Navigation – Plan du site

Nicholas Stern, Roger Guesnerie, Deux économistes face aux enjeux climatiques

Guillaume Arnould
Deux économistes face aux enjeux climatiques
Nicholas Stern, Roger Guesnerie, Deux économistes face aux enjeux climatiques, Le Pommier, coll. « Savoirs et débats économique », 2012, 110 p., ISBN : 978-2-7465-0628-2.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit ouvrage présente de nombreuses qualités pédagogiques. Comme bien souvent dans les publications de cet éditeur, on peut saluer la volonté de développer un discours vulgarisé mais sérieux sur des enjeux scientifiques importants. Roger Guesnerie, économiste au Collège de France y avait déjà écrit sur la lutte contre l’effet de serre. Dès lors sur un sujet aussi large et discuté que l’économie politique du climat, la forme retenue pour cet ouvrage semble parfaitement adaptée : celle d’une discussion, d’un entretien entre deux auteurs de référence. Roger Guesnerie s’y exprime avec Nicholas Stern, économiste anglais auteur d’un rapport éponyme ayant fortement contribué à éclairer l’importance des négociations internationales dans le domaine du climat.

2La construction de l’ouvrage est simple et accessible, quelques pages d’introduction qui présentent les enjeux et le cadre connu (notamment du point de vue des connaissances scientifiques et statistiques) avant d’engager la discussion autour de questionnements. On y décèle certainement la touche de Gabriel Zucman doctorant en économie et animateur de Regards Croisés sur l’Economie - publication qui cherche également à faire entrer dans l’arène de la vulgarisation des grands auteurs de référence - qui a traduit ce débat. Un des principaux intérêts de cette discussion est dans la facilité de lecture et de compréhension des contributions de l’analyse économique sur le changement climatique. Deux économistes face aux changements climatiques est ainsi un ouvrage agréable à lire et très plaisant, car les deux auteurs défendent leur propre approche et n’hésitent pas à se remettre en cause.

3Dans la partie consacrée à la prise en compte du climat par les économistes, les deux auteurs partent du constat du rapport Stern : l’inaction face au réchauffement climatique va se traduire par des modifications de la vie terrestre (les degrés de plus vont affecter l’agriculture, l’eau potable, les déplacements, le logement …) dont le coût à supporter par la collectivité sera extrêmement élevé voir difficilement supportable. Les différents signes du dérèglement climatique fournissent ainsi un aperçu de ces coûts : les tempêtes comme la raréfaction des ressources d’eau potable donnent lieu à des estimations en termes de destruction ou de dépenses d’assurance qui permettent d’estimer le coût de l’inaction actuelle contre le réchauffement.

4Pourtant les auteurs sont bien conscients des difficultés inhérentes à une telle approche : les coûts futurs sont incertains, les données actuelles sur le climat également, ainsi que les comportements qu’adopteront les populations… Mais l’analyse économique dispose d’outils qui permettent d’apporter une réponse : dans un futur probabilisable on peut élaborer des scénarios alternatifs avec différentes hypothèses en terme de réchauffement (c’est l’économie de l’incertain) ; dans le futur on peut prendre en compte la modification des préférences individuelles et in fine le poids plus ou moins fort que l’on attribue à sa satisfaction immédiate comparée à un bien être ultérieur (c’est le taux d’actualisation). Pour Guesnerie et Stern les objections qui sont formulées à cette approche ne sont pas recevables : ce n’est pas parce qu’il existe de l’incertitude que le constat d’ensemble est à rejeter. Le réchauffement climatique est un fait, il aura des coûts : une action immédiate est donc nécessaire. De même, les critiques qui insistent sur le caractère inutile voire contre-productif d’un investissement dans une production non émettrice de gaz à effet de serre, ou de technologies permettant de dépolluer font fausse route selon les auteurs. De tels investissements resteraient source de croissance par le biais de l’innovation, la création d’emploi et tout simplement la préservation de l’écosystème (assimilable à un capital).

5Dans la partie suivante, la discussion aborde les politiques climatiques nationales et régionales. Sur ce point la maîtrise et la compétence des auteurs est tout bonnement impressionnante. L’intervention publique, c’est-à-dire de l’Etat se justifie par l’existence d’externalités : certains comportements individuels ont un coût pour d’autres personnes qui n’est pas pris en compte par le processus de marché. En termes économiques : le prix ne reflète pas le coût social. En termes simples : quand je pollue je n’en supporte pas l’ensemble des coûts. Ainsi Gesnerie et Stern présentent les solutions qui permettent de tenir compte de ces externalités négatives : la fiscalité, le marché ou la réglementation.

6L’analyse économique envisage la réponse aux problèmes environnementaux de manière économique (en jouant sur les prix et les quantités) ou réglementaire (en interdisant certains comportements). Pour que les agents économiques tiennent compte des conséquences nuisibles de leurs actes, une taxe permet d’accroître le prix payé pour certains biens ou services. Pour que des ressources rares soient échangées dans de moindres proportions ou simplement dans des quantités socialement acceptables, un marché des permis d’émission de droits à polluer peut être mis en place. Cette notion est sans doute la plus surprenante du point de vue français, elle a pourtant la préférence de Nicholas Stern car elle traduit bien une approche anglo-saxonne qui place la marchandisation au centre de l’efficacité sociale. Grâce au marché les individus possèdent l’information adéquate pour prendre les bonnes décisions : ils peuvent réagir aux variations de prix et de quantité en cherchant à produire ou consommer de manière moins polluante. Enfin la réglementation permet de fixer des quotas qui préservent certaines ressources ou rendent illégaux des comportements nuisibles.

7Ceci dit, les auteurs soulignent bien le décalage entre la simplicité des solutions préconisées par l’analyse économique et la réalité des politiques climatiques. La pollution ne respecte que rarement les frontières politiques des Etats d’une part ; elle heurte des intérêts privés établis d’autre part. Toute action non coordonnée peut conduire des Etats à pénaliser certains secteurs économiques et pousser d’autres pays à se comporter en passagers clandestins : en caricaturant, les pays vertueux réduisent leur production industrielle polluante, qui réapparaît dans d’autres pays à un coût moins élevé. Ceci s’avère évidemment socialement contre-productif et ne débouche que sur un transfert de richesses entre pays. Guesnerie et Stern pointent les différents problèmes posés par les politiques climatiques : elles peuvent se traduire par un protectionnisme masqué et elles dépendent du bon fonctionnement du mécanisme des prix. Une taxe aux frontières ou un prix attribué à une tonne de carbone ne sont pas des solutions en soi, mais des outils dont la conception est essentielle. Le rôle de l’Etat dans l’attribution de permis ou l’élaboration de la fiscalité est donc primordial pour atteindre les objectifs fixés.

8La dernière partie traite des négociations internationales. Les auteurs soulignent la difficulté de faire émerger un consensus mondial et mettent en avant le décalage entre pays riches et pays en développement. Alors que ce sont les pays riches qui sont principalement responsables de la pollution passée, ce sont les pays pauvres qui devraient aujourd’hui adopter les comportements vertueux et en supporter le coût. Une négociation internationale juste devrait ainsi faire supporter l’essentiel de l’effort de lutte contre le réchauffement climatique sur les pays riches et opter pour une approche redistributive afin de favoriser un développement respectueux du climat dans les autres pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Nicholas Stern, Roger Guesnerie, Deux économistes face aux enjeux climatiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9997

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d'académie - Inspecteur pédagogique régional Agrégé d'économie gestion Ancien professeur en classe préparatoire à l'ENS Cachan

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page