Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Les six paradoxes de la construct...

Les six paradoxes de la construction d'une langue monténégrine

Ksenija Djordjević
p. 7-22

Texte intégral

  • 1 La spécificité de la langue parlée au Monténégro a été acceptée et reconnue du temps de l'ex-Yougos (...)

1Alors que d'un côté, des langues dotées de structures uniques (par ex. langues d'Amazonie, d'Australie, de Sibérie...), différentes des langues environnantes, représentant un aspect unique du patrimoine cognitif de l'humanité disparaissent sur la planète, se retrouvent, au terme de processus de colonisation et de fabrication d'États-nations postcoloniaux, déshéritées et sans droit, de l'autre, des variétés locales de langues nationales sont promues au rang de langues nationales, alors qu'elles présentent des différences infimes avec les anciennes langues ou normes fédératives de référence. C'est précisément d'une de ces nouvelles langues nationales — le monténégrin — comme construit institutionnel et politique, dans un pays d'Europe de l'Est, dont il va s'agir dans cette contribution. Nous aborderons la construction de cette langue1 à partir de six paradoxes.

Paradoxe 1 : Langues en danger vs langues en situation d'individuation nationale accélérée

2Le phénomène que nous venons de mentionner, et notamment son importance dans certaines régions de l'Europe Centrale et Orientale, sans leur être exclusivement réservé, a déjà été étudié par de nombreux chercheurs s'intéressant à cet espace. Ainsi, l'un d'eux, P. Sériot, dans son article « Droit au nom et droit du nom : les Ruthènes sont-il une minorité ? » écrit : « Les incessantes discussions sur la langue en Europe centrale et orientale, ces réformes de langue, ces normes qui se font, se défont, se modifient, se discutent, se votent, s'adoptent, se rejettent, mettent bien à mal la vision saussurienne d'une langue qui s'impose à une masse “passive” de locuteurs » (Sériot, 2006 : 207). Si la deuxième partie de cette citation est discutable — ne risquerait-on pas de confondre la notion d'arbitraire du signe chez Saussure avec la notion d'arbitraire de la norme, en tant que construit institutionnel —, il n'en reste pas moins vrai que les locuteurs ont un rôle particulièrement actif dans les individuations linguistiques de la partie orientale du continent. Si l'arbitraire du signe est bel et bien subi, comme le pensait Saussure, il n'en va pas de même de l'arbitraire de la norme, surtout lorsqu'elle émerge de manière soudaine dans le cadre de circonstances historiques marquées par le changement politique.

  • 2 Nous paraphrasons ici le titre d'un article signé par Božo Bulatović, publié dans Crnogorski knjiže (...)
  • 3 Le parlement du Monténégro a déclaré l'indépendance du pays le 3 juin 2006 à la suite du référendum (...)

3Aujourd'hui, une langue monténégrine (crnogorski jezik), langue nationale émergente issue du serbo-croate, se trouve ante portas2 du groupe des langues slaves du sud. Le monténégrin est aujourd'hui la langue officielle de la toute nouvelle République de Monténégro, indépendante depuis 20063. Elle n'a été officialisée que le 19 octobre 2007 lors de l'adoption de la Constitution du Monténégro.

4Il est encore difficile de dire avec exactitude le nombre de locuteurs de cette nouvelle langue — on avance le chiffre de 145000 personnes environ — puisque le dernier recensement de la population a été effectué au moment où la langue en question n'avait pas encore d'existence « juridique », ou plus précisément, n'avait pas encore été « nommée » officiellement.

  • 4 D'une manière plaisante, Egon Fekete, collaborateur scientifique dans l'Institut de la langue serbe (...)

5Le lecteur se demandera sans doute : est-ce la dernière langue nationale en lice ? Peut-être, si l'on prend en compte le fait que la langue commune (serbo-croate) a éclaté selon les frontières des anciennes républiques qui se la partageaient4.

Paradoxe 2 : Une langue peut-elle se réduire à une norme différentielle ou à une simple dénomination nationale ?

  • 5 Extrapolons hors du domaine slave afin de mieux nous rendre compte du caractère paradoxal de la sit (...)

6Que faut-il pour « faire » une langue ? Peut-on se contenter d'une nouvelle dénomination ou faut-il établir une nouvelle norme, ce qui supposerait tout un travail de standardisation, de codification, de prescription grammaticale5, etc.

