifs. Laurent Mucchielli relativise la nouveauté du phénomène et le met en perspective avec le développement du discours sécuritaire et le problème de l'intégration dans les banlieues [221]. De même André Itéanu remet en cause les bandes comme organisation voire parle du « mythe de la guerre des bandes » [216]. Le besoin immédiat de valorisation des adolescents et la concordance avec une société jeuniste, du court terme est certainement une prime au négatif [27]. Se pose ici la contradiction selon Patrice Le Huere, [« Abaisser l'âge de la majorité à 15 ans », La recherche, janvier 2003] entre l'accroissement de leur responsabilité pénale et une majorité tardive qui dans d'autres cultures se réalise à la puberté.

3Ce passage est à haut risque et d'abord pour les parents, car ce dernier est partagé entre la peur du changement, l'immobilisme et la tentation de la rupture. Comme le dit D. Winicott: « Vous avez semé un bébé, vous récoltez une bombe » [86]. De fait l'autonomisation dépend en grande partie de la manière dont le monde extérieur est décrit par la famille, peut être joué et aussi dont celle-ci transmet l'histoire familiale comme une « adolescence en héritage » [23], titre qui fait écho aux travaux de Anne Muxel, « l'idéal est d'en savoir suffisamment pour être propriétaire de son histoire et pouvoir ensuite s'avancer vers son avenir [...] ». Ne pas transmettre est laisser un vide et risquer de voir cette histoire resurgir autrement et souvent violemment comme le fait remarquer l'auteur: les jeunes qui brûlent des voitures sont eux-mêmes dans des généalogies dont la violence subie est ancienne et toujours mise sous le boisseau [25]. Le rôle d'ouverture du milieu est déterminant. Si beaucoup de choses se jouent avant trois ans, il n'en demeure pas moins que les structures diversifiées que rencontre l'adolescent lui permettent de redresser une dynamique plutôt isolante et qui exclut. Le collège constitue à ce titre un environnement propice [115] pour « [...] ouvrir le champ des possibles ». Toutefois la précipiter est aussi risqué. Il existe des désordres engendrés par une trop grande pression mise sur les enfants dans les plus jeunes âges de leur vie [15] et pour l'auteur l'idée de pré-adolescence est absurde [16]. Peut-être alors faut-il lui préférer « adonaissance » selon la jolie expression de François de Singly [60]. Une période où l'autonomie se façonne progressivement.

4Il n'en demeure pas moins que cette période de la vie est chargée d'enjeux. L'essentiel de la culture de cette population est marquée par une résistance feutrée à la domination douce selon Isabelle Danic [125] mais aussi par ailleurs à une culture des pairs, horizontale qui romprait avec la thèse de la distinction développée par Pierre Bourdieu. Dans la continuité de Bernard Lahire, « La culture des individus », 2004, Dominique Pasquier démontre que la culture de référence pour cette population est la culture populaire. Elle est marquée par un fort conformisme qu'elle désigne sous le terme de « tyrannie de la majorité »[132] qui se manifeste par l'emprise du « look ». Pourtant l'orientation scolaire reste paradoxale [135], les inégalités subsistent donc on peut considérer que la distinction se construit autrement: il revient à Richard Peterson d'avoir proposé le terme d'« omnivorisme » pour désigner la capacité à maîtriser différents niveaux de cultures, ce qui est le propre des jeunes issus de familles socialement favorisées. En tout cas cette culture passe par des moyens spécifiques, des radios dédiées ou par une socialisation virtuelle différente selon le sexe [145]. L'autonomie des adolescents est valorisée par le marché l'ado-business selon l'expression de Marc Guillaume. Population très conformiste, elle facilite le travail des marchands et « coûte très chère aux adultes ». Le levier du « pester power » ou la capacité à harceler les parents pour leur faire acheter ce qui est désiré, est étudié et mis en action par les firmes [159]. Comme Monique Dagnaud, membre du CSA entre 1991 et 1999 nous le montre dans son article, les enfants sont très tôt la cible de la publicité mais l'impact de celle-ci reste controversée. D'une part l'acte d'achat suite à une publicité ne se réalise pas automatiquement même si leur consommation est en fort développement et d'autre part comme le souligne Naomie Klein, les valeurs contestataires des années 60 sont « recyclées » pour valoriser les logos [155]. « les enfants et les adolescents vivent au rythme du paradigme dominant de l'époque, tel qu'il est mis en scène par la publicité et bien d'autres programmes de télévision , sur la base de références matérialistes et d'hédonisme individuel » [158]. Toutefois selon Patrice Le Huere, le processus va s'inverser car l'intérêt porté aux adolescents dépend de la période historique: les guerres l'accentuent et pas la paix. Le vieillissement de la population développe le marché des séniors [20].

5De belles formules consacrent cette « construction sociale »: Françoise Dolto, « Un homard sans carapace » [8]. L'échappée belle, les adieux à l'enfance (A Braconnier) [8], « La faim de l'autre » (Philippe Jeammet). En tout cas selon Marcel Proust, « Plus tard on voit les choses d'une façon plus pratique, en pleine conformité avec le reste de la société, mais l'adolescence est le seul temps où l'on ait appris quelque chose»[10] Alors « Qui, des ados ou de la société, est en crise? »[11] Véronique Bedin. On serait tenté de voir dans cette période indécise les hésitations de la société dans son ensemble et les défauts du monde des adultes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « Véronique Bedin, Qu'est-ce-que l'adolescence ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/981

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page