Navigation – Plan du site
Le livre des étreintes

Le livre des étreintes

Eduardo Galeano, Le livre des étreintes, Montréal, Lux, 2012, 280 p., ISBN : 978-2-89596-141-3.
Notice publiée le 13 novembre 2012

Présentation de l'éditeur

Le livre des étreintes, écrit pendant l’exil de Galeano, témoigne de la douleur et de l’espérance qui ont marqué l’époque de la résistance aux dictatures en Amérique latine. Anecdotes, portraits, chroniques, poèmes : d’un récit à l’autre, prend forme une célébration de la vie, ainsi qu’un cri de révolte contre l’injustice et la répression. Ces textes sont intemporels. Ils naissent de détails, d’exemples puisés dans une expérience historique forte, puis se déploient pour donner lieu à une réflexion profonde sur la condition humaine. 

Extraits

« Système de la dissociation

On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Ton prochain n’est ni ton frère ni ton amant. Ton prochain est un concurrent, un ennemi, un obstacle à franchir ou une chose à utiliser. Le système qui ne donne pas à manger, ne donne pas non plus à aimer : nombreux sont ceux qu’il prive de pain, mais plus nombreux encore sont ceux qu’il condamne à une famine d’étreintes. »

« La télévision (2)

La télévision montre-t-elle ce qui se passe ?

Dans nos pays la télévision montre ce qu’elle souhaite qu’il arrive, et rien n’arrive si la télévision ne le montre pas.

Cette dernière lumière qui te sauve de la solitude et de la nuit est la réalité. Car la vie est un spectacle : à ceux qui se conduisent bien le système promet un siège confortable. »

Haut de page

Auteur

Eduardo Galeano

Exilé des dictatures uruguayenne et argentine, Eduardo Galeano (Montevideo, 1940) a vécu en Espagne avant de retourner en Uruguay en 1985 où il vit aujourd’hui. Son œuvre traverse les frontières entre les genres, comme elle traverse celles des pays qu’il évoque. Dans ses écrits, la poésie, l’histoire et la politique se relaient pour donner vie à un style unique et hybride, reflet de l’inouïe richesse du monde. Il est l’auteur notamment des Veines ouvertes de l’Amérique latine.

Haut de page