Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Schumacher, Nicolas Ballet, L'Esprit de Tibhirine

Benjamin Ducol

Texte intégral

  • 1  Jean-Baptiste Rivoire, Le Crime de Tibhirine, La Découverte, 2011.

1Co-écrit par le journaliste Nicolas Ballet et le Frère Jean-Pierre Schumacher, aujourd’hui moine trappiste au prieuré de Notre-Dame de l’Atlas à Midelt (Maroc) et rescapé de l’enlèvement et l’assassinat des sept moines du monastère de Thibirine au printemps 1996, L’esprit de Tibhirine constitue avant tout un livre de témoignage(s), oscillant entre le récit personnel et la chronique historique. Au-delà des détails factuels qui portent sur l’enlèvement des moines du monastère Thibirine en pleine « décennie noire » algérienne et leur assassinat dans des circonstances qui demeurent toujours obscures1, l’ouvrage tente de proposer au lecteur une perspective croisée autour de l’itinéraire spirituel du frère Jean-Pierre Schumacher et des diverses thématiques qui se rattachent à son histoire personnelle : expérience du terrorisme et de la violence, coexistence religieuse et entraide en terre musulmane, ou encore voies possibles d’un dialogue théologique entre christianisme et islam.

  • 2  En particulier au travers du film de Xavier Beauvois et Étienne Comar « Des hommes et des dieux » (...)

2Se divisant autour de cinq chapitres principaux narrés par le Frère Jean-Pierre, entrecoupés de courts intermèdes rédigés par Nicolas Ballet, l’ouvrage s’ouvre par un retour sur l’enlèvement des sept moines trappistes du monastère Thibirine dans la nuit du 26 au 27 mars 1996. Pour la première fois, le Frère Jean-Pierre Schumacher fait un récit détaillé des conditions de l’enlèvement et des mois qui précédèrent celui-ci. Alors qu’ils vivent depuis plusieurs années au cœur de la guerre civile algérienne qui oppose les « frères de la plaine » (les militaires) et les « frères de la montagne » (les maquisards du Groupe Islamique Armé ou GIA), les moines vont choisir de demeurer à Thibirine en solidarité avec la population locale. L’auteur offre ici une description minutieuse de l’évolution des violences meurtrières en Algérie et du climat pesant qui entoure, à l’époque, le monastère de Tibhirine. Si depuis sa création ce monastère partage l’histoire troublée de l’Algérie, les moines qui l’habitent se retrouvent peu à peu pris en tenaille entre, d’un côté les islamistes des maquis qui s’invitent de manière de plus en plus pressante au monastère afin d’exiger nourriture ou aide médicale pour les combattants blessés, et, de l’autre le pouvoir algérien qui incite les moines à quitter le monastère pour Alger sous prétexte qu’il ne peut assurer leur sécurité localement. En définitive, si le récit de la nuit de l’enlèvement par le frère Jean-Pierre Schumacher permet d’apporter quelques éléments factuels à ceux déjà connus par le grand public2, il ne s’agit pas, pour nous, de l’intérêt majeur du livre.

3En effet, l’ouvrage trouve son enjeu principal dans la narration du parcours monastique et de l’itinéraire spirituel du Frère Jean-Pierre, qui s’avère au final intrinsèquement lié à l’histoire et l’aventure collective de la communauté de Tibhirine et de ses membres. Né en 1924 dans une famille de meuniers de Moselle, le Frère Jean-Pierre Schumacher est élevé dans la ferveur religieuse. Enrôlé de force dans l’armée allemande durant la guerre, il réussira finalement à échapper au front russe en raison d'un problème oculaire, incorrectement diagnostiqué comme une tuberculose par les médecins allemands. Ordonné prêtre au milieu des années 1950, il rejoint le monastère de Tibhirine au cours de l’année 1964 à l’appel de l’évêque d’Alger qui cherche à maintenir une présence chrétienne en Algérie, au moment même où le pays vient de déclarer son indépendance.

4Au fil des chapitres, le Frère Jean-Pierre revient sur son arrivée à Tibhirine et le fonctionnement de cette communauté d’observance cistercienne singulière. Parmi divers éléments, ce sont plus particulièrement les relations et les liens noués auprès de la population locale qui marquent de bout en bout le récit du moine trappiste. Au travers d’exemples de la vie quotidienne, c’est un message de paix et d’ouverture, de solidarité et de respect que tente ici de transmettre le Frère Jean-Pierre. Cet esprit de Tibhirine s’incarne comme une métaphore de l’ouvrage dans son ensemble et illustre parfaitement l’esprit des relations qui se sont progressivement tissées entre ces moines catholiques et une population musulmane locale. Ces échanges se traduisent tant dans les relations du quotidien avec les habitants que dans des occasions plus symboliques comme les rencontres interreligieuses, les Ribât el-Salâm, entre les moines de Tibhirine et mystiques soufis de Médéa, ville à proximité de laquelle se trouve le monastère. Symbole d’un dialogue islamo-chrétien, l’esprit de Tibhirine continue aujourd’hui de survivre au Maroc au monastère Notre-Dame de l’Atlas à Midelt (Maroc), lieu devenu la mémoire vivante et l’héritage de la défunte communauté de Tibhirine. C’est dans la plus grande simplicité que le Frère Jean-Pierre continue de faire vivre le souvenir des moines disparus en 1996 et cette espérance d’un dialogue spirituel visant à faire tomber les barrières de l’ignorance et de la méfiance entre communautés.

5Insérés dans le récit, les courts chapitres rédigés par le journaliste Nicolas Ballet viennent offrir un parfait complément au témoignage du Frère Jean-Pierre Schumacher. Le journaliste propose en contrepoint une série de récits qui s’inscrivent comme des échos à « l’épopée de Tibhirine », qu’il s’agisse d’évoquer les sœurs franciscaines installées dans le Haut Atlas marocain parmi les populations berbères, ou les souvenirs d’un mystique soufi ayant participé avec les moines aux rencontres Ribât el-Salâm. Au final, cet ouvrage n’apportera pas au lecteur de révélations inédites sur les événements tragiques de Tibhirine, mais offre davantage un témoignage sur l’aventure spirituelle portée par ces moines et personnifiée au travers du parcours du Frère Jean-Pierre Schumacher. Derrière « l’esprit de Tibhirine », c’est en conclusion cette convivialité du cœur, cette simplicité du partage spirituel et surtout cette vision d’une religion dégagée de tout sectarisme qui semble s’exprimer.

Haut de page

Notes

1  Jean-Baptiste Rivoire, Le Crime de Tibhirine, La Découverte, 2011.

2  En particulier au travers du film de Xavier Beauvois et Étienne Comar « Des hommes et des dieux » (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Jean-Pierre Schumacher, Nicolas Ballet, L'Esprit de Tibhirine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 novembre 2012, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9951

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Doctorant en Science Politique, auxiliaire de recherche Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme, programme Paix et sécurité internationales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page