7Dénomination et norme sont étroitement liées. Traitant dans nombre de publications des individuations et des dénominations des langues proches sur des terrains divers (ruthène/ukrainien, macédonien/bulgare), P. Sériot s'interroge sur la place dans ce processus de la codification, qu'il semble entendre dans son acception la plus globale (autrement dit, en tant qu'« élaboration linguistique » klossienne) dont il souligne le rôle ambivalent : « la codification est tout à la fois conséquence et condition préalable de l'être : 1) elle existe, donc nous l'avons codifiée, 2) elle existe, puisque nous l'avons codifiée » (Sériot, 2006 : 213).

8Dans les deux cas, la langue existe si les locuteurs en ont décidé ainsi, ou plutôt si certains acteurs politiques et sociolinguistiques en ont décidé ainsi, ce qui semble être le cas au Monténégro.

9Par ailleurs, il nous semble intéressant d'observer que nous retrouvons ici, encore une fois, le réflexe de la conception allemande de la nation basée avant tout sur la langue, théorisée par Herder. Elle est différente de la conception « française », popularisée par Renan, pour qui la langue n'est qu'un instrument d'unification. Dans les pays inspirés par le modèle allemand, un Etat, une nation se doivent d'avoir une langue éponyme : selon cette logique, le nouvel Etat-nation monténégrin se doit par conséquent d'officialiser une langue monténégrine.

  • 6 « Ja sam za to da se u Crnoj Gori promijenom Ustava imenuje crnogorski jezik kao zvanični, ali nije (...)

10Suite à l'officialisation des trois autres noms de langues (serbe, croate, bosnien), la nouvelle dénomination de « langue monténégrine » n'a pas rencontré de franche opposition. Une grande partie de l'opinion publique de ce pays ne connaît d'ailleurs que cet aspect-là (« moins linguistique ») du problème. Que ce travail s'accompagne d'une codification et d'une standardisation de la langue est encore peu objet de débat au sein de la population de cette petite république méditerranéenne. Le nom a rapidement trouvé un consensus, ce qui n'est pas le cas pour la nouvelle orthographe, les règles grammaticales et les changements du système phonologique, dont il va être question dans cette contribution. Le ministre de l'éducation au Monténégro, Slobodan Backović, a d'ailleurs bien résumé ce fait : « Je suis pour que la nouvelle Constitution au Monténégro désigne le monténégrin comme langue officielle, mais je suis contre le changement violent du cœur de la langue, qui consisterait à adopter des archaïsmes rarement en usage6 » (in Monitor, 2003 : 32).

11Donc, si l'on décide qu'à nation nouvelle, langue nouvelle avec un nouveau nom, de quelle langue va-t-il s'agir ? La même langue qu'avant le nouveau nom, mais avec un nouveau masque, ou une « novlangue », langue nouvelle artificielle, issue d'une ingénierie linguistique sur commande du politique ? Et qui, en ce cas, sera censé réaliser ce travail ?

Paradoxe 3 : Une langue (avec un nom spécifique) ou une nouvelle norme pour tous, mais élaborée par quelques uns

  • 7 « Jedinstvo različitosti ».

12Au Monténégro, l'essentiel du travail d'élaboration linguistique a été conçu par un seul homme, Vojislav Nikčević, slavisant de formation, professeur de littérature slovène, puis monténégrine. La standardisation actuelle, basée sur « l'unité dans la différence7 » (Nikčević, 2005 : 50) commence avec la publication de son Orthographe du monténégrin en 1997 et de sa Grammaire du monténégrin en 2001. Deux ans plus tard, a lieu la création de l'Institut de linguistique et de la langue monténégrine, sous sa direction. Cette figure fait partie de ceux que Hagège et Fodor appellent les « démiurges de la langue ». On sait que ces « démiurges » connaissent un succès inégal selon les pays et les circonstances historiques. Le forgeron peut se retrouver seul dans sa forge.

13L'exemple monténégrin montre qu'une « expertise technique » — car Vojislav Nikčević était linguiste — ne suffit pas, face aux contraintes sociolinguistiques qui président, au-delà de la légitimation et de l'individuation nominale, à l'adoption ou à l'adhésion par la communauté linguistique de son produit et à son projet. Son rôle a d'ailleurs été très discuté au sein même d'une partie de l'élite intellectuelle monténégrine.

