Navigation – Plan du site
La danse au travail

La danse au travail

André S. Labarthe, La danse au travail, Éditions Capricci, 2012.
Notice publiée le 26 novembre 2012

Présentation de l'éditeur

5 films sur 5 chorégraphes : Sylvie Guillem ;  William Forsythe ;  Patrick Dupond ;  Ushio Amagatsu ;  John Neumeier

André S. Labarthe n’est pas seulement célèbre pour l’émission Cinéastes de notre temps, qui comprend à ce jour plus de 100 films. Sa manière si personnelle de pratiquer une critique cinématographique en forme de portrait ne s’est pas arrêtée au cinéma. En 1984, il initie une série de films dédiés à de grandes figures de la danse. Sur les mêmes principes que Cinéastes de notre temps, il dresse le portrait de cinq personnalités singulières et émérites. Les suivant pendant les répétitions, intervenant peu, Labarthe les laisse exprimer, au contact de leurs collaborateurs, les multiples facettes de leur discipline.

SYLVIE GUILLEM AU TRAVAIL (1987 – 52 MIN) : La plus grande star de la danse française des années 1980 répète Raymonda dans la version de Noureev, Four Last Songs et In the Middle, Somewhat Elevated de Forsythe, ainsi que La Luna de Béjart.

WILLIAM FORSYTHE AU TRAVAIL (1988 – 56 MIN) : André S. Labarthe recueille les réflexions du chorégraphe pendant ses répétitions avec les danseurs du New York City Ballet et du Ballet de Francfort et se fait le témoin de la parole libre de l’artiste.

PATRICK DUPOND AU TRAVAIL (1988 – 57 MIN) : Le danseur étoile et futur directeur artistique de l’Opéra de Paris révèle une personnalité et un talent hors du commun au travers d’une interview et d’extraits de répétitions et de représentations.

USHIO AMAGATSU, ÉLÉMENTS DE DOCTRINE (1993 – 65 MIN) : Pour Amagatsu, fondateur de la compagnie Sankai Juku, la danse butô est à la fois vie et mort : ses danseurs s’enduisent le corps de poudre blanche - couleur du deuil au Japon - et la poétisation de l’espace est comme un cadavre exquis, au sens littéral du terme.

JOHN NEUMEIER AU TRAVAIL (1987 – 77 MIN) : Dans une ancienne fabrique de clous de la banlieue de Hambourg, Neumeier fait travailler les danseurs du ballet de l’Opéra à son chef-d’oeuvre chorégraphique : La Passion selon Saint-Matthieu.

Haut de page