Navigation – Plan du site
La camara oscura

La camara oscura

Maria Victoria Menis, La camara oscura, Blaq Out, 2012.
Notice publiée le 29 novembre 2012

Présentation de l'éditeur

Dans une colonie d'immigrants juifs d'Entre Rios, en Argentine, à la fin du 19siècle, l'histoire de Gertrudis. Sa famille l'a toujours trouvée laide, qu'elle soit bébé, petite fille ou adolescente. C'est seulement quelques années plus tard, mariée et mère de famille, qu'elle sera vue autrement par un photographe français, artiste surréaliste, qui gagne sa vie en faisant des portraits de famille. Il va être le seul à découvrir, avec un autre regard, la beauté particulière de cette femme, la richesse et la créativité de son monde intérieur. A travers son "regard", Gertrudis commencera à "se voir".

Haut de page

Auteur

Maria Victoria Menis

Née à Buenos Aires et diplomée de l’ENERC (Centre Expérimental de l’Institut National du
Cinéma),  Maria  Victoria  Menis  a  également  suivi  une  formation  de  psychologie  sociale.
Scénariste et réalisatrice de cinéma, elle continue de travailler pour la télévision et le théâtre.
Elle tourne plusieurs court métrages, comme Vecinas (1984), dénonçant le négationnisme
face aux disparus de la dictature et A que hora (1985), inspiré d’une célèbre bande dessinée,
qui reçoivent tous les deux le prix Georges Mélies (décerné par l’ambassade de France). Son
premier long métrage, Los Espiritus patrioticos (1989), est une satire politique qui trace le
portrait d’un groupe de journalistes prêts à tout pour empêcher un coup d’Etat. Un film d’hu-
mour trépidant comme un dessin animé qui a su peindre avec vivacité la politique tragique
d’une certaine époque en Argentine. Ce film a reçu le prix Condor d’argent de la première
œuvre et a été distingué au festival de Santa Fé et de Bariloche avant d’être sélectionné au fes-
tival de l’American Institute de Chicago.

Haut de page