  • 8 « Jezik je suviše ozbiljna stvar da bi se prepustio lingvistima ».
  • 9 « Kada neki lingvisti i drugi značajni crnogorski intelektualci pokušavaju inaugurisati čitav niz n (...)
  • 10 « Standardni jezik ne bi kao cilj trebao da ima da bude što više različit od drugog standarda, reci (...)

14Ainsi, Balša Brković écrit dans Crnogorski književni list « la langue est une affaire trop sérieuse pour la laisser au seul soin des linguistes8 », et il ajoute : « lorsque certains linguistes et d'autres intellectuels monténégrins de renom essaient d'introduire une série de mots et de formes difficiles, archaïques, peu commodes, ils ne s'occupent guère en fait du problème principal — du nom de notre langue, mais se consacrent plutôt à ce qui est, toujours condamné, dans le meilleur des cas, à déclencher l'hilarité publique9 » (Brković, 2003 : 7). Les formes archaïques ne doivent pas primer dans le standard moderne — c'est d'ailleurs, de l'avis de Rajko Cerović, ce qui cause également du tort au nouveau standard (Cerović, 2003 : 9). De même, le linguiste norvégien O. Menesland, auteur d'un projet de grande envergure sur la situation linguistique dans le Monténégro indépendant, écrit que « la langue standard ne devrait pas avoir pour but de se distinguer le plus possible d'un autre standard, serbe par exemple [...]. On ne doit pas changer la norme, on doit la prescrire10 », en précisant que la « nouvelle » langue monténégrine de V. Nikčević ne semble pas pouvoir jouer ce rôle (Menesland, 2006).

15Se pose alors ici une question importante : si ce n'est pas aux linguistes de décider de la construction de la norme ou de la langue, alors qui, du politique, des usagers et des différents corps de métiers utilisant la norme au quotidien, aura priorité dans ce processus d'élaboration du corpus et de promotion du statut de la nouvelle norme/langue ?

16Il ne suffit pas de concevoir et de légitimer une norme/langue sur le plan structurel, par décret, encore faut-il qu'elle fasse ses preuves sur le plan fonctionnel (imprimeurs et lecteurs, usagers, etc.), dans la praxis quotidienne. Ce n'est pas le tout d'avoir une norme nouvelle, encore faut-il la diffuser et la fonctionnaliser. Une adhésion collective à une norme linguistique est nécessaire pour la diffusion et la fonctionnalité de celle-ci. On a vu que l'irlandais gaélique a échoué dans cette optique en termes de fonctionnalisation et de diffusion, alors que le basque unifié a mieux réussi, tout en faisant des compromis dans les périphéries du Pays basque (Biscaye et Soule, notamment, au sud et au nord). Rien ne montre que les conditions sont actuellement réunies au Monténégro pour une adhésion populaire à la nouvelle norme nationale, en dépit d'une adhésion au projet d'État-nation, qui s'est manifestée au cours d'un référendum.

Paradoxe 4 : Justifier l'individuation subite d'une langue à l'occasion de l'accession à l'indépendance, ou la discontinuité, par la continuité (de longue durée et de longue distance)

  • 11 « [Njegov] prauzor je u XVIII st. izumrli polapski jezik ».
  • 12 « ... preci bili šušjedi u istočnoj Nemačkoj ».

17L'opinion publique a été secouée par la thèse de Vojislav Nikčević sur les liens plus étroits entre le monténégrin et le polonais, ou plus précisément le polabe, qu'entre le monténégrin et les autres langues slaves du sud. Il défend l'idée d'une origine linguistique commune entre les Monténégrins et les Polonais, et considère que « le prototype [du monténégrin] est la langue polabe disparue au xviiie siècle11 » (in Zeković, 1996 : 94). Selon lui, les phonèmes du monténégrin ressemblent à ceux du polonais puisque leurs « ancêtres étaient voisins sur le territoire de l'Allemagne de l'Est12 » (cité par Rajić, 1998 : 11) Comme preuve, il avance les quelques 800 toponymes montrant que les ancêtres des Monténégrins actuels proviennent anciennement de cette région (in « Da li postoji crnogorski jezik ? », 1998).

18Pourquoi le polabe ? Pourquoi aller chercher si loin des affinités, alors qu'on est si proche de toutes les normes environnantes issues de l'éclatement du serbo-croate ? On retrouve ici la caractéristique essentielle des individuations d'autres langues issues du serbo-croate : les auteurs qui y travaillent traversent parfois des distances géographiques et temporelles considérables pour aller y rechercher les racines historiques de divisions locales modernes. Ils recherchent, reconstruisent et projettent des continuités essentialistes au-delà des frontières temporelles et spatiales de la substance des réalités contemporaines.

19Ainsi, l'indépendance en elle-même ne suffirait-elle donc pas à justifier la dénomination de « monténégrin » et son originalité dans l'ex-ensemble serbo-croate, sans aller chercher des affinités linguistiques dans la lointaine Pologne ou encore dans la préhistoire des peuples slaves ? Deuxièmement, est-ce que la convergence structurale implique des relations privilégiées avec les « peuples-frères » parlant des dialectes polabes ou d'autres variétés de polonais, en Europe centrale ? Pourquoi aller chercher des « peuples frères » loin dans le temps et dans l'espace, alors qu'on est entourés de demi-frères ou de cousins ? On se doute que la réponse tombe sous le sens : la volonté de se distancier du voisin est proportionnelle à la relation de similitude qu'on entretient naturellement avec lui.

20On retrouve ainsi des tendances bien connues de la justification de différences construites dans une relation de voisinage : la recherche du lointain dans le proche, du discontinu dans le continu.

21Cela nous amène au 5e paradoxe, qui a également trait à une dialectique de continuité et de discontinuité.

Paradoxe 5 : Comment créer du discontinu artificiellement (une norme ayant valeur et autorité de langue nationale) dans un tissu dialectal continu ?

22Le territoire des langues slaves du sud doit toujours être considéré comme un continuum, sur lequel les frontières entre les langues ne correspondent pas aux frontières entre les isoglosses (Ilić, 1991a : 167). P. Sériot parlera de « l'impossible recouvrement du continuum dialectal par le discontinu des dénominations » (Sériot, 1997 : 172).

23Le chercheur ne devrait pas prendre en considération l'un ou l'autre de ces territoires linguistiques de façon isolée, mais toujours comme faisant partie d'un grand ensemble (Ilić, 1991 : 167), caractérisé par trois dialectes : le štokavien, le kajkavien et le čakavien (nommés ainsi d'après la forme du pronom interrogatif « quoi » : ča, kaj et što ou šta. Le plus répandu n'est autre que le dialecte štokavien. Il couvre l'essentiel du territoire de la Serbie, de la Croatie, de la Bosnie et du Monténégro. Donc, les quatre langues nouvellement individuées (serbe, croate, bosnien, monténégrin) sont toutes basées sur le même dialecte — le štokavien. Le štokavien se subdivise en trois « parlers » ou variétés différents : l'ékavien, l'ijékavien/le jékavien et l'ikavien (nommés, ceux-ci, d'après la forme qu'a prise la voyelle yat du protoslave : e, ije ou je ou i).

24Le territoire du Monténégro est celui du dialecte štokavien (avec deux sous-dialectes : celui de l'Herzégovine orientale et celui du Sandžak du Sud) et du parler ijékavien (qu'il partage avec la Croatie, la Bosnie et en partie avec la Serbie). Par ailleurs, sur le territoire štokavien les parlers monténégrins sont ceux qui sont le plus diversifiés par rapport au territoire qu'ils couvrent (Ilić, 1991b : 225). Aujourd'hui, le sous-dialecte pressenti pour la base du monténégrin standard est le dialecte de l'Herzégovine de l'Est. Or, non seulement il « appartient » également aux régions voisines, mais le territoire monténégrin abrite un autre dialecte, commun avec la région de Sandžak.

25On voit clairement que plusieurs choix s'offrent au nouveau standard. Toute la question reste de savoir comment créer du discontinu artificiellement (une norme, donc, ayant valeur et autorité de langue nationale) dans un tissu dialectal continu ? Comment faire une langue nationale à partir d'un diasystème (štokavien) qui est, lui, transnational ?

26Ce paradoxe est commun à toutes les situations de polynomisme dialectal, face à la question de la standardisation. Mais en ex-Yougoslavie, il prend une forme particulière, dans la mesure où toute une terminologie pour définir les dialectes et les variétés dialectales slaves de cet espace, à partir de variables morphologiques et phonologiques saillantes, a été élaborée dans un esprit pluraliste, puisque le fédéralisme linguistique et politique présidait à la standardisation. Celle-ci était conçue comme une standardisation polycentrique, qui tolérait la diversité dialectale. Or, ces variétés, bien plus que des « dialectes » (autrement dit, des « quasi-langues ») étaient avant tout des sociolectes régionaux. Avec l'éclatement du cadre fédératif, ce cadre terminologique éclate à son tour, puisque les sociolectes sont répartis un peu partout dans l'espace au-dessus des frontières émergentes.

Paradoxe 6 : Quelle forme doit-on ou peut-on donner à un corpus pour qu'il constitue une norme différentielle ou une langue nouvelle ?

27Quelles limites (dialectales, sociolectales) peut-on fixer à un corpus pour qu'il forme une norme différentielle ou une langue nouvelle ? Seulement des conventions orthographiques ? Des points de grammaire ? Du lexique ? Dans quelles proportions et comment ? Combien de phonèmes ou de graphèmes différents sont nécessaires ? Combien d'affixes, combien de mots, et dans quels champs sémantiques ?)

28L'exemple monténégrin fournit quelques éléments de réponse à ces questions, mais toutes les réponses sont discutables et posent autant de questions qu'elles en résolvent.

Graphèmes et phonèmes

  • 13 Notons que des quatre langues slaves de l'ex-Yougoslavie issues du serbo-croate, c'est la seule qui (...)
  • 14 Il est intéressant d'observer que certains journaux et magazines monténégrins publient les textes é (...)

29On remarquera que l'alphabet monténégrin a trois lettres supplémentaires, qui individuent des phonèmes spécifiques13. L'auteur, en 1998, en mentionnait cinq, mais les trois pour lesquels le consensus a été obtenu sont la fricative alvéopalatale sourde [ś], la fricative alvéopalatale voisée [ź] et l'affriquée alvéolaire voisée [dz]14.

30Ils apparaissent, par exemple, dans les mots suivants :

Palatalisation

31Les dentales [d], [t], [s] et [z] subissent beaucoup plus souvent la palatalisation devant /e/ qu'en croate et en bosnien (le serbe ne connaît pas ce phénomène) :

Réduction de la séquence vocalique [ao]

32De même : le groupe [ao] se réduit en [a] : rekao samreka sam (« j'ai dit »), pričao sam — priča sam (« j'ai parlé »), kaoka (« comme »).

Morphologie et syntaxe

33Observons maintenant quelques traits relatifs à la morphologie et à la syntaxe (par ailleurs quasiment identiques au serbe) :

Complétons ce tableau par quelques autres exemples de morphologie flexionnelle, donnés par V. Nikčević :

Enfin, les phrases suivantes figurent pratiquement dans tous les textes décrivant le nouveau standard monténégrin :

Lexique

34C'est dans le lexique ou dans les procédés de formation lexicale que les différences sont le plus visibles :

Les emprunts à l'italien ou au dialecte vénitien (dialetto veneto) sont très nombreux. En voici quelques exemples :

35L'impression la plus frappante qui se dégage de cet inventaire sommaire est que les différences restent, soit superficielles, liées à quelques variables phonologiques comme la diphtongaison croissante resyllabée des yats, l'alvéopalatalisation d'obstruantes, ou à des détails du système flexionnel, soit elles sont très composites (mots internationaux, emprunts romans au dialecte vénitien et à l'italien, champs sémantiques spécifiques de vocables slaves), soit liées fortement à l'oralité. L'ensemble ne forme pas un système aussi cohérent de différences comme il peut en exister un entre le serbo-croate et le slovène, ou entre le tchèque et le slovaque.

Conclusion

36Reprenons les idées principales derrière nos six paradoxes et tirons-en une conclusion générale. La variété standard fédérative appelée « serbo-croate » se trouve rétrogradée au statut de langue « déchue » face aux langues « promues » (1er paradoxe). Lors de l'individuation linguistique du monténégrin, on ne s'est pas seulement contenté de plaquer un nom de nationalité sur les variétés sociolectales locales, mais on a aussi élaboré une nouvelle norme à part entière (2e paradoxe). Puisqu'on a choisi donc d'élaborer une nouvelle norme, c'est un groupe très restreint, en l'occurrence un linguiste qui a pris en charge cette tâche, à titre individuel, qui s'est trouvé isolé face aux problèmes concrets que pose la diffusion et la fonctionnalisation de cette norme dans la société et dans les infrastructures médiatiques et éducatives (3e paradoxe). Pour crédibiliser une nouvelle norme, il fallait aussi la justifier. Nous avons vu que cette justification passait par un détour par le lointain : les traits partagés avec le polabe d'Europe centrale, et la référence à un lointain passé, comme souvent dans la rhétorique de la construction nationale (4e paradoxe). Un paradoxe de taille était aussi celui-ci : alors que les variétés monténégrines partageaient de nombreux traits linguistiques avec les langues, les dialectes et les sociolectes proches, dans une logique de continuum dialectal, comme avec le croate et le serbe, il a quand même fallu séparer artificiellement ce qui était naturellement réuni (5e paradoxe). Quels traits linguistiques de la phonologie, de la grammaire et du lexique doit-on alors retenir dans cette continuité afin de créer la discontinuité nationale souhaitée ? Nous avons vu qu'il s'agit d'un ensemble d'éléments composites, qui forme difficilement un système qu'on pourrait homogénéiser de manière équilibrée ou crédible, tant les traits sociolectaux et liés à l'oralité dans la phonologie et la grammaire sont mêlés à des emprunts de diverses sources dans le lexique (6e paradoxe).

37Cependant, une fois la décision prise et le travail accompli, nous ne pouvons qu'en prendre note, et il ne nous appartient pas d'en juger. Pour Radoslav Katičić, de l'Académie des sciences croate, des raisons objectives pour une individuation monténégrine existent, mais elle doit rester l'affaire des Monténégrins eux-mêmes (Katičić, 2005 : 40). En revanche, en tant que (socio)linguistes, nous sommes forcément intéressés par ce cas de figure de « normalisation » d'une langue dans un contexte de construction nationale, en raison de la série de paradoxes qu'il implique, caractéristiques de ce genre de situation ad hoc qui subordonne l'ontologie d'une langue à la question nationale, quels que soient les paramètres structuraux sur le plan linguistique.

38Il nous reste à voir comment les Monténégrins vont incorporer cette langue dans leurs usages écrits et oraux. Tâche difficile, dont on imagine mal les conditions de faisabilité à court terme. Mais l'histoire nous a montré à quel point le relativisme peut parfois être souverain en la matière : l'entreprise peut être couronnée de succès, aussi bien qu'elle peut rester au niveau de la pieuse intention. Comme toujours dans les pratiques langagières, ce sera l'usage et les stratégies de différents acteurs-locuteurs de la vie langagière qui construiront le contexte et la légitimité de la ou des normes à venir.

Haut de page

Bibliographie

Brković Balša (2003), « Jezik je suviše ozbiljna stvar da bi se prepustio lingvistima », Crnogorski književni list, p. 7.

Bulatović Božo (2003), « Crnogorski jezik ante portas », Crnogorski književni list, 15-02-2003, p. 10.

Cerović Rajko (2003), « Govore li Srbi i Hrvati crnogorskim jezikom », Crnogorski književni list, p. 9.

Cerović « Crnogorski kao zvanični jezik », Monitor, mars 2003, p. 32.

Cerović « Da li postoji crnogorski jezik ? », in Radio-Most, 05-04-1998.

Ivić Pavle (1991a), O slovenskim jezicima i dijalektima I, Niš, Prosveta.

Ivić Pavle (1991b), O slovenskim jezicima i dijalektima III, Niš, Prosveta.

Katičić Radoslav (2005), « Pogled na standardizaciju bošnjačkoga, crnogorskoga, hrvatskoga i srpskoga jezika », in Norma i kodifikacija crnogorskog jezika. Zbornik radova, Institut za crnogorski jezik i jezikoslovlje, Cetinje, p. 35-43.

Lipovac-Radulović Vesna (2004), Romanizmi u Crnoj Gori : jugoistočni dio Boke Kotorske, Novi Sad, Plas.

Menesland Sven (2006), « Crnogorski jezik bio bi najbolje rešenje », in Pobjeda, 21-10-2006.

Nikčević Vojislav (2005), « Norma i kodifikacija štokavskog dijasistema u dijahroniji i sinhroniji », in Norma i kodifikacija crnogorskog jezika. Zbornik radova, Institut za crnogorski jezik i jezikoslovlje, Cetinje, p. 45-60.

Nikčević Vojislav « O jeziku, rode », Radio Slobodna Evropa, 03-03-2003.

Seriot Patrick (1997), « Faut-il que les langues aient un nom ? Le cas du macédonien », in Tabouret-Keller Andrée (éd.) : Le nom des langues. L'enjeu de la nomination des langues, vol. 1, Louvain, Peeters, 1997, p. 167-190.

Seriot Patrick (1997), « Droit au nom et droit du nom : les Ruthènes sont-ils une minorité ? », Slavica Occitania, Hommages à Roger Comtet, no22, 2006, p. 207-233.

Zeković Sreten (1996), Pośetnik o Crnoj Gori i crnogorstvu, Cetinje, Dignitas.

Haut de page

Notes

1 La spécificité de la langue parlée au Monténégro a été acceptée et reconnue du temps de l'ex-Yougoslavie, non pas comme une variante de la langue commune (comme l'ont été le serbe et le croate), mais comme une sorte de « pratique langagière » locale (terme réservé au bosnien et au monténégrin).

2 Nous paraphrasons ici le titre d'un article signé par Božo Bulatović, publié dans Crnogorski književni list, en 2003.

3 Le parlement du Monténégro a déclaré l'indépendance du pays le 3 juin 2006 à la suite du référendum du 21 mai 2006 (résultats: 55,5% pour l'indépendance, 44,5% contre, avec une participation de 86,3% de l'électorat).

4 D'une manière plaisante, Egon Fekete, collaborateur scientifique dans l'Institut de la langue serbe, écrit que si on voulait suivre le flot de tous les particularismes nationaux ou identitaires, on pourrait faire émerger une cinquantaine de langues (radio Slobodna Evropa, 03-03-2003). Bien qu'il s'agisse d'un raisonnement par l'absurde, le fait est que plusieurs individuations ont eu soudainement lieu sur un territoire restreint.

5 Extrapolons hors du domaine slave afin de mieux nous rendre compte du caractère paradoxal de la situation: pensons aux variétés de français du Québec (le joual pourrait-il être langue officielle si le Québec devenait indépendant ? — il va de soi que personne n'y songerait au Québec, où c'est le français européen qui est considéré comme le terme nationalitaire de référence) ou au dialecte d'oïl wallon (cette variété, pourtant structurellement fortement individuée face au français standard, n'a jamais eu droit de cité à titre de langue officielle de la communauté wallonne en Belgique, alors qu'il diffère incomparablement plus du français que le monténégrin ne diffère, par exemple, du serbe).

6 « Ja sam za to da se u Crnoj Gori promijenom Ustava imenuje crnogorski jezik kao zvanični, ali nijesam da se suština jezika mijenja nasilnim uvodjenjem arhaizama koji su rijetko u upotrebi »

7 « Jedinstvo različitosti ».

8 « Jezik je suviše ozbiljna stvar da bi se prepustio lingvistima ».

9 « Kada neki lingvisti i drugi značajni crnogorski intelektualci pokušavaju inaugurisati čitav niz napornih, arhaizovanih, neudobnih riječi i oblika, oni se, zapravo i ne bave glavnim problemom — imenom našeg jezika, već rade nešto što je uvijek osudjeno na, u najboljem slučaju, benevolentnu sprdačinu. »

10 « Standardni jezik ne bi kao cilj trebao da ima da bude što više različit od drugog standarda, recimo srpskog jezika [...]. Ne treba mijenjati normu, treba je propisati. »

11 « [Njegov] prauzor je u XVIII st. izumrli polapski jezik ».

12 « ... preci bili šušjedi u istočnoj Nemačkoj ».

13 Notons que des quatre langues slaves de l'ex-Yougoslavie issues du serbo-croate, c'est la seule qui présente une différence dans la structure même: le nombre de phonèmes. Cependant, le caractère distinctif ou non de ces phonèmes a été parfois contesté.

14 Il est intéressant d'observer que certains journaux et magazines monténégrins publient les textes écrits avec cet alphabet. De même, le plus grand auteur épique monténégrin, Petar Petrović Njegoš, a été réimprimé selon les nouvelles règles orthographiques. Même L'Iliade de Homère a été traduite en monténégrin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ksenija Djordjević, « Les six paradoxes de la construction d'une langue monténégrine  »Lengas, 64 | 2008, 7-22.

Référence électronique

Ksenija Djordjević, « Les six paradoxes de la construction d'une langue monténégrine  »Lengas [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lengas/1187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lengas.1187

Haut de page

Auteur

Ksenija Djordjević

DIPRALANG-ARSER, Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search